Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Clichés politiques.

La première page de la Charente libre de samedi annonce que CL ouvre les débats à Barbezieux. Juste en dessous du titre on peut voir une photo des trois candidats conviés au débat. Le choix éditorial de cette photo est très intéressant et mérite d’être étudié d’assez près. Dans un premier temps, trop absorbé par la lecture de la transcription du débat, je n’y avais pas prêté attention. C’est en écoutant les réactions autour de moi de lecteurs plus attirés par les titres et les images que j’ai regardé plus attentivement. La photo est prise au grand angle. Au milieu, derrière la table se trouve René Vignerie. Jean Yves Mallard et Benoît Delatte sont de chaque côté du maire qui se tient droit, regard à bonne hauteur ; il parle et avance les mains doigts écartés. Ses challengers baissent les yeux, regardent ailleurs et semblent comme rejetés hors du cadre, déformés par la distorsion oculaire du grand angle. Benoît Delatte a la main gauche posée en avant sur la table. Sous l’effet du grand angle elle parait énorme quand l’autre apparaît toute petite. La photo du groupe dans les pages intérieures reproduit ce même sentiment des deux challengers qui penchent et semblent s’effacer pour mieux laisser voir René Vignerie. Cette photo, par l’effet qu’elle produit auprès de ceux qui la regardent et qui plus nombreux que les lecteurs de longs textes se nourrissent avant tout d’impressions, traduit un engagement évident de la rédaction pour le maire actuel. Une sorte de prime au sortant dont on bénéficie dans ce journal quand on se dit de gauche sans doute.
 
(en allant sur le site de CL ce matin lundi 4 à la page Barbezieux on peut voir une photo bien plus respectueuse des débatteurs. La démonstration toute simple qu'un autre choix était possible, plus neutre).  

undefined
 
Un peu comme les photos, les petits encadrés attirent la curiosité des lecteurs. Dans celui intitulé « les styles collent à l’étiquette » on peut lire ce portrait de Benoît Delatte : « chef d’entreprise affilié au Medef, leader de la droite, affiche la tranquille assurance du gestionnaire sage et pragmatique, l’allure lisse du notable établi ».
Chef d’entreprise, c’est vrai il l’a été pendant quinze ans de sa vie. Affilié au Medef c’est aussi vrai, mais cite t’on l’appartenance syndicale de ses challengers pour les caractériser aux lecteurs ? Je ne l’ai pas remarqué. La charge symbolique de l’appellation est telle qu’il serait dommage de se priver de répéter en boucle ce sigle, épouvantail à électeurs. Je suis moi-même affilié au Medef au travers d’une société commerciale dont je suis coresponsable. Ces derniers temps je me suis pourtant laissé dire par quelques observateurs que l’action telle que je la conduis aux 3B s’apparente à de la sociale démocratie plutôt qu’à du libéralisme compte tenu de sa composante sociale assez volontariste. Me coller en permanence le sigle Medef suffirait-il à mieux me faire connaître honnêtement aux électeurs ? J’en doute.
Leader de la droite. Il n’a pas de carte, bien qu’il vote à droite mais avec de fortes tentations Bayrouistes qui le situent plutôt au centre, et que je sache il n’a conduit à ce jour aucun combat politique partisan. Je vous l’accorde ma remarque est peut-être emprunte d’un peu de jalousie pour le titre. Nul n’est parfait.
« Tranquille assurance du gestionnaire sage et pragmatique », pourquoi pas. « L’allure lisse du notable établi » c’est quoi t’es ce ? Le petit Robert nous donne deux acceptions pour le terme qui peuvent se rapporter à l’utilisation qu’en fait l’auteur de l’article. La première se traduit par « qui occupe une situation sociale importante ». Et la seconde « personne à laquelle sa situation sociale confère une certaine autorité dans les affaires publiques ». Il me semble que le qualificatif  vaut tout autant pour le maire actuel que pour Benoît Delatte, mais compte tenu de sa connotation conservatrice ou mollassonne il est sans doute plus judicieux de l’affubler à ce candidat quand on sert un objectif précis.
Je connais un peu son histoire personnelle et ce qui me semble notable c’est que ce n’est pas le mot que je choisirais pour le caractériser. Je me souviens avoir participé avec lui à une formation où chacun en fonction de son profil psychologique de trouvait défini par deux adjectifs. Pour Benoît c’était « aventurier prudent ». Fils de paysan, bonnes études techniques, début de carrière professionnelle à Creusot Loire puis progression de carrière dans la construction métallique dans une grande entreprise. Ensuite, rupture avec un statut enviable de salarié bien rémunéré pour se lancer (et entrainer sa famille et risquer son patrimoine) dans la difficile aventure de la reprise d’une entreprise en dépôt de bilan pour la redresser et en faire à nouveau une entreprise profitable qui embauche et se développe pour la transmettre ensuite à un groupe plus important qui pourra encore la développer. Et tout frais à peine sorti de l ‘entreprise rechercher avec une équipe la confiance des électeurs pour développer la ville où l’on vit depuis quinze ans, ce n’est pas vraiment ce que j’ai envie d’appeler un parcours de notable au sens de l’acception la plus commune du terme. Dans cet exemple aussi le choix de l’image que l’on colle à un candidat est un acte politique.
Ce qui ne me dérange pas du tout si c’est dit clairement.
                
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article
J
Comme c'est doux de voir un électeur de droite pousser des petits cris outrés à la vue d'une communication média qui lui semblerait manipulée...Souhaiteriez-vous, M.Sauvaitre, que nous regardions avec autant d'acuité le traitement de l'information dont a bénéficié le Président de la République pendant la campagne présidentielle?Voulez-vous, avec moi, faire une exégèse des textes dithyrambiques qui ont été commis par les journalistes liges officiant dans les organes de presse de ses amis????Restons objectifs jusqu'au bout.A bientôt pour cet exercice
Répondre
P
C'est un gag, DAniel SAuvaitre, dite moi que c'est un gag, votre histoire de photo qui prouve "l'engagement de la charente libre pour le maire actuel". On frole le ridicule, franchement. On peut voir le mal partout et penser que la charente libre, est à la solde de l'affreux vignerie. Mais tout de meme: j'ai lu ce débat de la premiere a la dernière ligne, je j'ai trouvé équilibré, avec le meme temps de parole pour les trois.  Quant a la photo, celle de l'intérieur est mieux que celle de la premiere page, c'est vrai, mais de la a penser qu'elle favorise un des trois, on nage dans le fantasme. J'imagine le complot entre les journalistes et le maire sortant, préparant leur coup, manipulant l'appareil photo (et le photographe) , trafiquant la table, la salle, et meme la lumière pour mettre en valeur vignerie et ridiculiser les deux autres. Surréaliste. Franchement, ressaisissez vous et utilisez votre formidable imagination pour d'autres causes. tiens, écrivez  donc des polars! En commençant par une histoire d'élu intégre et intelligent (qui lit le monde, donc) qui assassine un journaliste forcément véreux et acheté (par le maire sortant).   Après le bonheur de Barbezieux, le malheur de Reignac. Chiche?
Répondre
U
En effet, merci pour cette analyse Mr. Sauvaitre. Je trouve que la crédibilité de Charente Libre, son objectivité également, est mise à mal par les choix de certains propos dont ceux que vous avez relevé. Notable lisse !! Je me suis gaussé... certains détails sont étranges... des positions de photos, ou de placement de patronymes. Les photos ne sont certes pas modifiées, mais bien "choisies". Le maire sortant est placé au centre des vignettes de haut de page de droite. Et le choix de ces photos d'identité atteste aussi d'une volonté de représentation de Mallard et Delatte. En outre il semble que le patronyme du maire sortant est systématiquement "placé": en premier, sous un titre, en milieu de page, etc... La confection de ces deux pages a requis une attention particulière, subtile, qui n'avait pas pour objectif l'objectivité, mais qui ressemble bien à un déguisement de prise de position cachée... vous revendiquez apporter un éclairage aux électeurs Monsieur Caurette? Mais CL ne m'éclaire pas vraiment, semble chercher ses reperes dans un bipartisme dépassé dont nous n'avons que faire à Barbezieux. Nous avons besoin d'une équipe efficace, qui s'engage et dont les membres sont crédibles et ont fait leur preuve dans leur carrière. Eclairez-nous la dessus s'il vous plait!
Répondre
D
L'attitude nouvelle de CL est peut-être la conséquence des critiques qui lui ont été adressées ces derniers temps!
Il ne sert à rien de faire le chevalier blanc ou le gandin, juste en sortant du bain, encore sous l'effet de la giclée de parfum qu'on s'est administré!
Attendons la suite des évènements, le nez au vent!
Répondre
T
Monsieur Sauvaitre, vous qui aimez tant le débat, j'aurais aimé que vous notiez que Charente Libre a choisi Barbezieux pour lancer une série de débats qui, je crois, aideront les habitants de la ville à faire leur choix. Nous avons réuni les trois candidats,tous enthousiastes pour participer, nous leur avons donné le meme temps de parole, et nous avons consacré deux pages entières à leurs échanges. Vous n'avez vu qu'une photo que vous analysez d'une manière surprenante en nous pretant de nouveaux des intentions que nous n'avons pas. Dommage.
Répondre