Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Silence.

Un samedi à midi, il y a quelques jours, Bertrand qui passait dans la rue s’était arrêté boire un café avec nous. Il n’était plus toujours très facile d’engager une discussion, de parler de tout et de rien. Alors on avait échangé des sourires et quelques remarques inutiles, comme si de rien n’était. Avec la façon qu’il avait de me taquiner depuis le lycée, il me dit ce jour là qu’il lisait ce blog, souriant et se retenant de pouffer, d’un air entendu. Hier après midi nous étions nombreux réunis dans la petite église de Barret pour lui dire qu’on avait terriblement souffert de le voir pris au piège si durement et qu’il nous avait déjà beaucoup manqué. Chacun garde intact le souvenir du garçon talentueux, drôle, insouciant et joueur qu’il était. Il est au cœur des moments de bonheur et des épisodes moins heureux que nous avons vécu  ensemble ici depuis l’enfance et jusqu’à il n’y a pas si longtemps encore. Tu as occupé une partie très intime de notre vie à tous et tu restes parmi nous Bertrand.

     
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article
D
La barmaid avait dix-huit ans
Et moi qui suis vieux comm' l'hiver
Au lieu d'me noyer dans un verr'
Je m'suis baladé dans l'printemps
De ses yeux taillés en amande

Ni gris ni verts, ni gris ni verts
Comme à Ostende et comm' partout
Quand sur la ville tombe la pluie
Et qu'on s'demande si c'est utile
Et puis surtout si ça vaut l'coup
Si ça vaut l'coup d'vivre sa vie
Répondre
D
Manue:

J'avais un RV avec un client venu de Belgique et prévu depuis plusieurs jours, que je ne pouvais annuler...

Sinon, je suis bien d'accord avec toi: ne me restent en mémoire que les soirées à la pizzéria, comme quand on s'écoutait à fond "Comme à Ostende" de Léo Ferré...
Aussi une fin d'après midi dans les arènes de Bayonne...
Et plein d'autres choses qu'il serait long d'énumérer...

As-tu récupéré "Coco bel œil"?
Répondre
M
Ne garder de lui que les belles années, celles ou j'étais amoureuse, celles de la pizzeria, celles des naissances et des sourires. pas celles de la fin, des cinq ou six dernières années. Retenez le gentil et talentueux garçon, infiniment aimé. Quand à l'église, ce n'était effectivement pas son truc. Mais un truc important pour ses parents qui sont maintenant tout seuls. Et le curé valait son pesant de cacahuettes et de fous rires contenus. Daniel D, tu aurais beaucoup ri, comme lui sûrement. Faites tous comme Chapeau qui disait en guise d'épitaphe "heureusement qu'on a bien fait les cons, continuons" ou comme le bienheureux Desproges (que bertrand aimait beaucoup) "rions un peu en attendant la mort"
Répondre
D
A l'église?????????????????

Me souviens pas avoir un jour parlé religion avec lui...

De corrida dès fois...

De Léo Ferré... Comme à Ostende...
Répondre