Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dévoiement bien peu républicain.

C’est du palais du Luxembourg que le 13 octobre Nicole Bonnefoy et Michel Boutant, tous deux sénateurs de la Charente, ont  adressé une missive aux maires de la Charente pour les alerter par un drôle de tract sur les graves menaces qui selon eux pèsent sur le pacte républicain. Compte tenu de la gravité de la situation, ils invitent les conseils municipaux à adopter une délibération par eux rédigée pour refuser la suppression de la taxe professionnelle, tout comme la réforme de l’organisation territoriale; deux projets de loi présentés par le gouvernement.

 

J’ai lu et relu ce courrier et ce projet de délibération dont j’aimerais avoir une version électronique pour vous en faire partager la désolante lecture. Je m’explique mal comment deux supposés sages de la chambre haute peuvent distribuer dans les 404 communes de la Charente un tel verbiage de basse propagande. Une compilation d’âneries que l’on lit en général dans des tracts anonymes et beaucoup plus rarement sur du papier à entête République Française et Sénat. J’ai cherché vainement des arguments, des références de textes ou le contenu des projets objets de leur dénonciation grossière. Je n’y ai trouvé que des slogans et des appréciations oiseuses. Je suppose que l’ambiance calamiteuse au parti socialiste constitue la circonstance atténuante de l’évidente malhonnêteté intellectuelle qui transpire  à chaque ligne de ce qui restera comme un témoignage assez vulgaire de la régression politique à l’œuvre dans le département.  

 

C’est ensuite d’Angoulême le 22 octobre que les mêmes croisés en croisade ont posté une seconde lettre destinée cette fois ci en plus des élus aux secrétaires de mairie et aux directeurs généraux de communautés pour les convier à une réunion d’endoctrinement. Elle est plus courte mais tout aussi réductrice et toujours bien peu sénatoriale. Compte tenu de la caricature en cinq points qui fonde leur démonstration de la supposée attaque en règle de l’Etat contre les collectivités territoriales, j’imagine « l’objectivité » de l’exposé que vont subir nos fonctionnaires territoriaux. Le buffet qui leur sera servi après doit sans douter aider à leur faire avaler le bréviaire.

 

Que faut-il d’ailleurs penser de cette démarche ? S’adresser directement aux secrétaires de mairie et aux directeurs généraux pour leur expliquer politiquement pourquoi il faut que leur maire ou président pense bien à faire délibérer son conseil municipal parce qu’ils y auraient forcément intérêt pour eux-mêmes. Je ne suis vraiment pas sûr du tout que le procédé employé soit très républicain.

 

Demain je scanne les pièces à conviction et je poursuis les commentaires en commençant, mon cher Loïc, par la suppression de la taxe professionnelle.

 

L’association des maires de Charente a diffusé dans les communes un communiqué de l’AMF (association des maires de France) que vous pouvez télécharger en cliquant ici.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Vinosse 29/10/2009 09:26


LA SARKOZYE,
DOUCHÉE, PAS (ENCORE) COULÉE





 


Puisqu'il faut tout faire soi-même, venons pour une fois à la rescousse de
la Sarkozye injustement douchée. Non, cette douche, la douche, n'a pas coûté
245 572 euros, comme l'écrit inexactement France 2 dans une  somptuaire (mais fausse) infographie. Ce coût est celui de l'ensemble de la "zone bureau" du
président de la République, incluant huit salles d'entretiens bilatéraux et, apparemment, plusieurs douches. Le député socialiste René Dosière, à l'origine de l'embouteillage devant la
douche de la journée de mercredi, en est d'ailleurs convenu. Et sur le plateau de
Ligne j@une, notre consoeur de Mediapart auteur du scoop, Mathilde Mathieu,insistait
d'ailleurs sur d'autres aspects, comme le coût de la conférence de presse finale, bien plus choquants à ses yeux. 





 


Ce grand naïf qu'est le premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, s'étonnait ce
matin sur Europe 1 que le rapport de la Cour, commandé par la commission des finances du Sénat, ait d'abord été accueilli dans l'indifférence générale, avant, plusieurs jours plus tard,
d'éclabousser à retardement la presse internationale. Il n'a pas tort. Seize millions dépensés pour un sommet de quatre heures nous émeuvent moins que la construction
et le démontage d'une douche qui n'a pas servi. Ce décalage fait méditer, sur les mécanismes par lesquels nous nous scandalisons.






 


 


 


 


Si l'existence de cette "salle de douche" était mentionnée dans le rapport de la Cour des
comptes, la Cour n'y insistait pas. Le détail est donc noyé dans le déluge annuel de révélations sans suite de la Cour. Il semble porter, comme une fatalité, le poids de
l'indifférence qui ne manquera pas de l'accueillir. Arrive Mediapart qui ajoute, circonstance fatale, "qu'elle n'a pas servi". L'affaire eût donc été jugée moins scandaleuse si Bachar El Assad s'était
douché. Surtout, le site publie...


la photo de la cabine, avec ce mystérieux panneau de commandes digne
d'une navette spatiale. Cette photo, c'est la goutte d'eau. 


Sans photo, chacun peut encore faire mine de ne pas voir. Mais la photo nous interdit de détourner les yeux. Au risque de nous aveugler, du savon dans les yeux.



 





 


 


 


Daniel Schneidermann




Vinosse 29/10/2009 09:23


Si tu vas à Paris, auras-tu la possibilité d'essayer la douche à 245,000 € ?
Ça vaudrait le coup, non?
Vu que des douches froides ou tièdes, vous en prenez un max en ce moment!

Tu sais pourquoi sarko s'en est pas servi?

Elle avait une fuite et ce bruit lui a fait croire entendre carla chanter ...


BétéBorné 29/10/2009 08:02


Putin, ça va chier...