Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aux abonnés absents.

La communauté de communes des 3B a occupé une part non négligeable du débat entre les trois têtes de liste candidats à la mairie de Barbezieux. Certaines des déclarations de René Vignerie relatives à la communauté, telles qu’elles sont retranscrites par le journal, justifient quelques commentaires de ma part.
 
Les origines et les causes de la crise qui ont conduit à la démission de René Vignerie de la présidence de la communauté début 2003 ont été une nouvelle fois évoquées. Je ne vais pas redire ici mon analyse rappelée dans un article précédent et qui a fait l’objet de commentaires contradictoires par le secrétaire général de la mairie. En revanche je trouve croustillant que René Vignerie qui soutient la thèse politique de son désaveu impute à Jean Yves Ambaud son premier vice président de l’époque la responsabilité principale du processus. Il rappelle également que le maire de Châtignac a par la suite disparu de la circulation. Il se trouve qu’il réapparait aujourd’hui après avoir fait son « coming out » comme candidat aux élections cantonales à gauche avec le soutien du président du conseil général et de la majorité départementale. L’origine politique du problème me semble quand même un peu mise à mal par ce rappel. Sauf à penser que l’on puisse passer aussi allègrement de l’UMP vers le PS et que Jean Yves ait pratiqué une aussi belle transgression. Mais dans ce cas ce serait lui enlever beaucoup de crédibilité politique pour les élections qui se préparent.
    
Pour ce qui concerne le vote de la taxe professionnelle unique par le conseil communautaire en 2001, chacun s’accorde pour considérer que c’était une bonne initiative due à René Vignerie. C’est en effet lui qui l’a fait voter comme il s’y était engagé lors de son élection à la présidence cette même année. Je crois quand même utile de rappeler au moment ou chacun distribue les bons et les mauvais points que la gestion du passage à la TPU a été tout bonnement totalement irresponsable et de la pire anticipation vis à vis de la commune de Barbezieux. Je ne suis pas sûr qu’il existe une seule autre ville de cette importance en France, assumant des charges de centralité importantes, dont le maire a pu accepter le passage à la TPU sans négocier simultanément des transferts de charges. Pour reprendre la terminologie du maire ce dossier n’a pas du tout été bien mené par lui. Je crois en revanche que paradoxalement j’ai très largement contribué à compenser l’erreur stratégique impardonnable dès que le conseil communautaire m’a confié la présidence.
 
« Je note quelques disfonctionnements dans cette communauté. Elle n’a pas défini de politique culturelle claire ni de politique sportive ». Voyons voir quand même.
En 2004 dans le même temps où nous avons mis à l’étude les transferts d’équipements culturels, Château, cinéma et Espinoa, nous avons décidé de passer commande à Renaud Dumoulin d’une étude culturelle justement pour donner du sens à l’implication communautaire dans le domaine culturel. Cette étude, travaillée avec toute les associations et intervenants dans le domaine culturel sur le territoire, n’a cessé jusqu’à aujourd’hui de fonder nos interventions dans le domaine culturel. Renaud Dumoulin par la suite embauché par la maison des jeunes à l’aide d’un financement conjoint entre la région et les 3B a développé une animation et une programmation à l’Espinoa, au château et ailleurs, qui est perçue très loin en dehors de notre territoire. Un groupe de travail culture travaille régulièrement avec Renaud et Patrick pour donner chaque jour un peu plus corps et de cohérence à notre politique culturelle. Depuis un an et demi maintenant nous travaillons avec la direction régionale des affaires culturelles, en l’absence très remarquée du maire il faut le signaler, pour définir les contours du projet de grande envergure qui doit faire du château un haut lieu de la diffusion de la culture. Le conseil communautaire s’est récemment prononcé pour inscrire maintenant les contours précis de la compétence culture dans les statuts de la communauté. Malgré tout cela, à intervalles réguliers, René Vignerie s’inquiète de ce que la communauté n’a pas bien défini sa politique culturelle. J’avoue que ça me laisse sans voix à chaque fois tant le décalage entre la remarque et la réalité est important. Y a-t-il une conclusion clinique à tirer de tout cela? Je ne sais pas. Mais en revanche j’ai de la peine à trouver un quelconque modèle de définition d’une politique de quoi que ce soit qui émane de la commune qu’il dirige qui pourrait me mettre sur la voie de ce que tout cela signifie. La politique culturelle des 3B, elle s’écrit chaque jour progressivement en avançant avec toutes les bonnes volontés du territoire, les élus, Renaud et Patrick.
Et c’est la même chose plus modestement pour le sport.
 
J’apprends ensuite qu’il n’y a qu’un seul dossier qui ait été à peu près bien mené aux 3B et que ce serait le contrat jeunesse, et encore parce que c’est le centre social qui s’y est impliqué. Compte tenu de ce que la signature du contrat jeunesse est toute fraiche, puisqu’elle a eu lieu cette semaine, et que quelques jours plus tôt il semblait dire que j’avais été un bon président alors que jeudi je n'avais plus rien à mon actif, je m’interroge à nouveau sur ce qui peut expliquer un tel désordre de sa pensée.
         
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

L'Enclume des jours. 04/02/2008 19:56

Le meilleur de la Charente Libre c'est encore le programme télé!
La seule page qui ait droit à la couleur, ça ne se rate pas!

Parce que pour le reste, c'est l'ORTF!

sandra 04/02/2008 18:33

vous auto-gratulez ne sert à rien, l'autoévaluation est révolue, nous sommes des lecteurs avertis et en tant que client nous jugeons votre prestation. C'est tout,le monde a changé, adaptez vous si vous voulez nous garder comme lecteur. Nous vous lisons encore un peu cela devrait vous satisfaire, nous vous demandons juste de faire votre travail, de bien le faire et en tant que client nous le jugeons sur pièce, c'est ça la vie, dans toutes les boîtes on fonctionne comme ça. les blogs nous le permettent enfin, on va pas s'en priver. bisous aux journalistes.

Thierry 04/02/2008 14:37

Yvonne, pouvez vous me citer les articles de presse où Benoit Delatte est malmené? Ce n'est absolument pas le cas. Et depuis quand le mot Medef est une insulte? M. Delatte est au Medef et l'assume pleinement. Que Charente Libre le rappelle n'a rien de choquant.  Arretons les délires. Charente Libre vient de réaliser son premier débat municipales à Barbezieux, deux pages pleines ou les trois candidats s'expiment librement, et de manière équilibrée.  Y compris Benoit Delatte, qui ne s'est pas plaint, lui. On peut toujours pinailler sur tel mot, ou en faire des tonnes sur le choix d'une photo, la réalité est là: le journal tant décrié sur ce blog contribue au débat local et a su mettre en avant la ville et le sud charente. On peut aussi le reconnaitre, de temps en temps, plutot que de critiquer chaque article ou presque, chaque jour.

poil à gratter 04/02/2008 09:55

Tout à fait d'accord avec vous ma chère Yvonne concernant l'équipe municipale sortante. Le plus drôle, c'est que les femmes qui en constituent encore la moitié, après s'être vues désavouées publiquement dans un certain quotidien, repartent comme un seul homme (oserais-je dire) avec celui là même qui les a traité d'incompétentes...A part ça, Mister Président a passé son week end sur son clavier. On dirait que le rouletabille local l'a un peu énervé...

yvonne 04/02/2008 08:30

Je suis contente que vous rectifiiez le profil du candidat Delatte, à travers la presse je ne m’y retrouvais pas du tout. C’est en effet un homme courageux, compétent, ouvert aux autres et qui s’est déjà par son parcours personnel beaucoup impliqué sur la ville. J’aimerais pouvoir en dire autant du maire actuel, son bilan est pitoyable. Il n’a jamais associé la population à ses projets, dis maintenant que son ancienne équipe était incompétente… combien repartent avec lui ? Il ne faut vraiment pas avoir d’amour propre pour continuer à suivre un type pareil.