Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les mots pour le dire.

Voilà bien le paradoxe qu’il y a à tenir ce blog. C’est au moment où mon actualité est la plus intense et où j’ai pour cela tant de choses à vous dire que j’ai naturellement le moins de temps disponible pour le faire.

 

Je prends quand même quelques minutes pour vous informer que j’ai perdu mon référé contre Et la suite, France Télévisions et le Nouvel Observateur. Pour autant, alors même que le président Joël Boyer dit qu’il n’y a lieu à référé sur aucune demande, il conclut que c’est sur le terrain de la diffamation et dans le cadre de la loi sur la presse de 1881 que les poursuites doivent être engagées. C’est donc en ce sens que je vais agir maintenant, sans renoncer pour autant à chercher réparation du préjudice économique subi.

 

Ceux d’entre vous qui souhaitent lire l’intégralité du jugement peuvent cliquer ici  pour en prendre connaissance. Il est synthétique, clair et très prometteur pour la suite.

 

J’ai lu avec intérêt ce matin dans Sud Ouest, que Joël Boyer, le président de la 17ème chambre du tribunal de Grande Instance de Paris, dite chambre de la presse, avait eu à traiter hier d’une affaire autrement plus médiatique que la mienne. Pierre Perret plaidait contre le Nouvel Observateur pour la diffamation qu’il considère avoir subie dans un article qui révèle qu’il n’a jamais été l’ami de Paul Léautaud, contrairement à ce qu’il affirme depuis très longtemps. Comme le Pierre n’a pas été très tendre avec pas mal de gens dans un récent bouquin, certains d’ entre eux, Guy Béart en tête, sont venus lui rendre le compliment et le charger un peu plus. L’ambiance si l’on en croit l’article n’était ni à la poésie, ni à la compassion. J’espère réussir bientôt à défrayer plus positivement la chronique dans cette même salle.

 

Je reviens vers vous au plus vite pour vous parler des évènements de ces derniers jours, de mes rencontres et de deux livres dont je veux vous recommander la lecture.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Houben 05/04/2011 21:59



Pour aller dans le sens de Anne Marie c'est le même procédé que pendant la "crise de la vache folle". Le numero deux de la Confederation Paysanne declarait que les vaches laitieres
françaises donnait en moyenne 15000 (!) litres par an et etait donc drogué au farines animales. Il faut combatre ces contre verités.


Je vous souhaite bon courage Daniel Sauvaitre!



Muy 28/03/2011 09:35



Le ridicule ne tue pas, certain(es) connaissent cet adage et en usent.Que ne faut-il pas faire pour un quart d'heure de gloire. Sauf que le mur n'est jamais loin et on peut se casser les
dents...AÏE.


Nous sommes éleveurs et très préoccupés par tout ce qui touche de près ou de loin à l'écologie donc grands admirateurs de notre chère TERRE


Après nous être offusqués par ce reportage que je trouvais malgré tout un peu"brouillon" j'ai essayé d'en savoir plus et voilà que ce matin arrive sur ma boîte un mail de ma sympathique
belle-soeur qui éclaire un peu ma chandelle.


Bravo pour votre ténacité et bonne continuation.


 


 



Bolot Anne-Marie 26/03/2011 10:25



Bonjour,


Je viens de lire votre article dans la france agricole, je suis agricultrice et de tout coeur avec vous. Je vous félicite d'avoir porter plainte . On ne pas laisser ècrire des choses fausses . Je
viens de lire le livre d'Isabelle Saporta et je suis révoltée, je suis en train de lui écrire . Je trouve son livre caricatural :t la seule production où je peux être objective dans ma réponse
c'est celle du blé car c'est la seule que nous produisons sur notre exploitation. Je  ne permettrait donc pas de juger les autres productions de son livre. Elle écris les rendements sont
optimaux 95 quintaux en moyenne sur la France ;Par exemple sur notre exploitation la moyenne de  notre exploitation est de 60 quintaux variant de 45 à 70 car nous sommes sur un plateau
caillouteux, mais la moyenne du département ne dépasse pas 70 quintaux même si sur ce département il y a des trés bonnes terres! Alors 95 en blé sur la france!!! tout est écris sans aucune étude
et avec  audace. Quand on a des valeurs humaines comme la plupart des agriculteurs on ne peut pas se laisser condanner comme ça!


Bon couraga à vous


 


 


 


 


 


 



Olivier 26/03/2011 07:41



Merci Daniel de me redonner les bouquins que je t'ai prêtés pour te faire passer le temps dans les transports en communs parisiens.












Vinosse 24/03/2011 09:02



Finalement tes adversaires n'on fait que tenter de déqualifier ta plainte et te disqualifier en tant que plaignant.


 


Sur le fond, rien ...