Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Désolation 16 sur M6.

J’ai donc regardé zone interdite sur M6 ce soir, intrigué par la façon dont serait montré l’enfer du trafic poids lourds à Chabanais. En regardant l’émission je me disais que la Charente allait sans doute encore améliorer sa réputation de terre de tournages pour l’industrie audio visuelle et cinématographique. Finalement le parti pris d’un réseau routier à ce point inadapté au trafic international qui traverse la Charente du sud vers l’est avait sans doute cet objectif. Susciter une situation suffisamment catastrophique pour intéresser les médias si tellement durs à mobiliser quand on n’est pas assez extrême. J’ai trouvé les images des camions magnifiques. Visuellement on sentait vraiment bien l’anachronisme. Ce qui me laisse toujours plus dubitatif c’est que ni les journalistes, ni les élus interrogés ne semblent rechercher les causes profondes de l’importance d’un tel trafic. Etonnante cette réunion au ministère où il semble que l’on ait trouvé la solution pour Chabanais. Là encore rien ne filtre d’une éventuelle mise en perspective du trafic routier. Pour l’anecdote Henri De Richemont dont je sais pourtant le rôle qu’il a eu auprès du secrétaire d’Etat pour accélérer la déviation du village réussit à se faire piquer la vedette sur le petit écran par son collègue  député Jérôme Lambert. J’imagine la joie de l’équipe d’M6 qui doit déjà savoir qu’à l’extrémité ouest de la future déviation de Chabanais  une autre situation dramatique s’annonce, comme la Charente libre s’en est fait l’écho il y a quelques jours. Et puis il restera encore une vingtaine de kilomètres à deux voies après 2013 alors que le trafic aura encore beaucoup augmenté. Il sera sans doute temps de revenir faire de beaux nouveaux tournages. Une vraie mine d’or la Charente qui sait entretenir durablement, comme on dit aujourd’hui, les situations scabreuses bien mieux que partout ailleurs en France, tout au moins dans ce domaine. Bravo quand même aux habitants de Chabanais pour leur dévouement et leur talent d’acteurs et de figurants. C’était parfait. Enfin du côté de Mézières sur Issoire c’était pas mal non plus et ils étaient pas mal non plus. Quand je pense que si la Charente, comme bêtement tous les autres départements de France, avait eu une stratégie conforme aux enjeux de trafic routier international qui la traverse, nous n’aurions plus depuis longtemps ces situations d’une typicité si dingue qu’elle nous attire même la télé. L’originalité paie faut bien le reconnaître. La contre performance poussée à ce niveau là c’est vrai que c’est difficile à battre. Dans ce registre aussi, quelle infinie subtile cohérence et quelle délicatesse que d’avoir choisi comme logo pour le département une cagouille avec des ailes. Fallait oser avouer vous ne pensez pas ?         
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Ramon 20/01/2008 20:53

@ Herr Breteau: NON, les usagers locaux ne mettent pas forcément la main à la poche... Comme le démontre le péage LKW Maut en Allemagne, ce péage est sélectif et épargne les locaux.
Par contre le contribuable charentais a payé au prix fort et il paiera encore...

Vous vous contredisez, cher ami!

Daniel Herbreteau 20/01/2008 19:58

NON, les usagers locaux ne mettent pas forcément la main à la poche... Comme le démontre le péage LKW Maut en Allemagne, ce péage est sélectif et épargne les locaux.
Par contre le contribuable charentais a payé au prix fort et il paiera encore... sans que personne ne songe à faire une analyse sérieuse de ces budgets.
A toutes fins utiles, je rappelle l'enjeu: 600 emplois réels non subventionnés et plus de 50 millions/an pour les caisses des collectivités.
Cette idée du péage est disqualifiée en Charente, demandée par l'Europe, mise en oeuvre en Alsace et prochainement étendue à tout le pays.

Mais comme une fois de plus, en Charente, nous aurons été plus malins que les autres, cet argent nous passera sous le nez pour filer directement dans les caisses de l'Etat.

Ainsi après avoir payé la route nous en laisserons partir les bénéfices.

jacques.mikulovic 20/01/2008 17:37

Désolé Didier, je vais essayer d'être plus rigoureux dans mes écrits en tapant peut-être moins vite, mais également en essayant de lire vos propositions...Il s'avère que l'Etat se désengage de routes, privatise les autoroutes... et que les usagers locaux sont obligés de mettre la main au portefeuille... malheureusement c'est aussi le choix d'une politique... à bientôt de vous lire

Yvan Duteuchy 19/01/2008 20:29

@: pour un candidat aux cantonales, je trouve ce monsieur Mikulovic un peu léger dans ses analyses, non?

On aimerait bien les comparer avec celles de Meuraillon!

Il se pourrait bien qu'elles soient plus légères encore!

Daniel Herbreteau 19/01/2008 14:45

Dommage d’aborder ce sujet sous l’angle de la politique.
D’autant que ce système de financement absurde a été mis en place il y a quelques années, les rôles étant alors inversés, gouvernement de gauche et Conseil général de droite.
La région et le département ont payé la N10. L’Etat gardant pour lui la TVA et les aides européennes et personne ne s’en offusque.
C’est à la politique politicienne que nous devons ce bilan des infrastructures et de l’économie en Charente.
Facile d’user et d’abuser du prétexte politique et au bout du compte, nous n’avons ni autoroute, ni achèvement des 2x2 voies.
Pourquoi d’autres départements, avec les mêmes sensibilités politiques mettent-ils en œuvre des solutions refusées en Charente?

Dans les Landes, Henri Emmanuelli, confronté à la N10, a soutenu le principe de la concession autoroutière. Idem pour l’A65 (Langon-Pau), pour laquelle il a refusé une 2x2 voies réalisée par l’Etat. Parce que l’ETAT est INCAPABLE de faire cette route dans les délais et le respect des Normes de sécurité.