Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A hue et à dia.

Vendredi après midi des représentants de la direction interdépartementale des routes atlantiques qui travaillent sur la mise à deux fois deux voies de la route nationale 10 et de la 141 sont venus à la mairie de Reignac, après celle de Baignes quelques jours plus tôt, présenter devant les maires concernés les plans presque définitifs du tracé et des ouvrages d’art prévus pour le tronçon Reignac Chevanceaux. Par rapport aux précédents plans communiqués il y a des modifications appréciables. Les travaux pour cette portion doivent se faire presque exclusivement en site propre, à l’exception de la jonction aux deux extrémités. La route actuelle devenant ainsi la voie de rétablissement, comme c’est déjà le cas entre Barbezieux et Reignac. Trois échangeurs sont prévus pour ces 11 kilomètres, ce qui est satisfaisant. A partir du deuxième semestre 2008 les acquisitions foncières vont commencer et elles doivent être terminées un an plus tard. Selon nos interlocuteurs la mise en service du tronçon au nord de Barbezieux doit se faire à la fin 2009 et non pas en 2011 comme il a pu être annoncé dans la presse. Les travaux entre Reignac et Chevanceaux commenceraient ensuite pour se terminer en 2013. Il y a même un espace prévu pour aménager une aire de repos pour les poids lourds. Les normes à respecter en matière de niveau de bruit sont aussi plus sévères qu’elles ne l'étaient pour la réalisation du tronçon Barbezieux Reignac.
Il y a donc tout lieu de commencer à se réjouir quand on a enfin sous les yeux les plans du projet, avec quarante ans de retard quand même. Techniquement l’échéancier est sans doute crédible. En revanche il reste indispensable de se mobiliser pour que les financements de l’Etat permettent de respecter cet échéancier. Les PDMI ne sont toujours pas annoncés et les financements non plus. Compte tenu des moyens très limités que l’Etat a l’intention de consacrer à ces PDMI il faudra vraiment que les arbitrages reconnaissent la priorité absolue de notre tronçon pour qu’il dispose des financements nécessaires au respect des délais. Parce que dans le même temps en Charente la RN141 revendique aussi à juste titre ce caractère d’extrême urgence, et donc des financements.
A la suite de cette réunion je suis allé à Confolens pour assister à l’assemblée générale de l’association pour l’axe Nantes Méditerranée que préside Pierre Baudriller. Au fil du temps l’association a redéfini les priorités du projet qu’elle défend en soutenant très fermement la demande d’une concession autoroutière (Roumazières, La Croisière) pour canaliser le fret européen qui transite en Charente en provenance de l’est et du sud de l’Europe.
Nous pourrions nous contenter de nous mobiliser pour la seule partie qui nous concerne directement ici, surtout maintenant que le but semble proche et qu’il est tentant de considérer que la compétition pour les financements devrait nous conduire à revendiquer une priorité plus forte ici que partout ailleurs dans le département. J’ai acquis la conviction que ce serait un bien mauvais calcul. C’est en démontrant sans cesse la nécessité nationale et européenne de cette autoroute et route aux normes autoroutières pour traverser la Charente que nous aurons les meilleures chances d’enfin faire reconnaître l’absolue priorité des travaux à réaliser sans recours à des financements départementaux ou régionaux. C’est ce que je suis allé dire lors de cette assemblée générale. Au cours de celle ci on a aussi pu vérifier une nouvelle fois le désaccord en Charente sur l’analyse du problème routier et la stratégie la plus pertinente à soutenir et à mettre en œuvre pour le résoudre. Henri de Richemont a clairement exprimé qu’à son sens la priorité c’était la mise à deux fois deux voies de la RN 141 et qu’elle est bien la route centre Europe atlantique dans notre département, malgré 35 kilomètres d’allongement de parcours,  des financements incertains et un temps de réalisation infini. La salle n’a pas apprécié ce qui l’a conduit à exprimer ensuite qu'il soutenait en fait simultanément les deux projets. Mais sa conviction profonde, qui est aussi celle du département, c’est que l’autoroute entre Roumazières et la Croisière n’est ni vraiment pertinente ni prioritaire. C’est d’ailleurs le message qui est adressé au secrétaire d’Etat aux transports par les principaux élus de Charente. A cela s’ajoute le sentiment que les conclusions du Grenelle et le sentiment anti autoroute qu’elles encouragent justifie de ne pas s’orienter dans cette voie. Comme l’association je suis en désaccord avec cette vision étriquée des réalités et je crois que nous payons en Charente l’absence de travail collectif et d’unité sur l’analyse et sur la stratégie à conduire.
Je serai demain à Paris pour mes activités professionnelles ce qui me permettra de me rendre à l’assemblée nationale à 18 heures pour assister à l’assemblée générale annuelle de l’association pour la route centre Europe Atlantique en compagnie de Pierre Baudriller, Guy Traumat et Daniel Herbreteau. Patrice Parise, le directeur des routes sera présent pour exposer les projets routiers sur cet itinéraire. La résolution du problème se trouve sans doute en dehors des frontières du département.                 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Daniel D 03/12/2007 08:30

On voit qu'avec toi la poussière risque pas de te coller aux godasses(bien cirées les godasses), les ors de la république te le reprocheraient, mais as-tu pensé à tes fidèles lecteurs qui ont cru(pas moi!) que t'allais fomenter une coupure de la 10 pour ENFIN nous faire entendre?

Ce projet-là, lui aussi, va rester sur l'étagère à poussière des promesses qui ne coûtent rien et que la communauté n'aura même pas la peine d'étudier...

Ça restera un rapport de plus dans la Cour de Récréation où les derniers de la classe passent pour des chefs...