Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Glissements progressifs sans plaisir.

J’en profite pour « monter » dès aujourd’hui à Paris. Alors que je fais des allers retours quasi hebdomadaires, j’ai rarement le loisir de profiter des splendeurs de la capitale. J’ai donc pris ce matin mon Instamatic avec moi, mes très chers lecteurs.

Vendredi matin, fin de grève oblige, je suis arrivé très en retard par le premier TGV au départ de Paris pour assister à l’assemblée générale des maires de Charente, vers la fin de l’exposé sur le droit de l’urbanisme et au moment des échanges mitigés avec la salle. J’ai ensuite écouté pour la deuxième fois Elisabeth Franco-Millet de la DIRECCTE présenter le dispositif d’aide pour les Contrats d’Avenir. La première fois, c’était à Cognac le 16 mai, lors d’une réunion organisée par le Medef et destinée aux quatre employeurs privés qui s’étaient rendus à l’invitation.

A la fin de l’exposé, j’avais fait savoir aux représentants de l’Etat et de Pôle Emploi que j’étais candidat pour recevoir pour un entretien tous les jeunes sans qualification de moins de 25 ans qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat d’avenir et travailler dans les vignes et les vergers.

J’ai bien senti comme de l’incrédulité de la part de l’administration lorsque j’ai témoigné de la difficulté grandissante à recruter pour les travaux agricoles. Le message est, vous vous en doutez, rapidement passé du côté de Pôle Emploi à Barbezieux. Un échange téléphonique s’en est suivi pour confirmer ma demande. Un mois vient de passer sans qu’un seul candidat ne m’ait été proposé.

Dans le même temps, une très forte nouaison dans les vergers a nécessité cette année le recrutement d’une grosse équipe de saisonniers pour tenter de diminuer très vite le nombre de pommes sur les arbres. Ceci, afin qu’elles atteignent à maturité la taille qui permet d’obtenir un prix sur le marché assez rémunérateur pour couvrir les charges. Candidatures spontanées d’étudiants ou d’habitués des travaux saisonniers, Association Départementale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture (ADEFA), annonces, bouche à oreille, tous les moyens ont été mis en œuvre pour suppléer à l’absence étonnante de candidats issus de l’annonce déposée très tôt à Pôle Emploi. Et puis, un simple coup de fil à Sofia ou ailleurs permet maintenant de bénéficier sous cinq à sept jours de salariés motivés prêts à faire le voyage et à se payer un gite pour l’hébergement. (voir l'article paru sur la Charente Libre...et les commentaires)

La délicate admonestation des employeurs publics ou privés à laquelle il me semble assister depuis l’annonce de la dérisoire boite à outils contre le chômage doit être appréciée à l’aune de la réalité vécue dans la vraie vie.

Et ce n’est pas le discours d’acceptation de la misère des temps du Président du Conseil Général, élevé depuis 2008 au rang additionnel et prestigieux de sénateur, qui a pu me rassurer. Bien sûr qu’il faut faire la chasse aux frelons asiatiques. Mais en dehors de cette nouvelle chasse aux papillons, ne peut-on pas simplifier le circuit de l’impôt qui fait passer par le département la somme affectée à l’entretien des routes communales ? N'attend t'on pas autre chose qu'un FDAC de la part d'un élu aussi décoré? Et puis à l’heure de l’aboutissement de la coopération intercommunale pour tous, faut-il recréer une nouvelle agence départementale cofinancée par les impôts collectés par les uns et les autres pour y embaucher l’assistance technique mutualisée des communes ?     

Après avoir mené vigoureusement campagne contre le conseiller territorial, y a-t-il lieu de se pâmer maintenant devant la division par deux des cantons qui seront représentés par des élus issus de cette merveilleuse innovation appelée scrutin bi nominal à deux sexes majoritaire à deux tours ? Faut vraiment aimer le millefeuille jusqu'à l'indigestion des contribuables pour soutenir une telle débilité.

Alors que l’ancien monde craque de toute part et menace de s’écrouler sous les dettes, la récession et le chômage, les sanglots longs des violons socialistes bercent les cœurs charentais d’une langueur cagouillarde monotone.

Quel contraste fou avec l’ardeur que je vois à l’œuvre dans les entreprises, comme celle de François et Jacques à Cavaillon où j’étais mardi soir. Ou à la CEPAP à La Couronne où nous avons emmené Xavier Bertrand il y a une quinzaine de jours.   

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Jean 17/06/2013 21:14


@ Loic,


En effet, si le sujet de l'article traite de l'emploi, le premier commentaire d'Aubarecy n'avait pas vraiment sa place ici. J'ai simplement usé de mon droit à témoigner d'informations de nature
différente à celle des lanceurs d'alertes et autres militants anti-pesticides.


Maintenant, vous avez vous aussi la possibilité de vous exprimer sur le sujet complexe de l'emploi que notre gentil président avec sa boite à outils semble incapable à résoudre. Il finirait même
par me faire regretter Nicolas Sarkozy !

Vinosse 17/06/2013 19:19


 


Tieu pauv' animal !!!


Il est comme tiélés jeunes chiens à qui tu lance une piarre ou un bout d'bois et qui t'le ram'nant en beurdillant d'la queue et en tordant l'cul, avec l'envie que tu leu
r'lance...


Y m'fatigue...


Fous le à la chaine...





 

Loïc 17/06/2013 18:45


Euh, le sujet de l'article concerne bien l'emploi???

Olivier 17/06/2013 14:13


L'avantage avec les films de Jean-Paul Jaud, c'est que si tu as vu la bande-annonce, tu n'as plus besoin de subir le
navet...


Apprends aussi à lire les notes de bas de page :« Oui, cette bande-annonce rend bien compte de ce qu’est le
film. NDLR, 21-11-2008 »


Autres liens qui vont dans le sens du commentaire de Jean :


e.coli : clarification à l’égard de la
filière bio 


Escherichia coli entérohémorragique L’énigme d’une crise


vous en prendrez bien un autre paquet
de farine bio...


Bio:fini le temps des messages
euphoriques !


Les Français et les
pesticides - Désinformation « Express »





Concernant ta préoccupation pour ma santé mentale, je me demande une fois de plus si ce n'est pas ton subconscient qui
réclame un appel à l'aide pour que l'on te fasse hospitaliser de force...





 


 




P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link { }

Vinosse 17/06/2013 07:30


 


 


 


Mon pauv' Olivier, t'es mal barré !


 


Ton truc n'est pas la critique d'un film, mais juste de sa vidéo de présentation...


 


Dès fois tu ferais mieux d'aller au lit...


 


Ou aux urgences psychiâtriques !


 


 


C'est pas de toi ce truc mensonger aussi:


L'AB ne garantit pas un aliment plus sain.


Récemment, en Europe, des produits issus de l'AB contaminés par des organismes toxiques ou pathogènes pour l'homme ont provoqué des accidents graves chez les consommateurs : Escherichia Coli
sur graines issues de l'AB est responsable de 53 morts et 3 971 malades dont 862 cas avec des syndromes hémolytiques et urémiques.