Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est quand qu'on va où?

L’Association des Elus pour le Soutien et le Développement des Hôpitaux du Sud Charente, par son président Pierre Bobe, a sollicité les conseils municipaux des 36 communes des 3B (et sans doute d’autres) afin qu’ils délibèrent pour demander le maintien du service de chirurgie à l’hôpital de Barbezieux.

Je ne doute pas un instant du résultat, l’unanimité sera obtenue et je m’en félicite par avance. Dans le même temps je ne peux m’empêcher de penser qu’il manque à cette démarche tout un travail en amont qui rend le résultat de la mobilisation incertain. Depuis plusieurs mois j’évoque auprès du président du conseil d’administration la nécessité d’organiser une réunion à destination des élus de notre territoire pour les informer sur les stratégies nationales en cours d'élaboration ou déjà bien définies, sur les évolutions réglementaires à venir et sur les forces et les faiblesses de nos hôpitaux du Sud Charente dans ce contexte. Une bonne information des élus du territoire sur les menaces et les opportunités qui planent, adossée à une véritable stratégie pour l’avenir  qui serait proposée pour les hôpitaux du Sud Charente par son conseil d’administration (à condition qu’il y en ait une) susciterait à coup sûr une force déterminée et solidaire qui dans ce domaine peut s’avérer redoutable. Cette réunion n’a toujours pas eu lieu. Je la demande encore. Il devient semble t’il possible qu’elle se tienne bientôt à l’initiative de Pierre Bobe avec une organisation 3B. Mais jusque là il est quand même difficile d’être déterminé et confiant pour se battre contre la fermeture de la chirurgie quand le président de l’institution semble pour ce qui le concerne plutôt valider le projet, y compris publiquement dans la presse et sans démentir. On peut dès lors légitimement s’interroger sur ce qu’il faut vraiment faire. J’ai pu m’entretenir avec l’un des deux chirurgiens de l’hôpital, le docteur Farhi, qui a souhaité me voir pour m’informer de son analyse de la situation. Le discours qu’il m’a tenu m’a semblé, à priori, on ne peut plus cohérent et à tout le moins suffisamment crédible pour que j’ai envie d’en savoir plus. Les arguments très pertinents ne manquent pas en apparence pour justifier une forte mobilisation contre le projet et demander le maintien d’un service de chirurgie à Barbezieux. J’ai bien sûr rapidement appris depuis que de grosses difficultés de relations entre personnes faisaient passer au second plan ce raisonnement et compteraient pour beaucoup dans le renoncement ou le peu de mobilisation constaté. Pour l’instant je n’arrive pas bien à percevoir en quoi cela nous excuserait de ne pas affirmer de fortes convictions pour le maintien du service et de ne pas agir vigoureusement en ce sens.

De plus le Schéma Régional d’Organisation Sanitaire (SROS) en Poitou-Charentes aurait un vice de forme (pas de concertation avec les élus) et beaucoup de vices de fond. Il n’est pas du tout démontré en effet que la sécurité des patients serait mieux assurée dans un autre hôpital. 1700 interventions au lieu des 2000 décrétées nécessaires n’est pas un argument recevable. Le coût pour la collectivité ne peut-être invoqué compte tenu de ce qu’il est plutôt plus faible ici que dans les grands centres qui auraient à accueillir les patients détournés. Et la liste des alibis litigieux ne s’arrête pas là ! 

Il faut aujourd’hui que le président du conseil d'administration de l'hôpital nous dise sa volonté et la voie qu’il veut suivre, que nous instruisions le dossier pour nous forger nos propres convictions et qu’ensuite nous soyons solidaires ou bien que nous passions outre pour défendre un autre objectif.

Ruffec de son côté a fait un choix clair et c'est l'union sacrée pour défendre le service chirurgie. Le Maire de Barbezieux s'était exprimé il y a peu pour une plus grande solidarité avec Ruffec, c'est peut-être le moment de s'en souvenir.Il y a urgence.....  

     

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

louis 14/02/2006 17:50

il est trop facile de pleurer mais il faudrait peut etre se poser les vraies questions et non en faire un debat politique!Pourquoi seulement 21% des personnes qui se font operer en 2003(habitant dans  la zone de recrutement de l'hopital de Barbezieux) le font dans cet hopital??(les autres vont  en clinique à Angouleme ou à Girac!)Pourquoi tous les chirurgiens qui ont a travailler avec celui cité par D Sauvaitre s'en vont tot ou tard ?(et pas que les chirurgiens!)

daniel 09/02/2006 21:25

Les convictions libérales lorsqu'elles se confrontent aux réalités territoriales, peinent souvent à d'être prises au sérieux...
Surtout pour ceux qui s'en prévalent...

L BESSON 09/02/2006 20:16

l'adéquation ou la concordance du service publique et des convictions libérales est -elle concevable au regard des conflits d'intérêts  qu'elle risque générer, voilà sûrement le fond du débat . Tant que cette question ne sera pas débattue aussi catégoriquement avec le plus d'honnêteté  et de passion possible, les uns et les autres continueront à se traiter d'anti tout. Pendant ce temps ...................................

daniel 07/02/2006 21:57

Un "Patrick" tout juste auréolé des lauriers que sa soudaine promotion décore, et voilà t'y pas qu'il se croit obligé d'en remettre une couche...
Je me doute que ce "Patrick" là, le fait uniquement comme le font les renards qui marquent leur territoire, d'un trait de pisse dru, juste pour faire savoir qu'ils existent...

isa 07/02/2006 15:05

Cher Renaud,
Tout d’abord merci pour cette leçon de démocratie qui m’a fait le plus grand bien, j’en suis consciente.
Je souhaite de tout cœur, pour la communauté, qu’après les longs (très longs !) débats entre élus et autres participants, les gens parviennent à se mettre d’accord et agir ensemble quelques soit leurs affinités politiques ou autres différences.