Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Veni, vidi, Moscovici.

Eh oui mes très chers lecteurs, il y a des expressions qui paraissent anodines comme ça et qui pourtant n’en finissent pas de faire des ravages sur les esprits fragiles. Combien sont-ils à n’avoir fait que l’ENA, ou une autre grande école, qui ont mal interprété la sagesse populaire qui préconise de se mettre un peu d’argent à gauche. Ils ont tellement été induits en erreur que l’ambiguïté de l’expression a pu conduire à cette grave crise politique que nous vivons aujourd'hui en France. On aurait pu se méfier. Les signes avant coureurs étaient déjà apparus sous les deux septennats de François Mitterrand. De la gauche caviar à la gauche Caïman, il n’y avait qu’à naviguer un peu plus en eau sémantique trouble pour parfaire le désastre.

Entre un pur fonds de commerce politique, d'un côté, qui dénonce les riches et l’argent roi, et de l’autre, un goût personnel ostensible pour beaucoup de luxe et de lucre très faiblement imposé, la schizophrénie était explosive, ça vient de péter encore une fois.

Celui là même qui veillait à ce que chacun de nous file tout droit chez le percepteur pour s’acquitter de l’impôt juste, solidaire et salvateur d’Hollande, planquait ses propres sous en Suisse ou plus loin. Docteur, j’enquille  la thune et Mister hide l'oseille au paradis fiscal.

Et celui qui payait sa fête à l’ennemi invisible, sans nom et sans visage, au Bourget, pour le compte d’Hollande, fait Caïman pareil. C’est le pompon.

Le double jeu à ce point en haut, c’est forcément la jacquerie assurée en bas. A ce rythme, la nouvelle révolte des pitaux, en Saintonge comme ailleurs, est pour bientôt mes très rebelles lecteurs.

Parce qu’en plus, le tout lisse et tout réthorique Pierre Moscovici ne savait pas. Tout comme François Hollande ignorait tout aussi. Ils ne savaient déjà pas pour Dominique Strauss Khan ce que l’on sait maintenant et que tout leur monde savait depuis longtemps. Ils ne savent sans doute pas non plus que Laurent Fabius a la chance de ne pas payer l’impôt sur la fortune pour ses œuvres d’art quand d’autres, bien moins riches, le paient. Tout comme ils n’ont jamais su que la niche fiscale et sociale des heures supplémentaires, qu’ils ont supprimée, ne profitait pas au patron, mais bien au salarié. 

J’ai bien peur que le peuple n’en sache, lui, bien trop aujourd’hui sur ce qu’ils feignent de ne pas savoir pour leur pardonner une fois de plus. Ce n’est pas l’argent qui était l’ennemi à combattre, chère et silencieuse Marie Line et consorts, mais la malhonnêteté intellectuelle et le mensonge. Le faites ce que je dis mais pas ce que je fais. C'était bien le minimum. Mais, même ça la gauche ne sait pas le faire. 

Le pire, c’est que cette spirale du mensonge, qu’a si bien décrite et illustrée Jérôme Cahuzac, elle éclate au moment ou la France se trouve dans la spirale du déclin. Décroissance, déficits, endettement, hausses d’impôts, chômage, perte de compétitivité forment un cercle vicieux infernal qui nous fait dévisser grave. Le retour dans le cercle vertueux de la résolution des problèmes passe par la réforme de notre organisation collective à tous les échelons. Mais à part en paroles, rien n’est encore en chantier. Président, gouvernement et majorité à l'assemblée, au Sénat, dans les collectivités territoriales, tous accompagnent le mouvement en bricolant à la marge avec la tristement célèbre petite boite à outils  Autant dire que l’heure est grave.

La goutte d'eau qui peut mettre le feu aux poudres, c'est que Jérôme Cahuzac, qui a besoin de payer ses conseils, a pour projet de redevenir député comme il en a le droit. Si cette provocation devait aboutir, François Hollande disposerait alors du seul moyen d’empêcher que le scandale ne se prolonge et que ne survienne la révolte promise par l’autre super menteur  à beaux costumes et gueule d'empeigne qu’est Jean Luc Mélenchon, la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Quelques soient les échéances électorales à venir, face aux dérives populistes qui nous attendent, l'heure n'est plus, à gauche comme à droite,  aux candidats pressés de se fondre dans le moule pour faire eux aussi semblant d'agir, mais à ceux qui savent tenir courageusement la barre dans la tempête. Sans promettre ce que l'on sait impossible pour se faire élire, Charge aux français, à l'équipage, de bien les choisir.  

Qu’en pensez-vous mes sages lecteurs ?

 

Je vous mets en prime l'éditorial d'Alexis Brezet qui paraîtra demain dans le Figaro. Lisez le attentivement....

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

D Duret 10/04/2013 07:29


 


Réponds pas à l'Olivier, Jacques, c'est disconvenant. Ce guignol vient ici juste pour faire tinter ses grelots en fer blanc... Il a rien dedans, que du jus d'boudin périmé ...


 



Jacques Mikulovic 09/04/2013 23:01


Chacun à sa marge... c'est pour cela que nos élus sont finalement un peu à l'image de notre peuple... et de nous même pauvre petit gaulois à nous quereller pour nos petits acquis et
privilèges... 


Je ne cautionne pas les dérives de nos élus, c'est désastreux pour la démocratie, et il est vrai c'est encore bien pire lorsque l'on se permet de faire la morale aux français et que l'on se
revendique de gauche... mais après ça, quoi, on y va de la liste et les contradications de l'autre bord ou on se dit qu'il faut peut-être contribuer à construire ????

Olivier 09/04/2013 22:27


   


 


« Malheureusement les mensonges, manipulations et autres turpitudes ne sont pas l'adage d'un groupe plus que d'un autre... »



«Ne sommes-nous pas tous parfois un peu des transgresseurs (à nos sacrosaints principes !)»





Qui pendant la campagne présidentielle, nous a chanté le retour de la morale avec de beaux sermons contre le Satan de la Finance et le démon de la Fraude ? François le premier...


 


Avec 15 millions d'euros planqués en Suisse et à Singapour monsieur Le Juste Cahuzac, celui qui avait pour mission de démasquer les fraudeurs, ne chie pas la honte en prétendant retourner sur les
bancs de l'hémicycle. Alors là vraiment, je me dis qu'il me reste un peu de marge de transgression...


 




P { margin-bottom: 0.21cm; }

Jacques Miikulovic 09/04/2013 20:24


Bonsoir,


 


Je crois que Marie-Line a un engagement digne, humain et respectable... elle ne peut être mise en cause ainsi, c'est trop imprécis...


Je me permets d'apporter ma réaction au sujet que je te remercie de poser.


Malheureusement les mensonges, manipulations et autres turpitudes ne sont pas l'adage d'un groupe plus que d'un autre... l'ump n'a guere plus de leçons de morale à donner sur les finances
publiques ou conflits d'intérêts... Nous devons tous nous mobiliser et nous "engager" pour faire face aux "démons" de NOTRE nature humaine, cupide et sans mémoire.


Dans une République, les institutions sont aussi là pour protéger les citoyens, notamment de leurs faiblesses... les représentants (nos "chers" élus) ne sont que des humains, donc avec des
faiblesses d'humain... Il convient de les protéger en modifiant les institutions, en limitant le cumul, le nombre de renouvellement des mandats, en clarifiant également l'engagement dans les
activités annexes du niveau local (les  multiples syndicats) au national (les agences et/ou autres instances de pantouflages rémunératrices, je me rappelle Balladur Président du TMB "Tunnel
du Mont Blanc" par exemple...), les retraites et ou autres avantages acquis, cela permettrait de libérer des places (ou supprimer des fonctions parfois bien inutiles) pour faire émerger de
nouveaux acteurs (la nature ayant horreur du vide)... mais il faut que les premiers concernés par ces décisions acceptent de s'amputer eux-mêmes.... la droite n'a pas été exemplaire, la gauche ne
l'est pas davantage, c'est la condition d'élu qu'il faut donc revoir sans doute et d'autres alternatives à imaginer avec les citoyens qui doivent se saisir de cette incapacité de nos
représentants à faire bouger les lignes pour prendre en charge le destin collectif que nous déplorons...


Mobilisons-nous !


Reconnaissons la valeur de l'engagement politique, syndical, associatif.... que font ceux qui critiquent ? venez dans les instances collectives pour en influencer le fonctionnement... c'est dur
certes.... mais toujours bien révélateur de notre nature à tous. Ne sommes-nous pas tous parfois un peu des transgresseurs (à nos sacrosaints principes !)

Le Retou©heu® 07/04/2013 18:52





"J'ai cru que les socialistes allaient changer la vie, c'est ce qu'ils avaient promis. Or, depuis trente ans, ils n'ont cessé de nous
décevoir, ils n'ont cessé de nous cocufier, ils n'ont cessé de nous mentir... La maison brûle !"