Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trier le bon grain de l'ivraie.

margousier

 

 

Samedi dernier, tout ce que la planète bio compte d’organisations militantes  s’était donné rendez-vous au jardin des plantes de Saint-Chamond près de Saint Etienne pour dire non à l’interdiction des alternatives aux pesticides.

 

L’appel à mobilisation commence en ces termes : «  Aujourd’hui, les agriculteurs qui souhaitent limiter l’usage des pesticides et particulièrement les producteurs de fruits en culture biologique se heurtent à des impasses réglementaires qui remettent en question leur capacité à produire et à vivre de leur activité.

 

En effet, des produits naturels alternatifs aux pesticides chimiques existent, mais ils ne peuvent pas être utilisés car ils ne disposent pas d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) en France, bien qu’ils soient autorisés par le règlement européen de l’agriculture biologique et par les autres pays européens.

 

Les agriculteurs ne pourront pas respecter les engagements du gouvernement de limiter l’usage des pesticides si les alternatives naturelles sont elles aussi considérées comme des pesticides et ne sont pas autorisées à cause de contraintes administratives stupides. De nombreuses démarches auprès des services du Ministère de l’Agriculture ont été mises en place, mais la réglementation sur les produits naturels peu préoccupants (PNPP) n’évolue pas. »

 

Les lecteurs attentifs de ce blog trouveront sans doute une certaine ressemblance avec certains de mes écrits précédents. Mais il y a plus que des nuances entre mes positions et celles des organisations auteurs de cet appel de Saint Chamond. Et c'est sans doute pour ça que je me réjouis de ce que la résonance de cet évènement a vocation à nettement revigorer la notoriété de cette ville autrefois célèbre par la présence d’Antoine Pinay.

 

Le mobile de la rébellion partagée est le suivant. Dans le même temps où les pouvoirs publics affichent leur volonté de réduire drastiquement l’utilisation de produits phytosanitaires,  la recherche de nouveaux moyens de lutte contre les ravageurs semble bien moins efficace ici que chez nos principaux concurrents.

 

L’intérêt de cette manifestation c’est donc qu’elle permet d’illustrer le blocage avec un cas concret qui révèle toute la complexité du problème. Les manifestants ont en effet choisi de transgresser l’interdit et fait acte de « désobéissance civile » en épandant de l’huile de neem sur l’espace public. Le tout en présence de représentants du Parc Naturel Régional du Pilat et d’élus locaux. Dois-je rappeler à ce stade, pour les moins assidus d’entre vous, que j’ai eu l’insigne honneur d’être intronisé par la confrérie de la pomme du Pilat le 11 novembre dernier en la bonne ville de Pelussin et en présence de tout le personnel politique local. Autant dire, pour ceux qui en douteraient encore, que j’ai quand même un peu d’autorité pour parler de ces choses.

 

L’huile de neem est donc une huile végétale issue de la graine de l’arbre « qui guérit tout » venu de l’Inde, le margousier appelé aussi neem. Les propriétés insecticides de l’huile issue de cet arbre sont connues depuis la nuit des temps. La principale substance active, mais pas la seule, contenue dans cette huile s’appelle l’azadirachtine. Jusqu’à aujourd’hui le règlement européen qui définit l’agriculture biologique en autorise l’utilisation. En revanche en France son utilisation est interdite à des fins insecticides parce qu’il n’y a pas de produit commercial homologué, ayant reçu une AMM (autorisation de mise en marché). On voit tout de suite quel est le paradoxe. Voilà un produit bio par excellence, une préparation naturelle utilisée depuis des siècles en Inde et ailleurs, qu’il est impossible d’appliquer sur les cultures agricoles.

 

Bon, vous me direz qu’il y a d’autres plantes qui comme le margousier poussent sur les contreforts de l’Himalaya et qui ne sont pas plus en odeur de sainteté dans la réglementation nationale. Je pense à une en particulier, qui sécrète une étonnante résine que l’on peut recueillir en frottant les feuilles et les fleurs entre ses mains avant d’en faire une boulette qui pourra servir à différentes préparations dont les vertus sont elles aussi bien connues depuis la nuit des temps. Mais c’est une autre histoire et de lointains souvenirs, je m’égare un peu.

 

A première vue purin d’ortie et huile de neem, même combat. Dans les deux cas ce sont des préparations naturelles qui ont une présomption de totale innocuité et pour lesquelles il y a une vraie urgence à faire évoluer la réglementation pour sortir de l’aberration d’interdiction par non autorisation dans laquelle nous sommes. Sauf que ce n’est malheureusement pas si simple….

 

Lorsque qu’il y a déjà trois ou quatre ans j’indiquais à tel responsable national du service de la protection des végétaux l’anomalie française de l’interdiction de l’huile de neem dans une Europe qui au contraire l’autorise, je m’entendais répondre à peu près ceci. L’huile de neem a un profil toxicologique beaucoup trop dangereux pour l’utilisateur et les abeilles et ne sera donc jamais homologuée en France. J’ai continué depuis a évoquer cette situation très scabreuse de la production biologique qui applique sur les plantes de l’huile de neem en contrevenant à la réglementation française tout en recevant la bénédiction des organismes certificateurs, eux-mêmes agrées par les pouvoirs publics (Cofrac). Les services de la protection des végétaux se gardant bien jusqu’à ce jour d’effectuer les mêmes contrôles que ceux effectués chez les autres agriculteurs, qui eux se retrouveraient illico en correctionnelle s’il leur prenait l’idée d’utiliser dans leur verger la même huile de neem. Allez comprendre.  Lors d’une récente rencontre avec les directeurs de la secrétaire d’Etat chargée de l’écologie et championne de karaté kata, Chantal Jouanno, j’ai à nouveau soulevé le problème. D’autant plus malicieusement en ces lieux aseptisés, tout en haut d’une tour à la Défense, dans une salle de réunion sans fenêtre, où l’on me regarde comme un martien d’agriculteur encore conventionnel et où l’on m’explique que j’ai décidemment encore beaucoup d’efforts à faire pour réduire ma consommation de produits phytosanitaires. Tel directeur se présente comme responsable de la commande publique durable de l’Etat pour un Etat exemplaire quand un autre est responsable de la promotion des pratiques durables en agriculture au travers de la même commande de l’Etat. Je vis certains jours, vous le constatez, des moments de grande solitude. Enfin j’ai quand même, à force d’à force, réussi à mettre un coin dans leurs certitudes et leur croyance en l’horizon indépassable pour la société qu’est selon eux le label bio. En parlant justement du neem, mais aussi du cuivre… En redescendant du haut de la tour et après avoir récupéré nos passeports et dépassé les cerbères des lieux, j’ai demandé à mon jeune responsable de notre Charte de Production Fruitière intégrée ce qu’il pensait de notre très légère avancée. Plutôt désespéré, il s’est retourné pour me montrer la tour en me disant : « vous avez parlé à deux types. Même si on venait tous les jours pendant des mois on arriverait à peine à décontaminer un étage ». C'est malheureusement tout le problème du Grenelle qu'il venait de synthétiser là. L’argument de la distorsion de concurrence entre la France et l’Allemagne au regard de l’utilisation du neem avait quand même porté. Dans les heures qui ont suivi, ce même directeur nous faisait savoir rassuré que le produit allait également être interdit dans toute l’Europe puisque la matière active ne serait pas inscrite à la fameuse annexe I de la directive CEE 91/414. Enfin un peu plus tard il devait à nouveau convenir que la distorsion allait encore durer pendant près de deux ans/.

 

Mais vous vous en doutez, cela ne fait pas du tout, du tout, l’affaire des agriculteurs en production biologique. Eux sont convaincus que l’huile de neem est totalement inoffensive pour l’environnement et l’homme et surtout qu’ils en ont définitivement besoin pour dégommer quelques bébêtes dévoreuses. Ils clament aussi qu’il faut distinguer l’huile de neem de la matière active azadirachtine au regard de l’innocuité. Et puis de l’autre côté les autorités sanitaires brandissent le dossier à charge contre cette huile et cette matière active, cancérigène, perturbateur endocrinien, toxique pour les abeilles etc… Suffisamment d’arguments pour que cette matière active ne puisse pas entrer dans la composition de préparations appliquées sur les plantes. Ce qui signifie en creux que cette préparation naturelle ne respecte pas les critères que d’autres matières actives pourtant chimiques respectent. Et c’est ce qui est fondamentalement utile dans les conséquences de cet appel de Saint Chamond. Nous entrons, je j’espère, dans une nouvelle étape où la distinction entre production biologique et production intégrée va progressivement s’estomper et même basculer en faveur de la seconde. C’est la voie que j’appelle du « chemin des crêtes » qui recherche l’optimum possible en fonction des connaissances du moment et qui ne reconnaît pas la frontière artificielle entre intrants naturels et ceux issus d’une transformation chimique au regard de leur utilité pour la production et la protection des plantes. 

 

Je pourrais continuer la démonstration avec le cuivre, tout aussi indispensable à la production dite biologique mais tout aussi problématique bien que naturel. Je pourrais aussi rappeler que la roténone est interdite après avoir constitué longtemps la base de la protection insecticide en bio.

 

J’ai mis quelques documents en lien pour ceux qui souhaitent en savoir plus. Cliquez ça doit marcher. 

 

En ce dimanche matin où j’ai une nouvelle fois raté la messe je vous propose pour une fin provisoire la lecture d’un passage de la Bible que j’aime citer : « Rien de ce qui est hors de l’homme et qui entre en lui ne peut le souiller ; mais ce qui sort de lui, voilà ce qui souille l’homme » (Marc 7, Verset 15).

 

Ca rend plus cool vis-à-vis de toutes ces questions, non ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Olivier 02/05/2010 23:43



L’intelligence voudrait que l’on se retienne de rigoler en lisant cet article. Mais là, je pense qu’il faut vraiment se procurer le même tabac et le fumer tous ensemble ! En effet, il vaut
mieux que ce sympathique scientifique ne conduise pas le tracteur car, dans son état, ça doit être très dangereux pour ses amis les arbres !


Je n’y connais rien en pomme mais j’aimerai voir l’allure de ses vergers… Peut être qu’une pomme issue de la culture biodynamique apprend au contact du berger à éviter les grêlons de l’espace. Et
peut être qu’à ne rien faire ça pousse quand même et que les pommes redeviennent carrées.


J’espère simplement pour cet ingénieur agronome qu’avant de se rendre aux toilettes, il ne cogite pas trop longtemps pour savoir si une fois assis sur son trône, il sera  bien
orienté avec les astres et si, dans sa démarche intimement  personnelle, le cosmos est prêt à recevoir sa délivrance fécale !


 


A se poser trop de questions on finirait par en oublier nos souffrances. 


 


Merci Vinosse car toi si triste d’habitude, aujourd’hui tu m’as vraiment fait rire ! Continue à nous faire connaître tes articles, c’est passionnant !


 


Mon chien :


« J’peux pas dire que je suis contre mais là quand même j’ai des doutes ! »


 


Ma femme citant Pierre Dac :


« Je suis ni pour, ni contre, bien au contraire ! » 




Vinosse 27/04/2010 13:08



Bien que cela soit trop tôt pour des résultats transmissibles, je vous 
présente mes démarches actuelles. Je suis preneur de coopérations, 
suivis scientifiques, suivis pragmatiques ou sensibles, échanges ...

*1) une démarche évolutive* :
depuis 1 an, je suis engagé dans une nouvelle démarche d'évolution de 
mon verger ( 7ha SAU, 4 ha de pommiers), avec des choix clairs et des 
explorations rarement prises en compte :
-*-agriculture inclusive *: on ne combat plus rien, on cherche à savoir 
ce que cela exprime et à en tenir compte
-- *agriculture systémique* : on raisonne "système" à divers niveaux 
( l'arbre et son entourage proche / la parcelle / la ferme / le paysage 
et la zone/ la planète terre/ la relation au cosmos ), on prend en 
compte les aspects agronomique, écologique et physiologique , on 
travaille l'équilibre végétal / animal, mais aussi "émotionnel"(relation 
verger/ arboriculteur), "bio-énergétique" (travail du ressenti , de 
l'intuition, du sens )...etc
-- *agriculture "immunitaire" :* on cherche à ce que les divers êtres 
vivants et même la parcelle, et la ferme dans son ensemble ( et 
l'agriculteur !) puissent exprimer leur individualité, leur unité, leur 
essence et leurs qualités . *Qui dit unité dit imm-unité* : on sait 
maintenant que les plantes ont une immunité et des défenses naturelles ( 
ainsi que les animaux et les humains) , je postule qu'il peut y avoir 
une immunité à l'échelle d'une parcelle, d'une ferme - d'un organisme 
agricole plus exactement-, comme la biodynamie le met en avant. Et 
heureusement, immunité à l'échelle de la terre entière !
--*agriculture co-créative, *co-créative entre l'humain et la nature, 
en coopération avec les divers règnes du vivant (voir point 3)

2) *en pratique (évolutive)*,
j'ai donc 4 ha de pommiers , une peu de pêchers, poiriers, pruniers
où le seul traitement est l'argile calcinée,
où j'ai introduit des poules , des oies, des vaches ( l'hiver seulement),
où je plante ou introduit des nouvelles plantes( dans des "jardins " 
superposés sur les vergers) ,
où je paille ( avec du foin) le pied des pommiers
où j'ai des pommiers témoins ( "délégués") suivis de plus près
où j'utilise des "fleurs de bach", des "essences de Perelandra" et des 
préparats biodynamiques et travaille la question des inter-influences 
énergétiques de la faune et de la flore déja présente
où j'explore la géographie énergétique et géobiologique du domaine
où je considère la ferme comme un organisme vivant
où je considère que mes propres compréhensions et relations aux êtres du 
verger, à la ferme et au lieu interagissent avec eux( "co-création")

3)*la pratique, l'observation, la science et l'intuition :*
En plus de l'aspect analytique scientifique classique, de l'expérience 
pragmatique, je cultive et renforce mon côté intuitif avec la méthode 
dite du "conning" et des tests musculaires de kinésiologie. Je cultive 
mon propre instrument de ressenti, avec et au delà les 5 sens habituels.
Le livre "jardiner avec les intelligences de la nature" ( Machaelle 
Small Wright, éditions-cocréatives) m'a donné la base que je recherchais 
pour avancer dans ce sens au delà de la bio et de la biodynamie.Cela 
rejoint ce que faisait Findhorn pour ceux qui connaissent.
Les approches classiques m'aident à poser les bonnes questions, je ne 
préjuge pas de la réponse qui se veut une réponse co-créative et 
co-opérative entre l'agriculteur et la nature.( Je trouve les réponses 
en "coning" par le test kinésiologique)
Ma prochaine étape est aussi d'apprendre à sentir ( avec le toucher) le 
"bio-champ" ou "corps énergétique" ou "corps éthérique" (selon les 
terminologies), à partir de l'interaction entre mon propre bio-champ et 
celui de l'être que je veux apprendre à mieux connaitre.( cf livre de 
Yann Lipnick, "les mystères de Gaia", édition Oviloroi)

*4) premiers résultats ?*
En un an, il est bien trop tôt pour tirer des enseignements;
Toutefois j'ai apprécié : que côté insectes cela s'est très bien 
déroulé en 2009,
qu'il y a plus d'oiseaux dans les vergers,
que je n'ai pas sorti le tracteur entre les 2 récoltes à part pour 
dérouler les round baller de foin.
Côté oidium et moniliose : satisfaisant. Côté tavelure : les variétés 
non résistantes génétiquement ont fortement exprimé la tavelure...Je 
pense et j'espère que cela fait partie du processus de guérison !
Et surtout : je suis content d'aller bosser - ce n'est même plus du 
travail - , je découvre et explore plein de domaines passionnants.

A suivre...merci de votre attention et de vos coopérations éventuelles.
Cordialement
Frédéric
Crotigné
35 580 Guichen
(17 ans d'arbo bio, orientation biodynamie, ingénieur agro )
texte transmis à la commission arbo de l'Itab, à l'association PEUV ( 
pour l'Emergence d'une Université du Vivant), au groupe "expérimentation 
avec le vivant" et à arbobio ouest...



Olivier 19/04/2010 21:57




Bravo pour ce très bel article !


Mais… dis moi Daniel, te rends-tu compte du mal que tu es en train de faire subir à la restauration asiatique ? Plus personne n’osera manger dans un restaurant vietnamien maintenant !


Penses-tu que le grain de riz qui a touché le nem se retrouve contaminé ? Et les Neem & Neem’s dont mes enfants raffolent, c’est dangereux aussi pour leur santé ?


La  France a peur !


 




Chihuahua Pearl 11/04/2010 17:21



 


Un texte plein de profondeur pour traiter de l'ivraie...


 


 



Vinosse 11/04/2010 13:34



Bin, merde, alors...