Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud Ouest le 26/07. Page Angoulême

L'entretien avec Bertrand Ruiz s'est déroulé mercredi place Ludovic Trarieux à Aubeterre. La retranscription forcément condensée est d'une fidélité parfaite. Je  vous mets un lien vers l'article sur SO en ligne. Je vous le recopie aussi.


Et puis, moi qui ne me sens bien que de l'autre côté de l'objectif, j'ai bénéficié de l'oeil d'une photographe, Céline Levain. L'appréhension n'était pas justifiée. je vous mets aussi un lien vers son site.  

 

Municipales 2014 : Pour Daniel Sauvaitre, président de l'UMP Charente, "Paris ne doit pas décider pour les Angoumoisins"

Le président de l’UMP Charente a tapé du poing sur la table. Il n’entend pas que son parti refuse l’investiture à Xavier Bonnefont. À droite, l’union est loin d’être faite

DS Céline

Daniel Sauvaitre, président de l’UMP 16. (Photo Céline Levain)

 

La droite angoumoisine est toujours empêtrée dans ses divisions. Ils sont trois candidats pour une tête de liste aux municipales de mars 2014 : Vincent You, désormais sans étiquette, l’UMP Xavier Bonnefont et l’UDI Samuel Cazenave. Et aucun ne semble vouloir mettre son ambition sous cloche. Et puis, Daniel Sauvaitre a lancé le pavé dans la mare. Sur son blog, le président de l’UMP Charente accuse Jean-Pierre Raffarin d’intriguer, avec la Cité des Valois pour monnaie d’échange. Poitiers pour l’UMP et Angoulême pour l’UDI de Jean-Louis Borloo…

À l’UMP Charente, la révolte gronde. Et les militants pétitionnent pour Xavier Bonnefont. « Je les approuve », lance Daniel Sauvaitre. « Mon combat, c’est de revendiquer l’indépendance régionale de l’UMP Charente. Les militants souhaitent prendre leur destin en main. La Charente ne peut pas être une variable d’ajustement ».

 

« Sud Ouest ». Pourquoi passer à l’offensive sur votre blog ? Vous sentiez le vent tourner dans le mauvais sens ?

Daniel Sauvaitre. La commission nationale d’investiture de l’UMP n’a pas souhaité se prononcer en l’absence de Jean-Pierre Raffarin. Comme si l’investiture de Xavier n’allait pas de soi. Or, cette investiture légitime ne devait être qu’une formalité. Ce qui arrivait n’était pas supportable… La décision, dans cette affaire, ne doit pas être prise en dehors de la Charente. Une fois l’étape de l’investiture franchie pour tous, ce sera aux trois candidats de trouver la voie de l’union, qu’elle soit antérieure ou postérieure au premier tour.

S’ils n’arrivent pas à s’unir jusqu’à présent, pourquoi le pourraient-ils demain ?

Aujourd’hui, ils ont la tête tournée vers Paris. À travers certaines déclarations, de Georges Chavanes notamment, il s’est instillé cette idée que le choix se ferait à Paris. Dès lors, chacun s’arc-boute et personne ne cherche à assumer la responsabilité du dialogue.

Si la situation était inversée (investiture pour Xavier Bonnefont et pas pour Samuel Cazenave), seriez-vous aussi courroucé ?

Honnêtement, ce n’est pas moi qui ferais le travail que je suis en train d’effectuer. Mais il serait évidemment légitime que l’UDI s’en occupe… Je le répète, l’investiture de l’UMP revient de droit à Xavier, un homme qui n’a jamais lâché le terrain. Le parti ne peut que valider ses états de service.

Et si ce n’est pas le cas, vous seriez prêts à partir contre Samuel Cazenave et l’avis de Paris…

J’ai la conviction que l’investiture viendra et que les candidats uniront leurs efforts ! Mais il est vrai que, plutôt que d’obéir à une injonction infondée, il arrive que le candidat lésé et son équipe aient la tentation de réagir contre.

À Angoulême, les élections, pour la droite, se gagnent souvent au centre…

Cette lecture m’agace. C’est un cliché. À la place des Angoumoisins, au-delà des étiquettes, j’essaierais d’en savoir plus sur l’engagement, l’endurance, la constance et l’apport de chaque candidat pour la ville. Pour moi, Xavier est le mieux placé.

Angoulême peut-elle vraiment basculer en mars 2014 ?

J’ai forcément cette conviction. L’histoire des élections nous a appris à quel point les citoyens sont capables de déjouer tous les pronostics. Et le contexte national sera dans toutes les têtes en mars prochain.

Le FN présente une liste. Un mauvais coup pour la droite ?

C’est un mauvais coup pour nous tous. Ma forte inquiétude, c’est qu’une liste FN ne nécessite pas vraiment d’avoir un candidat crédible. Elle amène une forme de vote automatique sur l’étiquette FN, avec sa présidente en toile de fond. Face à la crise, il y a la tentation pour l’électeur de manifester son mécontentement en votant à l’extrême. Il nous faut acquérir à nouveau suffisamment de confiance et de crédibilité pour que la voie de la raison l’emporte sur des solutions dont on sait par avance qu’elles n’en sont pas.

Si le FN était en position de se maintenir au second tour, discuteriez-vous avec lui ?

 

Je suis pour l’étanchéité parfaite avec le FN et l’écoute maximum des personnes qui sont amenées à voter pour le FN. La moindre idée d’alliance ou de discussion, c’est l’aveu de notre incapacité à proposer une voie crédible pour sortir le pays de ses difficultés. Je ne me résoudrai jamais à ce renoncement.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Tibor Helis 03/08/2013 18:06


De la soumission? Ou de la réflexion, car elle est la base même de l'indépendance.  Flagornerie n'est pas un mot que j’emploierais comme tu l'as faits avec maladresse (je vous en excuse), je
n'essaye pas de rendre les bottes de Daniel Sauvaitre plus propre qu'avec du cirage, mais tout simplement de faire remarquer que son acte était intelligent, réfléchis, et très bénéfique pour
l'avenir de notre département et de sa politique.


Si vous voulez me signaler une erreur de ma part dans mes commentaires, nous nous croiserons bien au Leclerc.

D.Duret 03/08/2013 08:54


Le petit Samuel, il s'agit bien du Cazenave de l'UDI (le parti de Coulouneix) qui veut se présenter comme seul représentant de la droite à Angoulême ?


Oui, il faut le préciser !!!


Car il aura fallu un énième écart de langage de cet odieux personnage (Coulouneix) pour qu'on s'intéresse à ce parti de ramasse tout (UDI), ce marigot où s'ébattent un tas de crocos aux dents pas
toujours très fraiches...

D.Duret 03/08/2013 08:48


Pas terrible, le pseudo !!!

Bercy 02/08/2013 19:50


Georges Chavannes, l'ardéchois ou l'Art des choix...


La Charente a un réel talent pour laisser ses clés entres les mains de
n'importe qui, en particulier ceux qui lui marchent dessus pour aller plus haut tout en enfonçant, par cette action, ce pauvre département.Un point d'histoire pour rappeler les erreurs de l'homme des "réseaux"
comme aime se faire appeler Georges Chavannes.En soutenant la
candidature du petit Samuel, Georges remercie de façon apparemment désintéressée, l'auteur d'un livre sur Félix Gaillard, mais en réalité il doit le remercier pour la
"réhabilitation" dont il est bénéficiaire sur au moins une page d'histoire, que Chavannes à tout intérêt à voir oublier.Samuel Cazenave réussit par quelques tournures de phrases et autre ambigūité à
revisiter l'histoire en suggérant par la plume, une inversion des rôles entre Félix Gaillard et Georges Chavannes à la présidence du CODER* Poitou-Charentes.L'histoire réelle serait plutôt la suivante:- Félix Gaillard voulait que l'A10 passe à Angoulême, Jacques Chaban-Delmas aussi,
et l'État également (du moins à l'origine).- Sous la
présidence de Georges Chavannes, quelques mois après la disparition de Félix Gaillard, le CODER* opte pour le passage par Saintes après avoir fait voter les 4 départements, ce que statutairement
il n'était pas tenu de faire, mathématiquement  la Charente perdait l'autoroute... Devant cet échec, la Charente demande
ensuite une compensation par la mise à 2x2 voies de la N10, il y a 43 ans et ce n'est toujours pas fini. L'autoroute A10 devait à l'origine relier le périphérique parisien à Bordeaux via
Chartres, Vendôme, Tours, Poitiers et Angoulême. En 67 un Conseil des Ministres la fit passer par Orléans... sur avis d'Edgard Pisani.


Paul Delouvrier fut en charge du district de Paris et de l'aménagement de l'Ile-de-France trois
ans après l'adoption du tracé de l'A10. La référence à ce grand commis de l'État est carrément insensée. Ayant eu
le privilège d'assister à une rencontre entre Jacques Chaban-Delmas et Paul Delouvrier dans un salon de l'hôtel de Ville de Bordeaux je peux affirmer que la teneur de la conversation (villes et
aménagement du territoire) n'allait vraiment pas dans le sens évoqué dans le livre de Samuel Cazenave sur la notion d'autoroute des estuaires, apparue bien plus tardivement dans les années 80, en
fait, pour relier entre elles les grandes radiales conçues dans les années 60-70.Curieusement, dans l'épisode du livre qui parle du détournement de A10 sous la
présidence et l'influence de G. Chavannes, les mots choisis pour réécrire l'histoire sont ceux actuellement employés pour soutenir la candidature du bon petit Samuel. Ces mots sont creux, il n'y
aucun projet. Tout le contraire de Félix Gaillard qui avait des projets pour la Charente, de son époque jusqu'à nos jours. Il
aurait refusé cette histoire d'autoroute et pas seulement parce que la Charente est lésée, mais parce qu'il défendait un
développement équilibré de la Région. Tout le contraire des combines des hommes de "réseaux", que sont-ils, au service de leur terre d'élection ou de leur ambition personnelle? De quel
droit veulent-ils choisir à la place des électeurs, il y a un 1er tour qui est fait pour çà.


Le livre de Samuel Cazenave est agréable à lire, plutôt bien documenté, mais souvent la réalité est enjolivée et comme cité plus haut, un
peu transformée, ce qui laisse entrevoir une grande capacité de flottaison en eaux troubles, vu le volume de langue de bois chez cet ex-futur candidat.(*)
Commission de Développement Économique Régional (remplacée en 1974 par le CESR).Bibliographie:"La France redécoupée, enquête sur la quadrature de l'Hexagone" 1998 éd.Belin."Le mal français" Alain Peyrefitte, 1976 éd.Plon.Etc... (consulter les archives de l'époque (Sud-ouest et Charente
Libre)).

D.Duret 30/07/2013 08:39


Un bel exemple de courage, de persévérance et de confiance en ce système républicain qu'est la démocratie.


Mr.Sauvaitre nous montre encore une fois à quel point nous pouvons avoir confiance en lui, en ses idées, ses convictions qui sont aussi les nôtres. Sa motivation sans failles permettant
de faire avancer le mouvement de l'UMP et donc, la base même de la démocratie... Le pluralisme. 


J'encourage alors un rassemblement derrière ce meneur de troupes, compétent et responsable. 


 


 


Je me permets d'insister sur cette déclaration d'allégeance du jeune Tibor, qui malgré certaines postures marginales, possède tout ce qu'il faut pour garnir les rangs des jeunes pop: la
flagornerie, la soumission à l'ordre et au pouvoir, bref, il est très ambitieux !