Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poitou-Charentes présidente?

Ségolène Royal a largement remporté les élections régionales en Poitou-Charentes aujourd’hui. Avec 60.61% des voix, ce sont 39 élus issus des listes départementales qu’elle conduisait qui siègeront dans la nouvelle assemblée. Ils n’étaient que 37 dans l’assemblée sortante. Et avec 30.39% seulement des voix, les listes menées par Dominique Bussereau obtiennent 16 élus. C'est-à-dire un de plus que lors des dernières élections. Les trois élus du front national laissent donc la place à deux élus de gauche et à un de droite. Selon la technique de communication bien éprouvée par les pros de la politique, on pourrait positiver cette défaite en insistant sur le gain d’un élu dans nos rangs qui nous permet d’améliorer le score de la précédente élection régionale. Pour ce qui concerne la Charente, avec un rapport de force de 64.61% contre 35.39% la liste conduite par Henri De Richemont n'obtient que 3 élus, comme précédemment. Un petit score qui montre une nouvelle fois qu'il nous reste beaucoup à faire pour convaincre dans ce départment. 
 

Ne tergiversons pas, Ségolène Royal et ses alliés ont gagné cette élection et Dominique Bussereau et ses colistiers l’ont perdue. Pour autant il faut relativiser l’adhésion des électeurs au projet de la gauche pour la Région. Chacun s’accorde à reconnaître que le contexte national compte pour beaucoup dans ce résultat et que les électeurs qui se sont déplacés, tout comme ceux qui se sont abstenus, ont aussi manifesté majoritairement leur désaccord avec la politique conduite par le gouvernement et le président de la république.

 

Très tôt dans la soirée, Dominique Bussereau a très logiquement félicité Ségolène Royal pour sa victoire tout en lui annonçant clairement une opposition vigoureuse dès demain. A mon sens aussi, il n’y a vraiment pas lieu de lui laisser un quelconque état de grâce. Parce que dès ce soir elle est repartie en campagne pour les présidentielles de 2012. Ses premiers mots ont été pour engager le combat avec Nicolas Sarkozy et sa politique. Elle nous assène par exemple qu’avec la Région elle fait tout ce qu’elle peut pour sauver Heuliez et que si ça ne marche pas ce sera la faute au gouvernement qui n’aura pas accompagné suffisamment ses efforts. Même chose pour les sinistrés de la tempête pour lesquels elle rappelle avoir porté elle-même des chèques de la Région pendant que l’Etat tarde à mettre en œuvre ses promesses. Ceci, alors qu’il dépense des fortunes en déplacements en jets et en hélicoptères. Vous voyez le niveau. Elle vient de terminer la campagne précédente en promettant d’étudier de « nouvelles formes de gratuité » et elle semble en commencer une nouvelle en promettant d’alléger les souffrances en distribuant encore des chèques et des aides. Cela pour bien marquer sa différence avec l’Etat qu’elle accuse évidemment d’être fondamentalement injuste et de favoriser les plus riches. Il n’est pas facile de lutter contre autant de démagogie.

 

Il m’a pourtant semblé entendre ici ou là ce soir à gauche quelques propos réalistes de politiques qui mesurent la responsabilité que leur confère l’attente exprimée par les électeurs. Parce qu’il est finalement assez facile de gagner quand la crise est très dure, que les remèdes proposés par les responsables aux manettes sont douloureux et que l’on sous entend qu’en faisant payer quelques privilégiés cela serait bien moins pénible, que la réforme des collectivités n’a pas lieu d’être, celle de l’Etat non plus, pas plus que celle de la taxe professionnelle ou même celle à venir des retraites. Mais dès lors que l’on accède au pouvoir le réalisme s’impose et si l’on ne veut pas définitivement discréditer la politique il vaut mieux ne pas trop se laisser aller à ces facilités. Si François Hollande le sait, cette prise de conscience a peu de chance de toucher son ancienne compagne et je lui souhaite bien du plaisir, tout comme à Martine Aubry et aux autres pour résister à cette concurrence interne pour le leadership de la gauche en vue de l’élection présidentielle.

 

Alors, je sais bien qu’il ne nous sert à rien d’avoir les bonnes solutions pour le pays si les électeurs n’y croient pas et nous éloignent du pouvoir. C’est là que l’exercice politique est scabreux tout autant que noble. La peur de perdre les élections conduit un bon nombre d’élus à préférer ne pas s’attaquer à ce qui est structurel. Comme les résultats ne sont pas immédiats, il est très difficile dans démontrer l’intérêt et comme à tous les coups on provoque un mouvement de révolte il est d’usage de repousser à plus tard les réformes. Comme le disait très bien Pierre Dac il est plus facile «  de changer le pansement plutôt que de penser le changement ». Mais plus le temps passe et  plus les réformes sont difficiles à engager. Plus les retards de compétitivité s’accumulent et plus les efforts qu’il faut engager pour revenir dans la course font peur.

 

Dés ce soir et dans les jours qui viennent chacun va attendre un infléchissement dans la politique conduite par le gouvernement. Il semble par exemple se dégager une assez large majorité de commentateurs, de politiques de gauche et même de droite pour proposer à Nicolas Sarkozy de toucher au bouclier fiscal pour bien marquer son écoute des résultats électoraux. Ce bouclier fiscal étant devenu le symbole de l’injustice entre les français.

 

 Très franchement compte tenu du nombre ridicule de voix que représentent les bénéficiaires du plafonnement de l’impôt à 50% du revenu on aurait tout à gagner à le supprimer. D’autant plus que, pas plus moi que d’autres dans le mouvement ne sommes concernés personnellement par cet « avantage ». Alors qu’est-ce qui peut bien retenir le président d’accéder à cette demande.  Serait-ce cette idée qu’il faut évaluer ce prélèvement fiscal à l’aune de son impact sur la croissance, le PNB, sur l’économie du pays et donc des ressources globales dont peut disposer le budget de l’Etat pour mener les politiques attendues par les citoyens ? On peut avoir moins de ressources en taxant plus et plus en taxant moins. Mais comme cela semble impossible à expliquer, que de nombreux économistes, enfin ceux qui sont cités dans le journal, disent que c’est faux, on peut se demander comment le plafonnement à 50% du revenu pourra être maintenu. C’est pourtant sur des raisonnements du type « bouclier fiscal » que se joue la capacité du pays à se doter des règles qui lui permettront de s’adapter au monde qui change et qui innove. Pas facile de faire adhérer aux solutions qui marchent, mais qui sont perçues exactement à l’inverse de ce pourquoi elles sont faites Nous allons suivre ça de près ensemble mes chers lecteurs.        

   

J’avais quand même un motif de satisfaction hier soir à la permanence de l’UMP, c’était de retrouver les candidats de la liste Charente, bien sûr épuisés, déçus, mais très solidaires. De nombreux militants qui se sont très impliqués pendant cette campagne étaient aussi présents et chaleureux. Nous allons garder le cap, continuer de renforcer la cohésion de notre camp, promouvoir de plus en plus de jeunes, travailler et aller à la rencontre de la population. J’ai envie de reprendre l’expression de Michel Rocard pout dire qu’il n’y a bien entendu pas de fatalité qui ferait que la Charente doit demeurer durablement à gauche. Courage.             

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Robard le Connard 27/03/2010 13:44



Mais qui va pouvoir "démissionner" Sarkozy pour tous les mensonges et toutes
les insultes qu'il a proférés ???


Vinosse 27/03/2010 10:49




Une idée me vient au sujet des militaires, volontaires ou non: 

"Certains sont morts pour la France, d'autres sont morts à cause de la France!"

Quels sont les plus nombreux ?

En quel pays étaient-ils nés ?

 


Vinosse 27/03/2010 10:08


Cher ami de la Droite à l'ancienne, défenseur de la charente et de ses racines, n'avez-vous pas un nom que vous ont légué vos parents ???  Ce serait-y pas l'honorer que de le mettre en avant ?
je veux bien qu'on me donne des leçons, mais pas en hypocrite! Moi, tout le monde me connait ici!
Tout le monde sait que je suis né à Le Tâtre, que j'y vis et que cela me donne le droit de donner mon avis sur la question!!! Première des libertés ce me semble, non ??? Je porte pas en moi
l'esprit de clocher, si négatif, non plus que celui de la terre, si restrictif ni celui, bien pire, qu'est celui du droit du sang car s'il était établi je n'aurais rien à faire ici car si je
remonte 2 générations en arrière, ma mère est née d'un viol commis sur une corrézienne par un connard de militaire de passage...alors...hein... les racines ... beurk!

Voilà pour le coup de gueule !

Pour le reste et pour l'instant, faites un tour sur mon blog... 


Gauche multicolore 27/03/2010 07:04




Putins d'Charentais!



 


la droite souverainiste et gaulliste 26/03/2010 21:56



Mon cher Vinosse,
L'alsace est depuis toujours une terre culturelle passionnante qui par ses beautés , ses attraits, ses hommes en a fait un carrefour d'europe centrale incontournable. Comme tu le
dis à juste titre ,il y a peut être encore beaucoup à faire pour ne plus avoir peur de la différence. Comme la droite à l'ancienne qui dans ton coeur est chère , je suis nationaliste . Mais avec
ma notion du nationalisme, et oui fier de mon pays, fier de mon histoire, fier des valeurs de mon pays, fier de mon hymne, fier de cette terre d'acceuil, fier des droits de l'Homme, fier de notre
terre de France, Fier de pouvoir taquiner et combattre les anglais sur la prairie 1 fois par an, fier du pinard et de la bonne table, en plus d'être nationaliste j'aime et je respecte mes
origines et mes charentes . Mais en plus de tous ces défauts franchouillards, j'aime observer et intégrer les différences des autres pour progresser et apprendre. Alors tu comprends le racisme
cela me fait..... STP, n'attaques plus la charente et les charentais, car cracher sur ses origines ou son quotidien, c'est renier son ame et son existence. Je crois que nous nous opposons Vinosse
mais en ce qui me concerne je respecte et écoute nos différences , c'est à ses conditions que l'on peut construire ensemble . Il faudrait expliquer cela à la droite bleu foncé...
Bien à toi