Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monsieur le président de.......

Hier soir, après ma courte intervention qui avait été sollicitée dans la cadre de la réunion organisée par le Parti Radical sur le thème de la croissance verte, un membre de l’auditoire m’a interpellé sans pouvoir, semblait-il, finir sa phrase : « monsieur le président d’un parti politique…le… ». J’ai alors prononcé le sigle attendu « UMP ».  « Je préfère que ce soit vous qui le prononciez » a-t-il poursuivi. Visiblement ça lui aurait « écorché la goule » de dire UMP tant il avait de hargne à me déverser dessus, le président de Léon 16, Michel Verneuil, dont je faisais assez désagréablement la connaissance. La raison principale de sa colère était l’absence de réponse de ma part à plusieurs courriers qu’il m’aurait adressés. Je ne valais pas mieux semble t-il que tous ceux de mon bord auxquels il avait également écrit et qui ne lui avaient pas plus répondus. J’ai bien sûr vérifié dès mon retour aux différents lieux où je reçois habituellement du courrier. Pas trace des supposés missives sans réponse, objets de l’ire de mon agresseur. Et si c’était aussi le cas pour les autres destinataires ? Le doute est permis. Assez surpris, j’ai bredouillé mon étonnement sur ce dont il me parlait, mais il avait l’air si sincère que j’imagine aisément que pour le public sa colère valait vérité. J’ai pris paisiblement ses coordonnées une fois la réunion terminée et je vais m’efforcer de mieux comprendre ce qu’attend de moi le président du CERF et de Léon 16. Ces deux associations regroupent des chefs d’entreprises, petites et moyennes, qui défendent leurs intérêts, y compris face aux tribunaux de commerce. D’habitude, je comprends la langue parlée par cette catégorie de la population.

 

Je vous relate l’incident mes chers lecteurs, parce qu’il fait suite à ma réélection, la veille vendredi, à la présidence de la fédération UMP de la Charente. J’y ai vu un symbole de la rudesse de la tâche qui tombait à pic pour saluer ce début de nouveau mandat, une invitation à l’humilité et au courage.    

 

Pour autant cette réunion régionale qui a réuni une bonne centaine de personnes, organisée par Manfred Percheron, Samuel Cazenave et bien d’autres, en présence du secrétaire général du parti Radical Laurent Hénart, était très réussie. J’ai apprécié en particulier quelques témoignages d’entrepreneurs dont les projets innovants semblent ouvrir de belles perspectives de croissance verte. Et puis lors du repas très convivial qui a suivi les discussions ont souvent été passionnantes.

 

Les témoignages d’entreprises ont confirmé une nouvelle fois que la science, l’innovation, la créativité des entrepreneurs et de leurs équipes permettent de relever les défis liés à la diminution des ressources fossiles et à la réduction nécessaire des pollutions de tous ordres. Mais à mon sens le rôle du politique c’est d’agir sur ce qui dépend de lui pour bien libérer toutes ces énergies afin qu’elles bénéficient  à la population toute entière. J’ai pris l’exemple de l’agriculture dont je vous entretiens régulièrement ici. Toute la bonne volonté et le talent des acteurs concernés ne suffiront pas si la compétitivité de l’origine France comparativement à l’Allemagne ou à d’autres pays est trop insuffisante. Education, formation, recherche, fiscalité, droit du travail, performance et efficacité de notre organisation collective au coût le plus juste, voilà les chantiers du politique pour libérer la croissance nécessairement verte. Vérifier que le contenu énergétique et technologique de la croissance peut changer de nature et être écologiquement plus performant est indispensable. Mais il est encore plus indispensable que les responsables politiques créent les conditions qui permettront à toute la population d’en bénéficier le plus possible. Et là les réformes à conduire sont bien moins faciles et agréables à présenter. C’est à ces chantiers difficiles que je veux à participer par mon engagement politique.

 

J’ai écouté attentivement Jean François Copé ce soir au Grand Jury expliquer l’action qu’il veut conduire comme nouveau secrétaire général de l’UMP. Il a parlé « d’ouvrir les portes et les fenêtres » pour accueillir tous ceux qui se sentent de droite et de centre droit. Il a aussi rappelé que les nuances des courants de pensée étaient assez peu perçues par la population et qu’il était d’autant plus déterminé à réunir largement pour faire « l’union sacrée ». Face à la rudesse des temps et à l’ampleur de la tâche pour relever les défis qui attendent le pays il a parlé de « levée en masse ». C’est très précisément ce que j’ai dit vendredi soir aux militants qui m’ont renouvelé leur confiance et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai entendu Jean François Copé définir cette stratégie pour notre mouvement. Une certaine danse du centre à laquelle nous assistons aujourd’hui ne doit pas signifier une volonté d’évitement de la tâche considérable qui nous attend. Je fais confiance pour cela et je félicite la nouvelle équipe qui est sortie des urnes dans les trois circonscriptions de la charente et qui constitue le comité départemental.         

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

poil à gratter 22/11/2010 09:41



T'as fait un score de république bananière...