Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Mettez la barre un peu plus haute". (suite)

La campagne politicienne engagée par les deux sénateurs PS de la Charente contre la suppression de la taxe professionnelle et la réforme des collectivités territoriales révèle très nettement un sectarisme et une mauvaise foi peu courants chez des parlementaires. Ces questions méritent pourtant mieux que ces innommables courriers truffés d’allégations mensongères adressés aux élus, aux secrétaires de mairie et aux directeurs généraux de collectivités (courrier du 13 octobre, manque encore le projet de délibération et les courriers du 22 octobre aux élus et certains fonctionnaires territoriaux). Bien heureusement chacun des conseillers municipaux va recevoir une copie de la lettre cosignée du ministre de l’intérieur Brice Hortefeux et du secrétaire d’Etat Alain Marleix aux collectivités territoriales pour donner une autre perspective des enjeux et des moyens de ces réformes essentielles. Il faut espérer que chacun aura à cœur d’approfondir sa compréhension des évolutions proposées avant de prendre position.

 

A aucun moment dans les courriers de ces faux sages il n’est fait état de la nécessité de réformer notre organisation territoriale ou de se préoccuper de la compétitivité de notre pays pour le développement des activités économiques. Selon eux, l’important c’est de faire bénéficier les collectivités territoriales de ressources dynamiques sans se préoccuper du sort des entreprises qui les paient ou du taux de croissance et quelque soit l’empilement du mille feuilles administratif dans lequel ils se complaisent sans gène particulière. Tout va bien à ce jour semble t-il et l’Etat n’intervient donc que pour fossoyer la décentralisation et s’en prendre sauvagement aux élus qui ne coûtent rien et sont presque parfaits.

 

C’est le cinquième point du « comment l’Etat s’en prend aux collectivités territoriales de la lettre du 22 octobre » qui traduit le mieux la stratégie de basse politique menée en couple par Bonnie Bonnefoy and Clyde Boutant.

 

« 5.) en supprimant la moitié des élus départementaux et régionaux (soit 1% du nombre total des élus) au seul motif qu’ils coûteraient trop cher. Rappelons ici que le coût des élus du Conseil général de la Charente représente 0.25% du budget total (compte administratif 2008). »

      

Voilà bien un morceau d’anthologie de la médiocrité en politique. Pas question en effet d’évoquer le rapprochement entre département et région comme point de départ du conseiller territorial qui siégera dans les deux collectivités. Mieux vaut de la démagogie directe en dénonçant la chasse aux élus pas chers et dévoués. Cependant la démonstration est à double tranchant. Qu’est ce qui peut bien justifier en effet une telle crise de calcaire pour 1% des élus du peuple en moins. Et puis le motif du coût trop élevé peut-il être crédible si le coût global des élus n’est que de 0.25%. Quoique tout cela dépende du montant auquel se rapporte les 0.25%. Il n’y a rien de plus débile que d’évaluer le coût d’un élu en pourcentage du budget qu’il gère. Je n’ose pas non plus penser que cette approche puisse traduire une incapacité intellectuelle à comprendre que ce qui est cher c’est l’inefficacité de l’organisation et pas l’élu lui-même. Mais qui sait? C’est aussi un effet collatéral intéressant des réformes que de révéler les piètres gestionnaires à qui les contribuables confient leur argent.

 

Ces réformes méritent mieux que ces attaques puériles qui expliquent aussi le retard que prennent nos villes et notre département en ce moment. Râler, geindre, insinuer, accuser sans cesse l’Etat pour justifier que l’on ne puisse rien faire et donc ne rien faire, voilà le quotidien des dirigeants socialistes départementaux. Pour l’instant ils sont suivis par les électeurs. J’espère pour nous tous que nous n’aurons pas à payer trop cher cette marche à reculons soutenue. 

  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

sy 09/11/2009 09:01


Daniel, daniel, daniel.....

Rassure-moi, c'est pour illustrer un jeu de mot que tu es autant de mauvaise foi devant le discours de Mme Bonnefoy?
Tout d'abord, moi qui te soupçonnais de vouloir éluder le thème de la suppression de la taxe professionnelle, je dois reconnaitre que tu es depuis intarrissable sur le sujet (4
articles en 1 semaine- Ils te payent au caractère sur over-blog ou quoi?)
Cependant, je trouve ton discour, si détaillé qu'il soit, un peu trop manichéen, et la force de tes attaques contre les élus socialistes (limites irrespectueuses parfois, quand même, un
petit peu, faut bien le dire...) n'a d'égal que ton zèle de Président à soutenir cette réforme "made in UMP". D'accord, ça s'appelle du militantisme et ça fait partie du jeu mais c'est
plus efficace quand les ficelles sont moins grosses, si je puis me permettre...)
Au risque de te faire hurler, je ne le trouve pas si puéril et approximatif que ça, moi, le courrier de nos Sénateurs. Et quand ils annoncent que la suppression de la TP fait basculer une bonne
partie de la fiscalité jusqu'à présent supportée par les entreprises vers les ménages, je crains que ce ne soit pas de la démagogie de bas étage mais bien une réalité à venir sur la plupart de
nos territoires.
Personnellement, c'est présisément ce basculement qui me fait réagir. Jusqu'à présent les ressources fiscales au niveau local étaient équilibrées, provenant à 51% des entreprises et à 49% des
ménages. Avec la mise en place de la réforme telle qu'elle est présentée aujourd'hui et la généralisation de la fiscalité mixte qui va en découler, on sera plus proche, dans les
années à venir, d'une fiscalité locale supportée à 27% par les entreprises et à 73% ménages. Ce n'est d'ailleurs pas moi qui le dit mais M. PIRON, délégué à l'Adcf et...député
UMP (tu ne vas pas qualifier ça d'"allégation oiseuse", quand même?)

Alors, évidemment, avec cette réforme, Sarkozy fait "bouger les lignes", c'est sûr...Mais c'est pas dans ce sens là que j'avais envie de les voir bouger...
A part le fait qu'il fasse une nouvelle fois un énorme cadeau au MEDEF (Laurence Parisot, sort de ce corps...!), Sarkozy change les régles du jeu en cours de partie, unilatéralement
et sans demander l'avis des autres joueurs .Parce que, si je ne m'abuse, cette dépendance des collectivités et notamment des Communautés de Communes envers la taxe professionnelle,
elle a été largement incitée par l'Etat, non? C'est bien l'Etat qui à coup de dotations et de bonifications a encouragé les Communautés à prendre de plus en plus de compétences destinées
aux habitants (construction d'écoles, de crêches, d'équipements sportifs...), chères en fonctionnement et financées presque uniquement par les impôts des entreprises?
Autrement dit, pour reprendre ta métaphore de la grenouille dans la marmite, au lieu de se demander de quelle façon et dans quelle état elle va en sortir, de la marmite, ça serait
peut-être bien de se rappeler qui l'y a mise... (pov'bête!)


BétéBorné 07/11/2009 12:37


BARBEZIEUX - CHINON, DEMAIN 15H !!!!!


Razibus ZOULOU 04/11/2009 07:49




RAFFARIN, ferme ta gueule, a dit le p'tit aux grandes oreilles!

MOI? Mais j'ai rien dit, répliqua le baudet aux oreilles pendantes...

Dans un souffle:  "d'toutes façons la rama yade c'est une grosse bique"

 


isabelle ROLLAND 02/11/2009 12:21


J'ai bien essayé de comprendre les explications de Daniel Sauvaitre concernant la taxe professionnelle, dur, dur... les 5 points des sénateurs charentais m'ont semblé bien plus clairs. D'autant
plus que la disparition de la TP n'a pas l'air de convaincre toute l'UMP... Je comprends bien que les heures d'ouverture de la poste de Baignes se réduisent comme peau de chagrin, que notre petite
commune tire le diable par la queue pour équilibrer son budget, que notre maire et nos adjoints ne s'étaient pas accordé d'augmentation d'indemnité lors de leur réélection, je ne  comprends
pas que M. Sarkozy ait plus que doublé son salaire, qu'il puisse faire des dépenses folles lorsqu'il reçoit des chefs d'état, et que l'identité nationale soit un sujet de préoccupation ... la liste
pourrait être longue. Je vais donc aller écouter Mme Bonnefoy (joli nom tout de même) et M. Boutant, en attendant le courrier "correctif" du gouvernement, espèrant le mieux comprendre que les
articles de Daniel Sauvaitre.


Razibus ZOULOU 02/11/2009 07:36


Je soutiens Sarkozy à moooort!

C'est ce que le bébé de neuilly avait dit au sujet de Martinon avant de le zigouiller !!!

On doit donc s'attendre à un prochain retournement radical de Mr Sauvaitre! 

Franchement il en fait trop pour être honnête ! 

Raffarin n'était-il pas son mentor il y a peu encore ???