Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre à Elise et vous.

En Charente comme ailleurs les électeurs ne se sont pas bousculés pour aller voter dimanche dernier. Ces élections régionales ne les motivent pas beaucoup. Je partage l’analyse de François Fillon qui y voit une confirmation de la nécessité de la réforme en cours des collectivités territoriales. Un redécoupage des cantons pour élire un conseiller territorial qui siégera à la fois au département et à la région redonnera cette proximité entre l’électeur et son représentant qui motive l’envie d’aller aux urnes.

 

Il n’y a donc pas eu plus d’enthousiasme pour venir soutenir la présidente sortante que d’ardeur pour manifester de la désapprobation à l’action gouvernementale. Pour autant il faut bien reconnaître que les électeurs qui se sont exprimés ont marqué une nette préférence pour Ségolène Royal (41.4%). Notre liste conduite par Dominique Bussereau arrive 15.7 points derrière. On peut tout juste se rassurer en comparant les 25.7% obtenus, avec la moyenne nationale des listes UMP NC MPF CPNT qui est de 26.28% et dont nous ne sommes pas très loin. La désaffection des urnes a été plus forte dans notre camp que dans celui d’en face. Pas besoin de passer par la Sofres pour entendre les désaccords et les doléances qui s’expriment parmi ceux qui ont soutenu Nicolas Sarkozy et qui aujourd’hui s’abstiennent. La crise est sévère, elle s’amplifie même, et chacun est inquiet. Les artisans apprécient peu la concurrence des auto-entrepreneurs, les agriculteurs souffrent dans quasiment toutes les productions et sont révoltés du dénigrement permanent dont ils font l’objet au regard de la protection de l’environnement, les médecins veulent une hausse tarifaire, la perspective de la taxe carbone est peu appréciée dans le monde rural, le chômage menace partout, les élus locaux sont confrontés à des réformes qu’ils aimeraient éviter, le rythme des réformes plus généralement éprouve, l’ouverture agace et le style et la personnalité du président déroutent, d’ailleurs si j’en crois mon petit doigt le mise à l’épreuve va se poursuivre.   

 

Faut-il pour autant faire la politique du pire et ne pas voter, donc élire Ségolène Royal et sa liste recomposée de candidats qui ne pouvaient pas s’entendre avant et qui vont désormais coopérer pour une même politique ? Je sais bien que cela n’aura pas la même incidence que si l’élection lui donnait les commandes du pays, mais quand même. Comment choisir de soutenir une politique franchement partisane, souvent sectaire, toute en communication et superficielle ? Bon je vous l’accorde, renforcer Ségolène Royal peut présenter un intérêt stratégique dans la perspective des prochaines présidentielles. Mais je me méfie quand même des calculs hasardeux qui peuvent nous coûter très cher. Au-delà de tel ou tel élément de la politique conduite par le gouvernement qui heurte ou déplait, il me semble essentiel de s’interroger sur l’alternative que l’on soutient de fait dès lors que l’on s’abstient. A ce jour que je sache je n’entends dans le camp adverse que des critiques et des refus, mais jamais de propositions constructives. Les défis à relever sont immenses et si l’on prend un peu de recul et que l’on relativise telle ou telle décision qui nous impacte directement, on s’aperçoit vite qu’il y a peu de marge de manœuvre et que sans doute imparfaite, l’action conduite par le gouvernement va dans le bon sens. En tout cas l’inaction ou trop de tergiversations ne feraient que rendre encore plus difficiles les épreuves à surmonter pour sortir de l’ornière.

 

Est-ce donc bien raisonnable de poursuivre avec Ségolène Royal en Poitou-Charentes alors que nous pouvons confier la présidence à Dominique Bussereau qui a démontré en Charente Maritime et au gouvernement son aptitude à faire un vrai travail de fond pour moderniser son territoire et le pays tout entier ? D’autant plus qu’avec Dominique la démocratie participative va sans dire et est bien plus réelle qu’avec la  candidate de deuxième tour de la présidentielle précédente.

 

 Une seule semaine entre les deux tours c’est bien court. Difficile de tout dire, tout réexpliquer. Il faut faire confiance à ce sixième sens des électeurs qui à chaque élection déjouent les analystes les plus avertis.

 

J’ai un dernier argument pour inciter tous ceux qui se sont abstenus d’aller voter pour la liste conduite par Dominique Bussereau et Henri De Richemont. Je me veux réaliste et n’évoquerai pas une possible victoire. En revanche j’aimerais que les électeurs de mon camp soutiennent la promotion de jeunes candidats que je n’ai de cesse de mettre en œuvre depuis que le champ de ruines de la droite en Charente m’a conduit à la présidence du mouvement. Elise Vouvet est quatrième sur la liste. Elle n’a que 30 ans et s’est déjà confrontée directement aux électeurs lors des cantonales sur le canton de La Rochefoucauld. Elle brûle de servir son territoire et de s’impliquer concrètement dans l’action politique de proximité. A la quatrième place, elle n’est pas assurée d’être élue à ce jour. Toute la liste fait campagne cette semaine pour resserrer l’écart au deuxième tour avec la liste conduite par Ségolène Royal et faire élire Elise. Pour cela il faut obtenir plus de 39% des voix. C’est assurément notre devoir à droite d’aller voter et de permettre à une nouvelle génération de s’enthousiasmer pour la politique et l’organisation du monde dans lequel nous et nos enfants vivrons demain.

 

Je compte sur vous dimanche pour adresser ce signe à ces jeunes candidats dont nous avons besoin pour demain.

Merci d’avance.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

RudeBoy 20/03/2010 13:38




Mammuth !


Vinosse 19/03/2010 20:36




C'était la fuite de l'UMP par Fernand CORMON, au musée d'Orsay...

Très impressionnant tableau... 


 


Vinosse 19/03/2010 20:34







redgreg 19/03/2010 15:04



Une bonne contribution dans le journal "Le Monde" d'aujourd'hui :


La République facultative de la droite décomplexée, par Christophe Girard et Guillaume Pigeard de Gurbert
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/18/la-republique-facultative-de-la-droite-decomplexee-par-christophe-girard-et-guillaume-pigeard-de-gurbert_1321047_3232.html



Vinosse 19/03/2010 12:34




Bon alors ????

T'as pas une intervention de Lefebvre à passer ????

On pourrait rigoler un peu !