Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les manifs expliquées à mes filles.

Je viens de lire sur Slate.fr un dialogue assez savoureux imaginé par Eric Le Boucher qui devrait à mon sens être édité en tract et distribué dans tous les lycées de France. Puisque, comme nous l'a expliqué Ségolène Royal, les jeunes sont à 15 ou 16 ans tout à fait responsables et capables de réfléchir, de se faire une opinion sur les questions politiques qui se posent. A condition bien sûr qu'ils n'entendent pas qu'une cloche.

 

Je vous reproduis  le texte subversif de ce que devrait être la révolte lycéenne face à la confiscation de leurs revenus futurs, revendiquée sans vergogne par les opposants à la réforme des retraites assez nombreux dans les rues ces jours ci.

 

 

Super! Les jeunes manifestent!

 

Mais ils se trompent de combat...

 

Deux collègues de bureau, quarantaine bien dépassée, se retrouvent à la cafétéria.

– Enfin les jeunes manifestent! Ils auraient dû le faire depuis longtemps!

– C’est encore bien mesuré. 400 lycées sur 4.300 et dans les facs, c’est sporadique…

– Oui, oui mais c’est un début! Quel symbole! Franchement, j’attendais ça depuis longtemps. La France maltraite incroyablement ses jeunes, il est temps qu’ils manifestent! L’école expulse 160.000 gamins sans aucun bagage et elle donne une éducation qui ne débouche sur rien à beaucoup de ceux qui restent. Alors que nous entrons dans l’ère de la connaissance, le niveau de lecture et de calcul régresse. C’est dingue! Quant à la fac, la massification des étudiants en fait un parking avant le chômage. Le taux de chômage des jeunes est de 18% en France contre 10% en Allemagne ou 13% aux Etats-Unis.

– Ouais. Puis après, avant de trouver un vrai boulot, galère: suite d’intérim, stages en séries, CDD à la queue leu leu.

– Ils ont raison de se révolter! Les jeunes ouvrent enfin les yeux sur l’égoïsme de ceux qui ont le pouvoir, c’est-à-dire les vieux. Les retraites, c’est vraiment un super symbole: la France s’occupe encore des vieux, de leurs petit confort et les jeunes paieront! Ils ont raison de dire non! Enfin!

– Attends… Qu’est-ce que tu veux dire?

– Que le conflit de générations est manifeste! Les baby boomers se moquent de laisser la France dans un état lamentable: une dette de 1.500 milliards d’euros et les retraites: tout ça sur leur dos! Ils font bien de dire stop et de demander que les vieux cessent de se privilégier eux-mêmes et qu’ils paient pour la dette et leurs pensions!

– Je ne comprends pas…

– Enfin des contre-manifs pour réclamer que les vieux cotisent plus, travaillent plus longtemps et baissent leurs pensions de retraites. Ça suffit de tout faire reposer sur les générations à venir!

– Ah mais là, t’as pas bien suivi: les lycéens sont contre la réforme de Sarkozy… Ils défilent pour maintenir la retraite à 60 ans.

– …?

– Oui, ils manifestent avec les vieux, pas contre!

– J’hallucine…

– Ils mélangent pas mal à vrai dire et leur syndicat, l’UNL, dénonce les conditions de vie «de plus en plus dure» des lycéens.

– Ouais, et la faute à qui? C’est incroyable? T’es sûr? Les lycéens de 16 ans se préoccupent de leur retraite à 62 ans? Mais qu’ont-ils dans la tête? Déjà, en soi, ce n’est pas croyable, mais en plus c’est contre leur intérêt.

– Tu parles comme Raymond Soubie, le conseiller de Sarko, qui dit que la retraite a été faite pour eux.

– Ce n’est pas parce que c’est Soubie qui le dit que c’est faux. Il a raison: si on n’équilibre pas le système des retraites en reculant l’âge du départ à 62 ans, à peine les jeunes auront-ils réussi à trouver un travail qu’ils crouleront sous la charge pour financer les vieux! On est dans un pays de fous!

– Ils disent que si on laisse les vieux au travail, les jeunes n’auront pas de boulot.

– Alors ça, c’est typique du raisonnement faux. C’est la logique des 35 heures, du «partage du travail». Il n’y a pas assez de boulot pour tout le monde, partageons-le. Et bien, c’est faux! Archi-faux. On le sait maintenant, mille études d’économistes le démontrent: c’est l’inverse qui est vrai. Il faut augmenter la population active pour créer plus de postes. D’ailleurs la France a viré ses vieux, elle a le taux d’activité des seniors le plus bas d’Europe. Avec quel résultat? Elle a l'un des taux de chômage des jeunes le plus fort. C’est bien la preuve que l’idée de partage est stupide.

– Les lycéens disent ne pas vouloir payer pour une crise qui n’est pas la leur.

– Bah justement! Qu’ils demandent aux vieux de nettoyer les dégâts de leur crise. Non sérieusement: les jeunes ont tout intérêt au passage à 62 ans voire plus. C’est le think tank de gauche Terra Nova qui le dit. Tiens je lis: «Le niveau de vie moyen des retraités d’aujourd’hui est légèrement supérieur à celui des actifs (106%). Le système français, en quelque sorte, “surperforme”. La logique est donc de faire contribuer les retraités aisés d’aujourd’hui, au même titre que les actifs, au bouclage financier du système.»

– On devrait baisser les pensions?

Bien sûr! C’est ce que devraient demander les jeunes dans des contre-manifs. Je récite Terra Nova: «Les pauvres aujourd’hui, ce sont les jeunes actifs, avec un taux de pauvreté à 12% contre moins de 4% pour les retraités.» Et moi qui me félicitais des manifs de jeunes… Non seulement ils vont payer pour les baby boomers mais quand, ils seront à la retraite eux, alors il faudra bien en passer par une baisse de leurs pensions! Ils n’y couperont pas! Double peine! Ils se tirent deux balles dans le pied!

– Bah, la gauche va arranger ça en 2012. Elle devra.

– Ah bon, tu crois?

Eric Le Boucher

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Jean-Marie Huché 17/10/2010 13:00



Bonjour et bravo pour votre blog, l'un des plus régulièrement et diversement alimentés que je connaisse.


Pour ma part, à 65 ans, jeune retraité, ou presque, je regarde en arrière et me remémore mes réflexions sur le problème des retraites depuis mon entrée dans la vie professionnelle, à Paris, en
... mai 1968, à 23 ans.


Dès 1972, il me semblait évident que le "baby boom" serait la cause de gros problème lorsque nous aurions atteint l'âge de la retraite, vers 2010, et j'avais pris le parti de ne cotiser qu'au
minimum de ce qui était obligatoire, certain qu'à terme le montant de la retraite escompté serait inévitablement remis en cause.


Petit patron dès 1972, j'ai largement partagé mon sentiment à ce propos avec mes employés cadres, leur conseillant plutôt des investissements immobiliers, qui malgré leurs hauts et leurs bas,
gardent des taux d'impôts locaux afférents ne risquant pas d'être modulés suivants que l'on est taxé de nanti ou de pauvre, tandis qu'à l'inverse il me paraissait déjà évident que la charge
que représenteraient les pensions de retraites de bénéficiaires beaucoup plus nombreux et vivant sensiblement plus longtemps ferait qu'un jour ou l'autre ce serait les actifs eux-mêmes qui
imposeraient la baisse du montant des pensions des déjà retraités.


Il est toujours facile de prétendre, à posteriori, que l'on avait pressenti le problème, mais il m’apparaît certain que ce sont ces mêmes jeunes lycéens manifestants qui, quand nous ne
représenterons plus comme force économique que notre effectif, imposeront la baisse du niveau des retraites.


Le pire est donc à venir, de par ceux là même qui prétendent aujourd'hui être en lutte pour ces retraites, et ce ne sera pas pour préserver leur propre retraite, dont ils sont encore éloignés
d'une grosse quarantaine d'années, mais pour alléger la charge cumulée de nos pension de retraite et du montant de la dette que nous leur léguons, petits cadeaux qu'ils supporteront sur leurs
salaires d'actifs.


P.S. : Ce qu'il y a de bien dans ces dialogues par écrit, c'est que chacun peut y prendre part sans se voir immédiatement interrompu par le brouhaha de chaque interlocuteur participant au débat
:-)