Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le parti et le tout.

Les élections régionales auront lieu comme chacun sait les 14 et 21 mars 2010. A tout juste un peu plus de trois mois du premier tour, les états-majors des partis sont fortement mobilisés pour la constitution des listes de candidats à présenter aux électeurs. L’exercice n’est évidemment pas simple, comme vous pouvez l’imaginer, et quelque soit la composition finale des listes, à gauche comme à droite, il est rare de faire l’unanimité de son camp. Pour l’instant c’est le parti socialiste qui témoigne de la difficulté de l’exercice.

 

A mon sens, pour justifier le casting final avec le plus de sérénité possible, il est absolument nécessaire de le faire découler d’un raisonnement logique fondé sur les déterminants du mode de scrutin en vigueur pour ces élections.

 

Pour la Charente qui dispose de 12 sièges sur 54 au conseil régional, le scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire conduit aux hypothèses de résultat suivantes :

En cas de défaite et entre 30 et 38% des voix au second tour au niveau régional, les 3 premiers de la liste sont quand même élus. Entre 39 et un peu moins de 50%,  ce sont les quatre premiers qui sont élus.

En cas de victoire, même avec une triangulaire, à condition de dépasser les 39% des suffrages exprimés et jusqu’à 48%, ce sont 7 candidats qui sont élus. Au-delà de 48 % les 8 premiers de la liste sont élus.

Ce qui signifie que dans le pire des cas et qui n’est qu’un cas d’école, sur la liste qui se constitue à droite, les 3 premiers candidats de la liste sont sûrs d’être élus. Si c’est un peu moins pire et toujours un cas d’école, c'est-à-dire si le cas de figure de la précédente élection qui avait donné lieu à une triangulaire ne se reproduit pas, le quatrième à aussi vocation à siéger au conseil régional. En revanche si notre objectif est atteint, c'est-à-dire en cas de victoire, même avec une triangulaire, 7 candidats au minimum sont éligibles.

 

On peut déjà en conclure que pour les trois premiers de la liste, voire le 4ème, l’investiture vaut élection. En cas de défaite en revanche, la 5ème place ne vaut pas plus que la 7ème, tout comme en cas de victoire la 7ème ne vaut pas moins que la 5ème. C'est aussi le cas de la huitième.

 

On comprend aisément l’importance de la justification du choix des quatre premiers candidats de notre liste pour la commission nationale d’investiture de l’UMP. Pour ceux-ci, on doit d’ailleurs plus logiquement parler de désignation au conseil régional par le parti que d’élection. C’est pourquoi il est absolument nécessaire que les militants du parti en Charente se reconnaissent majoritairement dans le choix opéré pour s’engager pleinement dans la campagne et que, quelque soit le résultat, ils se mobilisent à nouveau lors des scrutins suivants. C’est le challenge périlleux dans lequel nous sommes engagés avec Henri De Richemont et que nous devons réussir. Le fait que l’UMP soit le seul mouvement structuré à droite en Charente doit heureusement faciliter l’exercice. Si le travail est bien fait, nos électeurs et au-delà ressentiront que les hommes et les femmes qui composent la liste sauront les représenter et participer sérieusement, avec talent et  dévouement à l’élaboration du projet régional et à sa mise en œuvre.

Cette double légitimité nécessaire pour aller à l’élection dans les meilleures conditions possibles doit conduire finalement à des choix très équivalents. Les 1000 adhérents de l’UMP en Charente sont en effet très représentatifs de l’électorat très large que nous devons rassembler.

 

Si à ce stade, je ne sais pas encore quel sera le choix définitif qui sera validé par la commission nationale d’investiture, je sais en revanche qui par exemple ne peut pas figurer sur la liste au regard du raisonnement que je viens de tenir. La presse s’est en effet fait l’écho hier de la revendication de Samuel Cazenave d’être candidat en bonne place sur notre liste. Venu du parti socialiste, il vient de quitter le Modem il y a quelques semaines à peine pour opportunément adhérer au très estimable Parti Radical et s’y faire élire dimanche au comité directeur. J’ai déjà dit ici au sujet du Modem que ce centre là n’est pas mon milieu. Le flou que l’on y entretient sur le comment et avec qui l’on souhaite s’engager pour conduire les affaires du pays autorise trop les combines et les zigzags. La conversion bien trop tardive pour être honnête de cet authentique Modem est totalement rédhibitoire pour notre mouvement. Il vient d’intégrer la petite affaire de famille que constitue le Parti Radical en Charente et nous verrons bien quelle sera son assiduité pour la développer avant que je ne change d'avis un jour si cela s’avère nécessaire.    

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Sy 08/12/2009 17:41


Nananère-eu!!!

C'est marrant, quelque soit l'échelon local dont tu vas parler, je sens que le sujet va revenir...

Mais non, Daniel, ce n'est pas une cabale, c'est l'émergence du "Front de Libération de la Fiscalité Locale", le bien nommé FLFL
(oui, parce que la tour FL...Pfff!)

Trève de plaisanterie, je trouve ça toujours rassurant de voir qu'une autre analyse, objective et pertinente peut encore exister en dehors du matraquage de la parole officielle (de la
propagande, quoi).

ça me fait un peu penser à la grippe A: on en prend matin-midi-soir aux infos depuis 5 mois, on nous a mis des flèches qu'il n'y a plus qu'à suivre pour aller recevoir sa piqûre et pourtant
90% des Français ne se font pas vacciner.
C'est peut-être de l'inconscience ou un relent d'anarchisme (ce qui est très grave dans les deux cas, me diras-tu sûrement!...) mais je persiste à trouver ça réconfortant.
Comme quoi, tous les français ne sont pas des veaux...


Sans transition, Vinosse, ton minaret, est-ce
un minaret bus (ou mina rébus)
un mina répondeur,
un mina réunion,
un mina réchaud,
un mina réfléxion, à moins que ce ne soit
un mina république
(mais là c'est pas demain la veille!!!)



Arnaud 08/12/2009 14:57


Ci après un petit extrait d'un article sympa et neutre. Je comprends mieux pourquoi Bussereau ne veut pas y aller, vous non plus... c'était mieux avant comme dans certaines intercos, quand il y
avait encore un peu de monnaie sous le matelas....

Réforme de la taxe professionnelle: «Les finances des collectivités locales française vont se dégrader», selon l’agence Moody's

Les finances des collectivités locales françaises devraient se dégrader au cours des deux prochaines années, particulièrement celles des régions, privées de marge de manoeuvre fiscale en raison
de la suppression de la taxe professionnelle, prévoit l'agence de notation Moody's.
«On peut s'attendre à une augmentation de la dette» des collectivités, en raison d'une progression plus rapide des dépenses que des recettes courantes, a déclaré Sébastien Hay au cours d'une
conférence organisée par Moody's hier lundi 7.
La réforme de la taxe professionnelle privera les régions de leur autonomie en 2011 de manière «totale», et de manière «partielle» pour les départements, explique l'agence.
Dans le même temps, les dépenses vont rester «dynamiques, notamment en investissement pour les régions, en dépenses sociales pour les départements», souligne-t-elle.
Le recours à l'endettement dépendra «des choix budgétaires et politiques opérés», et de l'ampleur de l'utilisation de la taxe d'habitation et de la taxe sur le foncier bâti comme variable
d'ajustement, a précisé M. Hay.
«Grandes perdantes» du réaménagement fiscal, «les régions sont celles dont l'endettement va le plus se dégrader, car elles n'ont plus de levier fiscal et ont des compétences coûteuses», comme les
transports régionaux, a-t-il estimé.
De manière générale, la dégradation devrait cependant rester «maîtrisée», en raison de la «règle d'or» qui contraint les collectivités à ne recourir à l'endettement que pour des dépenses
d'investissement, a-t-il souligné.


Encore heureux que cette règle d'or ne s'applique pas à l'Etat , sinon le petit Nicolas ne pourrait plus payer le fonctionnement du chateau (pas celui de Barbezieux, l'autre) !!! et dire que
certains pensent encore qu'il n'y aura pas un transfert de la fiscalité sur les ménages....
Je trouvais que c'était un peu mou ce blog depuis quelques jours, faut bien relancer et travailler l'ouverture, comme le jeu du BSCR, non ?

A bientôt Daniel

Arnaud



Vinosse 08/12/2009 07:42




Bon, t'as rien sur Copenhage ????

Et l'identité nationale ????

Estrosi a dit que si l'allemagne s'en était  préoccupé dans les années 30, Hitler n'aurait pas existé !

Profond comme nanalyse... 


 


Berger Morgan 03/12/2009 13:18


Très bien Danièl. C'est un parfait résumé de la situation. Amitiés, Morgan,


bertrand 03/12/2009 10:02


je partage à 100% pour le cas SC
j'espère avoir une bonne surprise à la réunion de ce soir
la commission d'investiture a-t-elle statué ?