Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tête contre les murs.

J’étais dans les rues de Berlin, hier soir, quand j’ai pris le message de Jean François Barré de Charente libre qui me demandait de le rappeler. Marine Le Pen était passée le matin même à La Rochefoucauld pour commencer sur le marché son tour de France des oubliés. Face à cette offensive de la présidente du Front National pour défendre la ruralité sur des terres où le vote extrême a surpris lors des dernières législatives, le journaliste voulait savoir comment je réagissais.

J’avais commencé ma journée sur le site du mémorial du mur de Berlin situé Bernauer Strasse. C’est la troisième fois que je consacre le samedi qui suit le salon Fruitlogistica à découvrir cette ville et son histoire. Un temps assez frisquet, un peu de neige et un genou douloureux ne m’ont pas dissuadé de venir respirer ce lieu qui rappelle qu’un état totalitaire communiste a fait prisonnier son peuple en érigeant un mur. Quelques stations de métro plus bas et tout près de Potsdamer Platz, j’ai retrouvé un autre bout du sinistre mur bien préservé. Il jouxte le centre de documentation dénommé « Topographie des terrors ».  Ce bâtiment est érigé à l’emplacement même où était cantonnée la police secrète du 3ème Reich et la maison d’arrêt de la Gestapo. C’est là que s’élaborait aussi la politique de persécution et d’extermination du national socialisme.

Dans cette même ville au passé récent si dramatique, en parcourant le même jour les expositions photographiques (Christer Strömholm, Margaret Bourke White, Helmut Newton), en déjeunant aussi par le plus grand des hasards avec une productrice de cinéma (U H Films) au restaurant sous Tivoli monté près du Martin-Groplus-Bau à l’occasion du festival du film, en écoutant vendredi soir Aline me raconter son expérience de cinq ans à Berlin et encore ce matin le chauffeur de taxi français qui est là lui depuis 20 ans, je ressens à quel point la tentation totalitaire s’éloigne et est combattue en profondeur dans ce pays.

Réalisme économique, culture de la négociation responsable entre partenaires sociaux, pragmatisme du changement sans faux-fuyants face aux mutations technologiques, recherche permanente de la compétitivité, ouverture au monde, culture du travail et de l’effort, décentralisation véritable du fédéralisme, politiciens pédagogues, les allemands réussissent du mieux qu’ils peuvent. La chancelière Angéla Merkel tient un langage de vérité, tout comme son ministre des finances et son gouvernement resserré. Elle travaille dans un bureau moderne et rentre dans son appartement en centre ville en fin de journée. Le protocole est minimum. Les allemands apprécient la méthode et les résultats.

C’est en ne suivant pas du tout le même chemin que les allemands que nous renforçons mécaniquement les deux mouvements politiques populistes très similaires que sont le Front National et le Front de gauche. Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon tendent en effet de plus en plus à se confondre. Ils savent donner une voix à ceux que personne n'écoute et capter l’attention de tous ceux qui craignent le chômage, le changement, la concurrence, la compétition, la remise en cause des acquis, les étrangers, la mondialisation, les normes. De tous ceux qui veulent une égalité contrainte et un respect de leurs habitudes et de leur mode de vie. Ils abondent à outrance vers leurs envies de solutions musclées.

Ils sont passés maîtres tous les deux dans la capacité à séduire ceux que les fausses évidences fédèrent. Leurs propositions sont celles qui n’ont jamais marché nulle part bien entendu. Mais selon eux, c’est seulement parce qu’elles n’ont pas été poussées assez loin. Alors, ils entendent les porter  à leur paroxysme dès qu’ils auront le pouvoir. Et là bien sûr on en percevra enfin les effets bénéfiques. Une démarche tout à l’opposé du respect des libertés individuelles et du libéralisme honni.

Le terrain est malheureusement bien préparé par le pouvoir en place. Montebourg a le soutien de Le Pen quand il veut nationaliser et acheter français. Mélenchon étrille Hollande parce qu’il n’a pas obtenu assez de budget à Bruxelles. Michel Sapin n’est plus très sûr de faire valider l’accord entre patrons et salariés tel qu’ils l’ont signé. Duflot veut réquisitionner les logements vides. Tous montrent la voie de garage de l’interventionnisme absurde. Mais ils restent en deçà d’une application vigoureuse de cette politique étatique qui les démange. Cela a pour effet de déculpabiliser complètement ceux qui pensent qu’il va falloir enfin trouver le courage de vraiment appliquer des méthodes dirigistes. 

Aucun politique n’a porté depuis bien longtemps en France une vraie stratégie libérale de confiance et de respect des citoyens. C’est encore bien plus vrai maintenant avec un gouvernement qui dispose d’un ministère du redressement productif complètement absurde. Alors qu’ici où là, certaines initiatives vont pourtant dans un sens contraire, les slogans perceptibles pour le plus grand nombre vont tous conforter l'idée que c'est l’Etat qui doit être la solution. Alors qu’il est devenu le problème.   

Le pays s’enfonce donc tranquillement dans les déséquilibres majeurs qui deviennent chaque jour un peu plus insupportables. Marine Le Pen, tout comme Jean Luc Mélenchon, en profite et réunit ceux qui pensent qu’il faut faire les choses bien plus radicalement qu’aujourd’hui. C’est lamentable et dangereux. 

Pour ceux qui le souhaitent, je mets un lien vers l’album dont quelques photos s’affichent ci-dessous.

 

fevrier-2013 2608

 

fevrier-2013 2626

 

fevrier-2013 2629

 

fevrier-2013 2631

 

fevrier-2013 2632

 

fevrier-2013 2634

 

 

 

fevrier-2013 2652

 

fevrier-2013 2668

 

 

 

fevrier-2013 2676

 

fevrier-2013 2680

 

fevrier-2013 2685

 

fevrier-2013 2699

 

fevrier-2013 2703

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

jacques Mikulovic 17/02/2013 19:42


C'est toujours très instructif de lire tes billets... je me suis rendu également à Berlin récemment, mais en famille, cetteville et son histoire pousse à la réflexion... après pouvons-nous tout
comparer ? il convient de regarder la courbe des âges en Allemagne, le taux de natalité... pour se dire que l'avenir de la France (notamment grace à la politique redistributive pour défendre une
politique familale...) devrait théoriquement être plus radieux uniquement avec notre solde démographique positif... Tout cela pour dire que comparaison ne vaut pas raison même si il est toujours
important de voir constater ce qui marche ailleurs et de s'en inspirer...


 


Cordialement


JM 

D Duret 12/02/2013 08:47


C'est sur que si la Angela ressemblait à une gonzesse à poil de ce cher Helmut, t'en serais encore plus amoureux de l'allemande ...   Ach ! Mein gott...  Kell blindache !!!