Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La politique du vert dans le fruit.

Les crânes d’œufs et autres apparatchiks du développement durable, tous d’obédience soviétique, engagent un nouveau combat. Du haut de leurs statistiques compilées, ils ont récemment été pris de vertige devant la masse de nourriture qui se perd avant d’être consommée.

Bien qu’incapables, sans doute, de se faire cuire un œuf, ils n’en ont pas moins des idées pour enfin remédier au problème.  Commissions, études, réunions, l’Etat n’a pas lésiné sur le coût carbone de l’usine à gaz administrative pour produire toutes les idées de solution les plus éculées et les impôts qui vont avec pour pouvoir les commettre.

Je sais, c’est bien joué. Détourner l’attention du mal Kafkaïen profond qui nous conduit tout droit à la famine en pointant du doigt les comportements supposés négligents de toute la chaine alimentaire, du producteur au consommateur, ça ne mange apparemment pas de pain et ça préserve durablement des travaux dans les champs.

Il y a quand même un hic à la manip. C’est d’avoir lancé une campagne de communication en montrant sur une affiche une bien vilaine pomme. Les pomiculteurs de France à qui nous avons mal intentionnellement déposé dans la boite mail ladite affiche et son image choc en sont tombés du pommier.

Eux, qui sont menacés des pires sévices verbalisateurs dès lors qu’ils dérogent des critères qualitatifs réglementaires pour leurs fruits dûment étiquetés, voient l’Etat inviter les consommateurs à manger des pommes qu'il interdit dans le même temps de vendre sur le marché du frais. Ces pommes abimées ne sont bien évidemment pas perdues pour l’alimentation puisqu’elles fournissent le marché grandissant de la compote en tube et en pot.

L’outil le plus redoutable pour limiter durablement et puissamment les gaspillages de tous ordres s’appelle le marché. Du producteur au consommateur, la rentabilité des fruits et légumes dépend de la maîtrise des pertes. Inutile de préciser que l’intérêt du consommateur est identique. Tout est donc affaire de maîtrise technique et logistique, de savoir faire et de responsabilité économique. Autant de domaines où l'Etat ne démontre pas au quotidien sa compétence.

Inciter à manger des pommes pourries, à part empoisonner les enfants à la patuline, ne remédiera en rien au problème.

Je dédicace ce petit coup de gueule à mon ami arboriculteur Daniel Dubroca qui a mis à profit hier tout son vocabulaire rugbystique Lot et Garonnais pour dénoncer vertement cette campagne nationale de pub étatique et véreuse.  

Cliquez ici pour voir le site du ministère.

pomme

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

tonsils and adenoids removal 23/04/2014 13:26

The most formidable tool for sustainable and powerfully reduce the waste of all kinds is called the marketing. And these kinds of posters are marketing with negative messages. That will definitely hurt the farmers in the France who were totally dedicated to the work. Thank you.

Olivier 12/12/2012 21:56


 


La pomme meulée qui ne donne pas vraiment envie de la croquer (la vieillesse, c'est notre lot à tous) pourrit la plupart du temps dans la
corbeille et finit par contaminer les autres fruits à son contact. Du coup, on se rabat sur les yaourts périmés chargés en bactéries et en ferments lactiques tellement utiles pour notre flore
intestinale... L'avantage avec le vin, c'est que lorsqu'il commence à piquer il peut rejoindre le vinaigrier. Je l'ai toujours dit, on ne boit pas assez durant la semaine !


 


La nouvelle arnaque à bobo aujourd'hui, c'est que si vous achetez du vin dit « naturel » (comprenez sans sulfite, le conservateur
antioxydant), son odeur d'écurie provoquée par les levures brettanomyces vous incitera plutôt à le vider sans remords dans l'évier. On ne va quand même pas polluer notre si bon
vinaigre !


 



Le Retou©heu® 12/12/2012 20:56


Expérience scientifique


 


1. Placez une pomme pourrie au milieu de pommes saines, une semaine plus tard, tous les fruits sont contaminés.


 


2. Introduisez une pomme saine au milieu de pommes pourries, trois jours plus tard, tous les pommes sont contaminées !


 


Conclusion :


Il faut éviter d'être en contact avec des personnes porteuses de mauvaises ondes, sinon leurs esprits malsains vous contamineront tôt ou tard !








D Duret 12/12/2012 19:38


Tu nous parlerais de Coppé, le concept de pomme pourrie retiendrait l'intérêt de tes lecteurs !