Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il revient.

Je suis arrivé au 238 rue de Vaugirard tout juste à 17 H. J’aurais du me douter qu’il y aurait du monde devant la porte. La foule des grands jours était là pour accueillir Nicolas Sarkozy. Forêt de micros et de caméras, forces de l’ordre et fans joyeux et bruyants. Je me suis faufilé jusqu’à l’immeuble en donnant le mot de passe aux cerbères de la maison. La grande salle du premier étage était déjà bien pleine. L’occasion de réactualiser mon trombinoscope mieux qu’au musée Grévin. Et puis il est arrivé. Bronzé, mal rasé, souriant, claquant des bises et serrant les mains.

Le sujet du jour bien sûr, c’était la levée de fonds. Jean François Copé a introduit le sujet. Et puis Nicolas Sarkozy a pris la parole. Une fois passées les salves d’applaudissements on aurait pu entendre une mouche voler si le service d’ordre en avait laissé entrer. Il nous a dit qu’il n’avait pas écrit de discours, parce que ce n’était pas sa rentrée politique. Tout en annonçant qu’il rompait avec son engagement de se retirer. C’est la nécessité pressante de motiver les donateurs qui a précipité son retour. Pas facile d’exprimer ici la puissance de son verbe, sa maîtrise de l’expression et du texte.

Le parterre réuni pour l’occasion justifiait quand même d’aborder plus que les seuls soucis d’intendance.

L’Europe d’abord. Les élections de l’an prochain au regard du délitement ambiant seront déterminantes. Comment susciter à nouveau l’adhésion des peuples au projet européen ? Le contrat qui lie les pays de l’Euro doit être plus fort que celui qui réunit les autres pays européens. Mais plus l’Europe s’agrandit, plus elle doit redonner aux pays membres des compétences pour mieux assumer ses missions essentielles. Alors que c’est l’inverse qui se passe et qui exaspère les européens.  Et puis Schengen. Une politique d’immigration commune doit être définie et un Schengen 2 en découler. Pas de salut hors du projet européen. Si l’Euro explose, l’Europe aussi. Avec pour conséquence annoncée le retour des vieux démons toujours latents.

Le progrès ensuite. La panne du pays, c’est d’abord la perte de l’envie de progrès, c’est le renoncement au risque, à la recherche, à l’expérimentation, à l’innovation, au changement. Le principe de précaution a tourné à l’inaction par principe. Et le contraste avec le reste du monde en mouvement s’amplifie à notre détriment chaque jour un peu plus.

Enfin la politique. Sans jamais être de gauche, qui n’est que souci d’image, et contre tous les conservatismes, il faut réunir, embrasser large et voir loin.

Il n'y a plus de doute, il revient. Et il nous dira quand. Comme on ne gagne qu’ensemble et qu’il est en tête dans notre camp, les ambitions légitimes des uns et des autres sont invitées à intégrer ces données. Le bilan, il le fera lui-même. Que les autres se tournent vers l’avenir et vaquent à leurs occupations.

Applaudissements, cohue, photos souvenirs, bises, mains serrées et tapes dans le dos. Les mines graves ou souriantes quittent la salle et retrouvent les caméras et la rue. Henri Gaino me confirme que Nicolas Sarkozy est bien un extraterrestre. François Fillon cache un peu sa joie. Alain Juppé serre longuement les mains le long du trottoir, Laurent Wauquier réussit son échappée à vélo.

Je m’installe à la terrasse d’un café juste à côté. Pas question de repartir comme ça dans le métro. Trop risqué. Faut méditer avant et redescendre sur terre. J’échange avec Michel Dumoret, le chef du service politique de France 3, qui rédige ses feuilles de notes à la table d’à côté. Il me dit qu’il a suivi en direct le discours. Le compte twitter de Nicolas Sarkozy qui était muet depuis le 6 mai 2012 a été réactivé et les collaborateurs ont fait les télégraphistes. Cigarettes, café, le journaliste rédige ses fiches dans l’urgence et les relit à voix haute avant d’aller faire son direct devant le siège de l'UMP. Ayant vu le making off, je m’accorde le replay du Soir 3 un peu plus tard. Quelques mots pour dix feuillets. Vaut mieux avoir l’esprit de synthèse et tenir l'urgence. Le blog est bien moins stressant.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

LOUANCHI 16/07/2013 08:28





lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012
sur radio-alpes.net

loic.besson 10/07/2013 15:49


Plus la ficelle est grosse, mieux elle passe (Daniel, Je te cite..):


Le mec, il creuse un déficit de 11 millions d'euros en connaissance de cause et il est adulé......On oublie tout, on présente la facture aux militants de base et on repart....sans oublier de
donner, au passage, des leçons de gestion à tour de bras.


Que penser de tout ces adorateurs et faire semblants ? espèrent-ils ramasser quelques miettes....

D.Duret 10/07/2013 14:16


On vous dit tout, ICI !

D.Duret 10/07/2013 09:53


Les 11 miyons d'patates, y'a longtemps qu'le sarko se les est mis en poche... pis y parait qu'il serait en possibilité de payer la dette à lui tout seul, en tant qu'ancien président...


 


Mais bon, vaut mieux faire payer les autres... et le pays en même temps.


 


En attendant comme vous êtes tous à lui baiser les pieds avec autant d'acharnement devôt, pourquoi n'en profiterait-il pas ???


 


Pas un mot sur Guéant ?  Tapie ???


 


 


 

Mo 10/07/2013 08:45


Un trou de 11 millions d'euro: un souci d'intendance... Je te connaissais plus mesuré Daniel. Ou alors vous avez des réserves cachées qui font que vous ne soyez pas plus inquiets ;-)


Plus sérieusement cela me surprend que vous vous reposiez tant sur un homme devenu du coup providentiel et non sur un projet politique. C'est d'autant plus désolant qu'Alain Juppé semblait dans
la perspective des européennes, vouloir que sa formation s'y attèle