Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Idi Amin Dadaïsme.

Coup de fil avant-hier d’un ami qui me demande si j’ai acheté le Nouvel Observateur disponible en kiosque depuis le matin et associé sous cellophane au DVD dont je vous parle depuis quelques jours prix très surévalué de 6.90 euros. « Non » lui réponds-je, « pas encore ». « Alors s’il te plait ne le prends pas » me hurle t-il dans les oreilles. Je comprends tout de suite que ce doit être nettement pire que ce que je redoutais et que je n’ai évidemment pas pu interdire à temps en raison des vacances judiciaires et du mépris hautain des faussaires sans scrupules auxquels je m’étais permis de demander de s’abstenir.

 

La nuit précédente j’avais une nouvelle fois cauchemardé. François Veillerette m’était apparu arborant un rire crâne et sournois, brandissant l’horrible « livre noir de l’agriculture »  d’Isabelle Saporta, cette autre affabulatrice. Il braillait en boucle dans la rue quelque chose comme : « tout sur le poison dans vos assiettes messieurs dames, la vérité si je mens ».

 

Alors que la scène me revenait en mémoire je repensais aux images d’un film de mon adolescence réalisé par Barbet Schroeder, « Général Idi Amin Dada ».  Une scène plus que semblable s’y déroule. Ce général sanguinaire, pour étayer son racisme et dénoncer je ne sais quel complot, s’exclame dans une scène d’anthologie du film : « I’ve got the book », faisant référence au tristement célèbre « Mein Kampf » de l’exterminateur Adolf Hitler.

 

Fortement traumatisé par cette descente aux enfers, je me risque alors à interroger Google pour tenter de décoder le message que m’envoie mon subconscient. Je comprends très vite. L’œuvre du petit peintre viennois est la référence de tout corrupteur des âmes qui se respecte. « Toute propagande efficace doit se limiter à des points fort peu nombreux et les faire valoir à coups de formules stéréotypées aussi longtemps qu’il le faudra, pour que le dernier des auditeurs soit à même de saisir l’idée ». Ainsi parlait ce chantre de la propagande.

 

Il y a tout juste trois semaines au comptoir du musée de l’histoire de l’Allemagne à Berlin, la caissière m’avait demandé : « Adolf Hitler exhibition ? ». « Yes » lui avais-je répondu, avec le seul mot de la langue de Goethe que j’arrive à prononcer sans trop d’accent. Et c’est par « downstairs » qu’elle avait conclu notre brève conversation, l'appuyant d’un doigt dirigé vers les profondeurs du lieu. La visite commence par cette question que les allemands n’ont pas fini de se poser, tout comme nous d’ailleurs. Comment ce type qui n’avait vraiment rien d’exceptionnel a-t-il pu conduire l’Europe vers l’abîme. Comment une partie du peuple allemand a-t-il pu se rassembler derrière lui et l’accompagner jusqu’au bout de son projet d’apocalypse? Dans quel contexte culturel, socio-économique et politique la dérive a-t-elle pu se produire?

 

Toute proportion gardée avec l'innommable, mes très chers lecteurs, l’alerte à la propagande doit être lancée avec vigueur aujourd’hui. Et le carton double face qui raidit la pochette du Nouvel Observateur de cette semaine est à classer dès maintenant parmi les pires œuvres de l’art décadent de la basse propagande. Une énorme pomme rouge y figure. Elle a déjà été croquée sur le côté. L’artiste se sentant sans doute terriblement morveux de son crime a du quand même vouloir donner un indice qui montre bien que c’est un enfer artificiel qu’on lui a demandé de décrire. Il a ainsi ajouté une feuille ridicule, parfaitement laide et numérique, qui semble raccordée au bas du pédoncule de la dite pomme. Autant dire là où il n’en poussera jamais sur nos vrais arbres. Grace à cette feuille horrible, on sait d’instinct qu’il ne s’agit pas d’une photo mais bien d’une création artistique d’un nouveau genre que j’ai envie d’appeler « Idi Amin Dadaïsme ». Parce que le message ignoble que ces vendeurs de peur veulent faire passer est représenté dans le sticker apposé en bas à gauche de ce qui semble être une pomme. Une tête de mort avec les deux os en croix dessous qui ne laissent aucun doute sur le message. Si je veux maintenir encore un peu de poésie et d’humour sur ce blog je peux tenter de l’exprimer ainsi : « vous allez tous mourrir si vous croquez dans une pomme ».

    

C’est cette même image qui fait la pochette du DVD du documentaire ( plutôt menteur) d’Eric Gueret et Isabelle Saporta si délicatement intitulé : « manger peut-il nuire à la santé ? ». Ce qui est plus étonnant et qui illustre la dérive totalitaire inquiétante vers laquelle nous nous dirigeons, c’est que cette pomme à la tête de mort soit soutenue par le CNC et France télévisions. C'est-à-dire avec l'argent du bon peuple qui travaille. Et puis que dire de l’implication du Nouvel Observateur dans cette basse propagande aux côtés de cette boîte de production, « Et la suite… ! » à la réputation morale plus que douteuse? Jean Daniel que je lis avec le plus grand respect depuis tout petit, tout comme plus récemment Denis Olivennes dont les analyses m’éclairent si souvent, étaient-ils au courant ? Comment concilient-ils leur engagement et leur parfaite déontologie journalistique avec cette saloperie innommable ? A l'instant ou j'écris ces lignes c'est pour moi toujours impossible à expliquer.

 

Les allégations santé dans la communication sont parfaitement interdites. Impossible de vanter au grand public les vertus anti cholestérol de la pomme dans une pub. Mais en revanche personne parmi les autorités de ce pays ne semble s’émouvoir que l’on puisse dire que la pomme est un poison pour la santé. Cette question doit être juridiquement tirée au clair et elle le sera. (J'ai la réponse: en journalisme il s'agit d'une opinion et elle peut être exprimée librement).

 

J’ai comme l’impression depuis l’ignominie de cette propagande parfaitement révoltante que je ne serai pas seul à m’attaquer aux dénigreurs qui m’ont pris pour cible. L’ANPP va très certainement elle aussi demander des comptes à tout ce beau monde, comme on dit dans les polars pour qualifier délicatement les voyous.

 

PS : Je crois que je n’ai jamais du citer le Monde Diplomatique sur ce blog depuis sa création. J’en ai interrompu la lecture bien avant. Autant vous dire que ça me fait tout drôle de vous mettre un lien vers un article de ce mensuel. Mais le monde de la production bio qui y est décrit mérite d’être découvert pour relativiser le bonheur de consommer bio à tout prix.

 

Et puis je vous livre une dernière info que je tiens d’un pote qui bosse dans l’imprimerie et dont la femme a fait de la sérigraphie dans sa jeunesse. Ils sont experts sur toutes ces questions de produits chimiques dans la fabrication des livres. Ils tiennent d’un autre expert qu’ils ont récemment rencontré au bistrot du coin l’information suivante, que je vous livre quand même avec les réserves d’usage. Il paraît que le bouquin d’Isabelle Saporta fait partie de ces torchons suffisamment nuls et rares pour que l’éditeur s’autorise à utiliser des encres de bas de gamme dont le contact avec les doigts est toxique. Comme on n’en a pas souvent de ce calibre de bêtises dans les mains, pour maximiser encore plus les profits, ils n’hésitent pas à prendre le risque de frelater la camelote jusqu’au bout. Alors pour ceux qui ne peuvent vraiment pas se passer de le lire, je conseille quand même par précaution de mettre des gants.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

JAK 09/03/2011 19:58



Vous êtes tout de même virulents tous... J'ai vu le reportage, il n' y a pas de quoi hurler à la mort... Si dès qu'un avis est donné, il faut paire pression sur les financeurs comme le crédit
agricole pour leur demander des comtpes, on ne pourra plus rien faire et dire... On est aussi en démocratie et la réponse doit être effective mais constructive... En lisant mon commentaire, j'ai
peine à croire que des compromis sont faisable avec le monde de l'agriculture et de l'élevage...


 



Vinosse 07/03/2011 13:26



 


ICI !!!!


 






Vinosse 07/03/2011 13:22



Et hop, encore un coup dans l'sud-ouest sous barbezieux!


 


les bounes poumes sont forcément moches et tordues ...


 


 



corinne m 06/03/2011 20:48



j'étais moi aussi devant la TV, hier soir et j'ai vu l'ai vu de nouveau débiter son discour qui est le même et faire la promo de son livre, j'ai d'ailleur été trés deçu par les deux Eric, mais
c'est pareil eux aussi de savent rien de l'agriculture de maintenant. bon courage et à la prochaine


amicalement


corinne m


 


 



Vinosse 06/03/2011 09:10



Je te mets en lien sur le Sud Ouest d'aujourd'hui qui fait un article sur MMRobin.