Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blocages sur la Route Nationale 10. Ou quand ma plume trempe dans le goudron contre la poudre aux yeux.

Un nouveau massacre à la tronçonneuse menace la Route Nationale 10. 

Le budget nécessaire à la mise à deux fois deux voies des 11 derniers kilomètres entre Reignac et Chevanceaux est réévalué à 82 millions d’euros contre 73 précédemment. Le Plan de Développement et de Modernisation des Itinéraires (PDMI) 2009 / 2014 n’a alloué que 55 millions pour ce tronçon. Il manque donc 27 millions pour boucler le budget nécessaire. Mais qu’à cela ne tienne après tout, compte tenu de l’énorme retard déjà pris, il suffit de réserver cette somme dans le prochain PDMI 2015/ 2020 pour que le chantier se poursuive et se réalise d’une seule traite.

Seulement voilà, il se dit maintenant que l’enveloppe allouée et non consommée dans le PDMI qui s’achève (37 millions d’euros) ne sera pas forcément reportée et maintenue pour ce tronçon et que l’enveloppe qui sera réservée dans le prochain PDMI sera loin de couvrir les 64 millions nécessaires. Ce qui justifierait que les travaux se décomposent en  deux tranches et s’échelonnent encore sur quelques années supplémentaires au-delà du futur PDMI. La fin des travaux dépasserait alors allégrement 2020.

Mes très chers lecteurs, vous qui suivez depuis le début sur ce blog les péripéties liées à cette route, vous comprenez forcément la gravité de la situation. Et tout cela ne continue d'arriver que parce qu’il n’est toujours pas possible de faire reconnaître à Paris le corridor de fret national et européen qui traverse la Charente du sud vers l’est en passant par Angoulême. Vu de la haute administration, toutes nos demandes ne sont que de la gesticulation locale pour obtenir un confort régional aucunement prioritaire.

La note que je vous avais mise en ligne, lors du dernier article consacré à cette route, explicite très clairement tout cela. Circulez ailleurs, contournez ce département, vous n’obtiendrez rien de stratégique en terme de routes en Charente, nous répète depuis des lustres l'administration centrale, sans que nous fassions preuve de la lucidité nécessaire pour accepter de les entendre afin de mieux nous rebeller et réagir. Les autoroutes A10 et A89 et leurs tracés  improbables sont censées avoir résolu le problème des flux internationaux et il n’est toujours pas envisagé d’affaiblir le chiffre d’affaires des concessionnaires autoroutiers en offrant trop rapidement aux véhicules une bien meilleure alternative.

Sauf que maintenant ça suffit. On en a vraiment marre de se faire ballader sur cette route dangereuse. Il n'est plus possible de reculer une fois de plus. Les bretons ont réenfilé leurs bonnets rouges pour rappeler que leur détermination est restée intacte depuis leur révolte de 1675 contre les nouveaux impôts institués par Colbert. C’est sans doute le moment de rappeler par ici que c’est dès 1548 que les Pitauds de Saintonge se sont mobilisés contre l’Etat et sa gabelle. Et qu’ils ont fini par obtenir de haute lutte la suppression de cet impôt.

Alors que l’on reparle aujourd’hui d’activer l’écotaxe au 1er juillet 2014, comment pourrait-on imaginer que la taxation de l’usage de la RN10 commence sans que la qualité de route due à un trafic international n’ait été auparavant garantie. Que l’on puisse envisager tout en haut de l’Etat d’instituer un péage sur une RN10 à deux fois une voie totalement insécurisée et dont le budget nécessaire pour sa mise aux normes pourrait être relégué une fois de plus aux calendes grecques est intolérable.

Je viens de voir dans le journal que quelques Pitauds qui sommeillaient alentour depuis la fin du 16èmesiècle  viennent de reprendre du service. Deux bornes écotaxe ont flambé hier. La Charente retrouve ainsi les honneurs de la presse nationale dans de tristes conditions. Elle apparait dans la contestation aux côtés de la Bretagne. Cela incitera t-il les décideurs à regarder très attentivement le dossier de la RN10? Plus de bienveillance et de considération à notre égard seraient évidemment les bienvenues.

J’ai cru comprendre lors d’une discussion rigolarde au café hier matin que le portique au nord de Barbezieux avait une assise assez frêle. Et que la clé nécessaire pour le déboulonner était assez répandue dans les boites à outils des artisans, des paysans ou des bricoleurs du dimanche.

Plutôt que d'attendre que la grogne enfle et que la population locale perde son sens de l'humour, Je ne saurai trop conseiller à nos grands élus charentais de se mobiliser pour obtenir d’urgence des engagements clairs et définitifs de l’Etat pour le financement de la mise à deux fois deux voies immédiate de la RN10 entre Reignac et Chevanceaux, comme cela n’a cessé d’être promis depuis plus de 35 ans maintenant. C'est une priorité nationale qui doit être enfin reconnue.

L’écotaxe, qu’il vaut mieux appeler par son vrai nom de péage du réseau national routier, était ressentie comme légitime ici quand elle ciblait le fret international de longue distance. Parce qu’elle devait préserver durablement le porte monnaie des charentais. Si elle devait s’appliquer maintenant,  avec un impact assez fort sur le consommateur local, sans que le budget de la création du nouveau tronçon de la RN10 ne soit bouclé et les travaux accélérés, la colère des nouveaux Pitauds aurait alors un beau symbole devant lequel manifester pour se faire entendre.

Qu’en pensez-vous mes chers lecteurs contribuables aspirants Pitauds?

Consulter PDMI 2009 / 2014

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Daniel Albert 11/11/2013 16:09


Cette carte montre par département, la tendance du solde migratoire sur une décennie en mesurant la différence du nombre d'habitants qui
arrivent et habitants qui partent (source INSEE).


CHARENTE: Solde négatif, les habitants partent s'installer ailleurs.


CHARENT-MARITIME: Solde positif, de nouveaux habitants viennent s'installer.


DEUX-SÈVRES: Équilibre entre les départs et les arrivées.


VIENNE: Solde positif, de nouveaux habitants viennent s'installer.


Curieusement cette carte coïncide avec le kilométrage d'autoroutes par département, en région Poitou-Charentes.  

Daniel Albert 11/11/2013 00:02


Manifester comme à Chantillac, pour que l’état renouvelle ses promesses ne sert à rien.


Les bretons cassent mais simultanément négocient avec l’état, méthode employée en 68 pour obtenir le “Plan routier breton”, comme en témoigne M.
Phlipponeau ancien membre du CESER Bretagne. Ils ne demandent pas des promesses, ils apportent des solutions, gagnant-gagnant.


Au ministère de l’équipement, interrogé sur ta solution autoroutière le directeur des routes nous a répondu que l’option était réaliste,
ajoutant: -”...certes, mais vos parlementaires y sont opposés!”. 


Alors quelle utilité d’aller hurler contre le pouvoir central quand le problème est chez les élus de Charente, les parlementaires.


Et le paradoxe est qu’avec cette option les transporteurs locaux ne paieraient pas l’ecotaxe, puisque celle-ci n’est pas acquittée sur les
autoroutes. Localement on répond que la transformation en autoroute avec gratuité de fait pour les charentais ne peut être mise en oeuvre en Charente, bien qu’elle le soit dans d’autres
départements... 


Cette stratégie fait que la Charente restera le département le plus éloigné de toute autoroute, avec des 2x2 voies inachevées.
Une enquête du Sénat parlait de campagne de Presse savamment orchestrée contre les autoroutes, à lire la presse locale, on a le sentiment qu’il en reste quelque chose.


 


Carte illustrant une attractivité dans la région proportionnelle au kilométrage
d'autoroute



Daniel.Sauvaitre 11/11/2013 07:53







Olivier 10/11/2013 18:08


 


« J ’ai cru comprendre lors d’une discussion au café hier matin que le portique au nord de Barbezieux avait une
assise assez frêle. Et que la clé nécessaire pour le déboulonner était assez répandue dans les boites à outils des artisans, des paysans ou des bricoleurs du dimanche. »


 


Bien que je sois contre l'absurdité de l'écotaxe engagée par le précédent gouvernement,
cette incitation à la désobéissance civile ne t'honore pas Daniel.


Un homme politique n'a pas à participer ou à inciter de tels comportements. Le ras le bol
ne doit pas justifier des actes violents. À quoi servent les politiques si c'est le peuple qui doit faire sa révolution physiquement ?


Je n'irai pas bloquer la RN 10. Je l'ai fait une fois, je n’en étais pas fier, ça s’est mal
terminé et avec le recul je donne aujourd'hui raison aux usagers de la route qui ont autre chose à faire que d'être pris en otage une fois de plus.


 


Daniel, il va falloir mobiliser tes troupes de façon plus pacifique. Comment faire prendre
conscience à Bercy de l'utilité et de l'urgence à continuer les travaux déjà entrepris ? N'y a-t-il pas d'autre choix que d'appliquer des méthodes de voyous pour avoir la sympathie et la
solidarité du peuple ?


 


Ton fidèle serviteur.


 


http://www.agriculture-environnement.fr/edito,2/l-e%CC%81cotaxe-une-be%CC%82tise-borlooesque,889.html


 


 


 

Daniel.Sauvaitre 10/11/2013 19:09



Je déteste comme toi manifester Olivier. C'est la raison de cet article. Résoudre le problème tout de suite. Et bien entendu je ne supporte pas la moindre dégradation des biens publics ou privés.
J'ai modifié un peu le texte pour qu'il soit compris en ce sens. Je me risque parfois à des paraboles difficiles à comptrendre je sais......



Daniel DURET 10/11/2013 17:35


Des menaces, encore des menaces... des années que cela dure...