Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agenda semaine 7.

Lundi 13 février :

14 h : Permanence mairie.

16 h : Réunion suivi du projet de mise à deux fois deux voies de la RN10 entre Reignac et Chevanceaux à Touvérac.

Le dossier de demande de dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées et de leurs habitats semble très consistant maintenant. Cette fois ci le passage devant la commission scientifique et indépendante prévu mi mars devrait bien se passer. Le projet de création du tronçon à deux fois deux voies entre Reignac et Chevanceaux ne peut vraiment pas se payer le luxe d’être retardé une nouvelle fois par cette contrepartie environnementale obligatoire. On peut, sans mettre en danger la planète, se donner du temps pour héberger correctement le fadet des laiches, la lamproie de planer, la cistude et le vison d’Europe. En revanche, il est monstrueusement criminel de faire jouer à la roulette routière charentaise, pendant cinq ans encore et à l’insu de leur plein gré, les malheureux automobilistes ou camionneurs qui s’engouffrent par nécessité dans ce tunnel infernal unique en France.

L’épisode neigeux de la semaine passée et le carambolage qui s’en est suivi, a de nouveau sonné l’alerte. Six véhicules, dont deux poids lourds, sont entrés en collision avec à la clé huit blessés. En fin de réunion, le maire de Chantillac, notre ami Jean Luc Marot, à laisser s’exprimer sa colère et son exaspération. Ce n’est pas la première fois qu’il dénonce un entretien et une sécurité absolument insuffisants sur ce tronçon. Les opérations de déneigements qui ont rendu encore plus dangereuses les intersections avec les voies départementales et communales lui ont définitivement fait perdre tout humour sur la question.

J’ai pu obtenir au pied levé en fin d’après midi, ce mercredi 15 février, grâce à la conseillère de la ministre, Séverine Vachon, un rendez vous au ministère de l’écologie, du développement durable, du transport et du logement avec Alexandra Loquet, la conseillère « routes » de Nathalie Koscuiko-Moriset. J’ai pu lui expliquer longuement la situation dramatique, telle qu’elle est vécue sur le terrain. Un épisode de plus dans la longue série des interventions que nous avons faites depuis des années, les uns et les autres, pour attirer l’attention des décideurs sur ce scandale national. A poursuivre jusqu’à ce que la sécurité soit enfin assurée.

Mardi 14

10 h : Rendez vous au Conseil Général, service culture, pour présenter le projet de restauration de l’église de Reignac.

20 h : Réunion boulevard Haussmann au restaurant Pomze de Daniel Dayan avec les représentants des associations économiques des différents fruits et légumes produits en France.

Mercredi 15

13 h 30 : Audience de mise en état à la 17ème Chambre civile (Presse) du TGI de Paris pour le procès en diffamation que j’ai engagé avec le soutien de l’ANPP contre Isabelle Saporta, Eric Gueret, Et la Suite.com, Le Nouvel Observateur du monde, Viva Productions et France Télévisions.

J’ai tenu à être une nouvelle fois présent à cette audience, dans la même petite salle où s’était tenu le référé que j’avais engagé il y a un an pour suivre au plus près le déroulement du procès.

Paul François,mon collègue agriculteur de Ruffec, vient de gagner en première instance son procès contre Monsanto pour défaut d’information sur la dangerosité et les effets toxiques du désherbant dont il avait inhalé les vapeurs. Je suis très heureux pour lui. Je me disais cet après midi en entendant les conseils de mes adversaires rechercher les uns après les autres les moindres failles juridiques éventuelles de notre assignation, ceci afin d’obtenir que la présidente la juge irrecevable sur la forme et que le délai de prescription étant alors passé aucune nouvelle action au fond ne puisse être engagée, que paradoxalement, il était peut-être plus facile de faire condamner la multi nationale Monsanto pour défaut d’information que le tout puissant monde médiatique français pour avoir délivré une information mensongère extrêmement diffamatoire.

Isabelle Saporta, dont il a été impossible de trouver l’adresse du domicile pour lui faire délivrer l’assignation par huissier, malgré le recours à une société d’enquêtes, conteste la validité de la remise de l’assignation au siège de la société de production. France télévisions développe une argumentation juridique très compliquée pour dire que l’assignation aurait due être adressée au directeur des programmes personnellement. Un autre s’interroge sur le moyen de preuve de la décision du conseil d’administration de l’ANPP de me donner mandat pour agir en son nom. Un autre encore a développé beaucoup de talent pour expliquer ne pas pouvoir comprendre, en raison de ce qu’il considère être une imprécision de l’assignation, ce en quoi peut bien consister la diffamation dont on l’accuse. J’en passe et des meilleures. Pourtant mes chers lecteurs, vous qui avez suivi cette affaire et le détail des éléments que je vous ai décrit dans les articles répertoriés sur ce blog sous la rubrique « ma pomme prise pour une poire », vous avez aisément perçu la monstruosité de la manipulation des images, des commentaires et le mensonge bien caractérisé qui m’ont diffamés sans états d’âme.

La présidente a tenu à me donner la parole avant de clore les débats compte tenu de ce que j’avais fait le déplacement pour venir à l’audience. Je lui ai dit que pour moi les choses étaient évidentes et simples et que je ne pouvais pas me mêler des subtilités juridiques que j’avais entendues. J’ai conclu en disant que je lui faisais confiance. Comme les 1500 arboriculteurs de mon association qui se sont sentis diffamés tout autant que moi et qui se sont engagés à mes côtés dans ce procès coûteux mais si nécessaire.

Le délibéré sera prononcé le 29 février. Je ne manquerai pas de vous tenir informé du résultat. Nous saurons ce jour là si le procès pourra bien avoir lieu où si nous en serons privés.

15 h : Rendez vous au ministère des transports. (Voir explications un peu plus haut).

20 h : Déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy sur TF1

Jeudi 16

10 h : Rencontre avec Jean François Copé au siège de l’UMP, rue de Vaugirard pour faire le point sur le mouvement en Charente.

Vendredi 17 après midi :

Rencontre avec des maires de la circonscription.

Samedi 18:

Foire aux pommes au Tastet.

Dimanche 19

Repas des seniors à Reignac.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article