Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A&E. Un média à part.

Ce n’est pas encore le prix Pulitzer, catégorie service public ou reportage d’investigation, bien sûr.  Mais c’est une nouvelle reconnaissance de l’excellent travail de Gil Rivière-Wekstein que le Figaro a imprimé hier dans ses colonnes.

Un peu plus de trois mois après que le Nouvel Obs ait fait sa couverture choc sur les rats couverts de tumeurs du Professeur Séralini, Agriculture Environnement révèle certains aspects peu recommandables du chercheur « reconnu », ou plutôt démasqué. Ces éléments viennent s’ajouter à la remise en cause de l’étude Séralini par la quasi-totalité de la communauté scientifique

Malheureusement, le battage médiatique ne sera pas le même aujourd’hui sur ces facettes peu cartésiennes du manipulateur à la petite semaine. En revanche, le grand public gardera longtemps en mémoire l’information fausse selon laquelle Séralini aurait démontré que les OGM font se développer le cancer. Et le Nouvel Obs continuera de passer pour un hebdomadaire tout à fait sérieux. C’est monstrueux mes très chers lecteurs, mais c’est la triste réalité.

Pour ceux d’entre vous qui veulent en savoir plus sur les révélations de Gil, le journaliste le plus indispensable à la recherche de la vérité du moment, je mets des liens vers les articles à lire.

L’annonce par le Nouvel Obs des conclusions explosives des travaux de Séralini.

La lettre d’A&E de décembre dans laquelle se trouve l’article de Gil Rivière-Wekstein

Le site d’Agriculture Environnement

L’article du Figaro de jeudi

Et puis je vous mets un lien vers le témoignage d’un dénonciateur des OGM qui a profondément changé d’avis depuis.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Tiens c'est marrant ? 01/03/2013 19:40


 


On aimerait connaître vos sources d'information, monsieur l'imposteur...








un posteur 01/03/2013 12:10


tiens c'est marrant,


j'ai des infos comme quoi GRW vit des abonnements pour ses infos envoyées, et certains abonnements bien chers proviennent de Bayer entre autres...


les procès pour diffamation ont toujours été perdus par GRW,


on ne doit pas avoir la même notion d'objectivité....

SPS N°303 20/01/2013 20:56



Requiem pour trois rats morts prématurément


par Alain de Weck



On ne considère plus guère les scientifiques comme des savants. C’est légitime, ils ne savent pas grand chose. Un groupe de jeunes scientifiques français a rapporté récemment qu’une alimentation
par maïs transgénique OGM cause chez le rat des tumeurs et une mortalité prématurée, si l’on est suffisamment patient pour attendre deux ans, la durée moyenne de la vie d’un rat. Cette
affirmation est basée sur deux groupes de dix rats. Cinq rats nourris au maïs OGM sont morts prématurément alors que seuls deux ou trois sont morts parmi les dix rats contrôles nourris par un
maïs normal. Dans les dix autres groupes nourris par maïs OGM, la mortalité a été soit d’un rat supérieure, soit égale, soit même inférieure au contrôle. Tout se joue donc sur trois rats, qui ont
eu la malchance d’être là au mauvais moment.


Cette différence a suffi aux auteurs de l’étude pour emboucher les trompettes de Jéricho, ameuter la grande presse et s’en prendre au reste du monde qui ne les avait jusqu’ici pas pris au
sérieux. Les scientifiques du reste du monde ont beau objecter que trois rats, ce n’est pas grand chose, et que dans le contexte, les résultats sont probablement le jeu du hasard. Ils ont eu
aussi beau rappeler que ces résultats vont à l’encontre d’une évidence expérimentale négative dont les dossiers remplissent un immeuble de quatre étages. Rien n’y fera. L’angoisse s’est installée
dans les chaumières et on va s’en occuper en haut lieu.


Ce samedi se rencontraient à l’Élysée, toutes affaires cessantes, les ministres de l’agriculture, de la santé et de l’environnement, peut-être aussi le Premier Ministre et le Président de la
République, pour discuter de nos trois rats. On envisage des mesures d’urgence à proposer, si ce n’est imposer, aux partenaires européens. Décidément, la France joue toujours son rôle de phare
intellectuel : après la rationalité de Descartes, la défense des droits de l’homme et de multiples découvertes, voici venir l’ère de l’hystérie collective et des fantasmes d’une nouvelle
science verte. Pendant ce temps, le ministre américain de la santé dort sur ses deux oreilles. Ses concitoyens gavés de maïs OGM depuis dix ans se portent comme un charme. Leur durée de vie
s’allonge plus vite que celles des Français et le maïs les fait engraisser.


L’histoire se souviendra des trois rats de Caen ; ils sont les premiers rats de laboratoire à avoir droit à des funérailles nationales et ils ne sont pas morts en vain.


Écrit le 08-10-2012

SPS N°303 15/01/2013 19:38


« L’étude choc » sur les OGM




Le soufflé produit par « l’étude choc » sur les OGM conduite par Gilles-Éric Séralini est en train de retomber. Ce qui discrédite l’étude, ce ne sont pas les conflits d’intérêts
patents, mais les arguments techniques qui montrent que l’étude est truffée de biais méthodologiques lui ôtant toute validité. Les avis unanimes des agences sanitaires de par le monde ont
définitivement clos le volet scientifique de l’affaire. Malheureusement, les dégâts collatéraux sont nombreux. Et ils porteront leurs effets durablement. Les promoteurs de ce qu’il faut bien
appeler un « coup politique » le savaient : le temps de l’analyse scientifique est un temps long, qui n’est pas celui de la médiatisation avec ses « scoops » et ses
titres chocs. Initiée par la désormais célèbre manchette du Nouvel Observateur (« Oui, les OGM sont des poisons ! »), la déferlante va balayer la quasi-totalité des grands
médias, relayée par un film coproduit avec les auteurs de l’étude, avec une bande annonce angoissante : « regardez bien ces images [on nous montre un rat atteint d’une tumeur énorme],
elles vont faire le tour du monde, ces rats ont été nourris de maïs transgéniques pendant toute leur vie ». Un scénario digne d’un roman d’espionnage nous est promis (une étude avec nom de
code, mails cryptés, la clandestinité la plus totale « pour ne pas subir de pression », etc.). Les auteurs savaient très bien que la passion et la médiatisation balaieraient toute
discussion scientifique sur le fond, et que l’analyse par les pairs et les avis des agences de santé appelés à suivre pourront facilement être dilués et brouillés en déplaçant la controverse
sur un autre terrain.

Olivier 12/01/2013 12:30



Idées reçues et rumeurs autour des OGM


Sauvez les
baleines, oubliez les enfants


OGM –
Laurent Berthod