Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mots justes.

Je viens de terminer la lecture du dernier roman de Philippe Besson dont je m’étais quelque temps tenu à l’écart, sans doute parce que je ne trouvais pas son titre, « Se résoudre aux adieux » assez affriolant. Comme cela m’arrive de temps en temps, et trop rarement, j’ai su dès les premières pages que je ne le quitterai plus avant de l’avoir lu tout entier. Louise écrit à Clément, qui l’a quittée, de longues lettres qui restent sans réponses, depuis La Havane , New York, Venise, l’Orient Express et puis Paris. Comment fait-il Philippe Besson pour exprimer avec autant de clarté, de précision, de cette écriture incroyablement belle les lieux, les situations, la passion amoureuse ? Je ne suis pas le seul à apprécier semble t-il puisque ce livre est un très gros succès en librairie en ce moment. L’auteur est Barbezilien. Nous avons évoqué avec lui l’an passé un évènement autour de la littérature qu’il pourrait soutenir. Un prix par exemple. Il y a mis une condition c’est que ce soit le prix Jacques Chardonne. Il y a quelques semaines (l’an passé en septembre je crois) il a cosigné  dans Libération une tribune libre de soutien à Ségolène Royal. Il n’a décidemment peur de rien Philippe Besson. Bravo.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

La France du sous-sol 24/02/2007 07:12

Que vaut la vie humaine dans votre département à la con?
A l’hôpital la chirurgie ferme et demain les urgences, autant dire que l’HÔPITAL FERME! Dans le canton de Brossac ou celui de Baignes, entre l’appel « AU SECOURS » et la prise en charge par un service de chirurgie, il s’écoulera 1H45, autant appeler directement un prêtre.
Pour encore faire perdre un temps précieux, votre tronçon de N10 au sud d’Angoulême n’est à 2X2 voies que sur la moitié du parcours (25km sur 50).
Mais bon dieu, barrez-vous ou mettez des claques aux crétins qui vous gouvernent!
Un peu de courage pour une fois, coupez la N10 et faites-y un feu de joie avec vos cartes d’électeurs, après avoir convoqué l’AFP, REUTERS et les télés.
A commencer par sa présidente, il semble bien que la Région et l'ARH confonde votre ancienne compétence dans la fabrication du beurre avec une propension à vous laisser en…..!

Edmont 23/02/2007 21:08

La seule solution pour le devenir de Barbezieux est d'honorer les morts!
Ce qui convient bien à l'esprit de cette province.

On a le choix!

On y a d'abord Chardonne, grâce à l'aide du spécialiste Besson qui se fit remarquer, plutôt en mal que bien, à d'avoir osé relever un défi qui n'était pas à sa portée, lorsqu'il lui prit de s'identifier à la sœur de Rimbaud, d'accès facile, l'original mâle étant trop éloigné de lui!
N'est pas poète qui veut!
On y a ensuite le célèbre emflammeur de poubelles que fut daniel Raynaud certains soirs de beuveries sur le boulevard Chanzy, qui s'en fut ramené à la raison, de son vivant, par la maréchaussée en képi bleu de nuit soucieuse du bon dormir de la bonne bourgeoisie barbezilienne mais qui, par devoir ou par instinct de se garder une place auprès du dieu de la quincaillerie, s'en est venue depuis river sur un vieux mur de la cité grise, une plaque de tôle émaillée avec son nom dessus.
En dernier on a l'hopital et ses dirigeants, plus prompts à d'offrir aux habitants de la région un endroit pour mieux mourir, qu'un service de chirurgie efficace et constant capable de les conserver en vie!

laurence 23/02/2007 16:49

difficile de réagir à tous ces commentaires, mélange de Besson et d'hôpital. Besson m'avait beaucoup impressionnée lors de sa venue à la cdc3b, c'est un type très mignon, très sympa et très très intéressant, il m'avait scotchée par sa simplicité, sa finesse, son humour et sa grande culture. je suis une fan de longtemps, j'ai lu tous ses livres, des nuits entières à dévorer ses lignes, j'ai toujours adoré son style "un peu féminin" et ce mélange de psychologie et d'histoires humaines tellement fortes, surprenant à chaque livre. et bien, sur le dernier j'ai du mal à finir. J'ai déjà vécu merveilleusement ce mélange de malaise, de larmes, de rires et tous les sentiments possibles en lisant les autres livres.. celui ci n'est que douleur et j'ai du mal à encaisser ces chocs en continu. j'attends une nouvelle rencontre un jour peut être pour lui en parler.
l'hôpital : vous avez tout écrit depuis longtemps me semble-t-il. Y a t-il encore qqchose à faire pour sauver la chirurgie et les urgences? on voit tellement de petites villes qui ne trouvent pas de chirurgiens ou d'anesthésistes, Barbezieux en a et des bons, dommage de gâcher tout ça, quelles solutions proposez vous?

Edmont 22/02/2007 21:54

Sur un plan strictement politique et local, avec un minimum de cartes en main, jouer l'as de cœur en contre, Besson versuus Chardonne(avec en écho Pascal SEVRAN) me semble être un calcul plutôt limité!

S'il suffisait de déterrer les morts pour espérer se faire élire, le pauvre Martin qui allait bêche à l'épaule creuser sa propre tombe après s'être usé à creuser celles des autres, n'aurait pas manqué d'être président... ou maire...

N'est pas fossoyeur qui veut!

le prince noir 22/02/2007 21:48

4 commentaires pour Philippe Besson, honorable écrivain sentimental, mais 2 commentaires seulement pour la fin annoncée de la chirurgie à l’hôpital de Barbezieux……… la sensibilité des internautes m’étonnera toujours……..
Lundi soir au château, l’ARH avait peur. Elle avait mobilisé le ban et l’arrière-ban de ses supporters. Elle pensait s’en prendre plein la gueule. Mais en face, ses opposants se sont retrouvés trop seuls. A part Patrick Gauneau (le président de l’association de défense de l’hôpital) et Gilles Santerre (courageux délégué syndical), personne ne s’est élevé pour porter le fer, pour les mettre en accusation ou simplement poser des questions gênantes. Personne y compris vous monsieur le président des 3B.
Pourtant ce ne sont pas les arguments qui manquaient.
Comme vous le montrez dans votre précédent commentaire, l’activité de l’hôpital, tous services confondus, montre l’attachement de la population. Ses services, tous ses services, sont utiles : médecine, chirurgie, urgence……
Aucune réponse n’a été apportée aux questions des défenseurs de l’hôpital pré-cités :
- Qui surveillera les opérés après 18H ?
- Un service d’urgence sans chirurgien ni anesthésiste, est-il un vrai service d’urgence ?
- Quelles opérations seront dorénavant pratiquées ?
- Pourquoi la direction de l’hôpital s’est-elle débarrassée des anesthésistes alors qu’ils sont si difficiles à trouver ?
-
La conclusion risque d’être terrible : fermeture du service dans quelques mois.
René vignerie est pleinement responsable, mais il n’est pas le seul :
- Où est le député Jacques Bobe ?
- Que fait Philippe Arnaud, le sénateur ?
- Que font, à 2/3 exceptions près les autres élus du conseil d’administration ? Sont-ils lobotomisés, définitivement stupides ou complètement lâches, à commencer par les autres conseillers municipaux de barbezieux ou notre pauvre conseiller général ?

Ces individus portent une responsabilité écrasante. Après le service de chirurgie, nous savons à présent que le service des urgences ne va pas tarder à être menacé.
Il reste une chance de tout sauver, une seule. Que les élus, tous les élus locaux, se mobilisent et portent haut les revendications de la population qu’ils prétendent représenter. Ils doivent aujourd’hui assumer les fonctions qu’ils occupent, c’est vrai que le passé a montré qu’ils n’en avaient ni l’habitude ni la motivation. Ils ont aujourd’hui l’occasion de se racheter. Ils n’en auront pas deux.
Nous attendons !

Daniel.Sauvaitre 23/02/2007 23:44

C'est vrai que je ne suis pas intervenu lors de la réunion de lundi. Je ressens douloureusement depuis janvier 2006 de ne pas être en situation d'agir efficacement pour l'hôpital. Alors j'ai choisi d'écrire mes positions sur ce blog. Depuis plus d'un an j'ai alerté, demandé, intérrogé, proposé. J'ai fait très tôt des propositions radicales quand il était encore temps d'inverser le cours des choses. Force est de constater que les élus qui nous représentent au conseil d'administration de l'hôpital, dont le président, très informés de mes positions ou de celles de l'association de défense ont presque toujours validé et accompagné les décisions proposées par la direction. Ils étaient présents dans la salle lundi et ils sont aussi restés silencieux. Comment agir quand ceux qui nous représentent et qui sont en situation de peser sur les décisions approuvent ce que je dénonce? Et que je sache ils n'ont pas souhaité se retirer en arguant que le poids de leur responsabilité serait trop lourd à porter.Ceux qui les ont mandaté ne leur ont pas retiré leur confiance non plus. La morale est malheureusement simple: il n'est pas possible de se substituer de l'extérieur à ceux qui tiennent le manche. Et ce n'est pas fini. les mêmes causes produiront les mêmes effets dans les tous prochains jours pour les urgences.