Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le silence des agneaux.

Je vous ai tenu informé de l’initiative prise par la communauté de communes des 3B en association avec Entreprendre en Sud Charente pour mettre en perspective et proposer des solutions à la situation gravissime de la circulation sur la route nationale 10 entre Chevanceaux et Reignac ainsi qu’au nord de Barbezieux. Plus de 200 exemplaires du document que nous avons publié et qui s’intitule « le dossier noir de la RN 10, un scandale national » ont été adressés aux élus, administrations, collectivités, organisations diverses et à la presse dans l’espoir de susciter une très large mobilisation pour parvenir à une solution le plus tôt possible.

Personne à ce jour ne conteste ce que nous démontrons. La Charente est traversée du sud vers l’est par un gigantesque corridor de fret international déterminé par la géographie et impossible à détourner. Pour que cette situation cesse d’être une catastrophe et devienne une opportunité pour le développement de notre département il faut d’urgence une autoroute pour supporter ce trafic de poids lourds sur la totalité du tracé. Comme les caisses de l’Etat sont vides nous préconisons d’adopter la solution retenue un peu partout ailleurs pour financer cette réalisation, c'est-à-dire la concession à une société autoroutière. Le financement par péage serait alors assumé par les seuls poids  lourds en transit.

Candide inguérissable je m’attendais à au moins un peu d’effervescence dans le département à la suite de notre initiative. Force est de reconnaître que pour l’instant ça a fait plutôt pschitt…

J’avais privilégié speedy little Henri, mon sénateur préféré, pour défendre le projet directement auprès du ministre Perben. Dix secondes ont suffi pour qu’il m’annonce il y a quelques jours que le projet d’autoroute ne serait pas retenu et que compte tenu du peu qu’il restait à faire sur la RN 10 il valait mieux tenter de trouver l’argent nécessaire auprès de l’Etat, de la Région et pourquoi pas du département. Même raisonnement pour la RN 141 et tant pis si elle ne résout en rien la problématique du fret européen et du développement de la Charente. Quand je demande le temps qu’il faudra dans ce cadre il me répond imprudemment 10 ans alors que les techniciens très informés, mais contraints à la plus grande réserve, sont persuadés qu’il faudra au moins 25 ans et encore dans le meilleur des cas. Les bras m’en tombent mais au regard de nos responsabilités respectives je me dis sur l’instant que c’est sans doute moi qui doit être débile. Enfin ça ne dure pas longtemps quand même et dès que je reprends méthodiquement l’analyse et les possibilités de solutions je conclus une nouvelle fois à nos premières propositions.

Pour ce qui concerne les dirigeants de l’assemblée départementale, leur réussite politique ne semble pas nécessiter une quelconque réflexion stratégique sur les conditions à réunir pour le développement de notre territoire et jusqu’à ce jour la mise en cause permanente de l’Etat semble constituer un viatique suffisant pour continuer de s’attirer les faveurs de l’électorat. Dommage.

Chacun ici fait sienne cette devise d’Edgar Faure selon laquelle « il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre ». Pour poursuivre avec le même Edgar on doit malheureusement constater que « l’immobilisme est en marche et que rien ne pourra l’arrêter ».

Pour être tout à fait juste je dois faire état d’une réaction importante, celle de l’Etat exprimée par la plume du préfet. C’est Jean Claude Beauchaud qui me l’a fait parvenir après qu’il l’ait obtenue en réponse à une interpellation fondée sur notre dossier. La lecture du courrier d’accompagnement du député comporte cette mention qui m’a un instant rendu fébrile : « comme vous pourrez le constater, ce dossier a été étudié avec la plus grande bienveillance ». Vite ai-je pensé, que nous dit l’Etat ? Je vous le donne en mille. Après avoir rappelé que ce qui était prévu dans le contrat de plan qui s’achève (et qui n’est pas terminé) bénéficiera des budgets qui étaient prévus et qui n’ont pas été dépensés, à la condition toutefois de passer une nouvelle convention spécifique régionale qui n’est pas signée à ce jour, il annonce la suite. Soyez zen et restez bien assis. In extenso voilà le projet pour nous sauver mes chers charentais : « Ainsi parmi les sept grands projets d’investissement d’ampleur significative figure le développement de l’inter modalité et du fret ferroviaire comme alternative au transport routier et comme moyen de délestage des axes RN10 et RN 141 du trafic des poids lourds en transit ».   

C’est un morceau d’anthologie. Il fallait oser ce bel humour noir en réponse à notre dossier noir. Trente ans après les premières promesses de l’Etat il n’y a toujours pas de calendrier précis ni d’échéancier pour la mise aux normes de cet axe routier le plus fréquenté de France par les poids lourds en transit international. N’importe où ailleurs dans le pays des responsables politiques dignes de ce nom se seraient mobilisés et travailleraient au développement de leur territoire motivés par la défense de l’intérêt général et sans doute aussi un peu par leur réélection. Mais pas ici et c’est à pleurer.

Pourtant il suffisait de lire la Charente libre il y  quelques jours pour s’apercevoir que Xavier Darcos, le maire de Périgueux, lui n’hésite pas à avoir une réflexion stratégique de long terme et d’y associer des socioprofessionnels espagnols pour agir et obtenir la route la plus pertinente pour demain.

La léthargie locale n’est je le sais pas définitive. On doit pouvoir faire mieux. Qu’en pensez-vous ?

Le dossier noir de laRN 10 et les annexes sont téléchargeables sur le site cdc3b.com.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Thanos 09/12/2006 03:23

Prenant souvent cette route pour aller jouer en gironde,
je n'ai jms compris pourquoi cette portion (reignac-chevanceau) n'est pas en 2x2 voies alors qu'avant elle l'est et après...
Comment la DDE peut-elle mener des élus O_o ???
J'aimerai comprendre ^^

raminagrobis 08/12/2006 22:23

J'espère que Farhi enlève son émeraude du doigt lorsqu'il opère!

C'est pas le royaume de Golgonde l'hôpital de Barbezieux!

yvonne 08/12/2006 13:47

j'aime beaucoup l'article de Mauricette de ce matin dans sud-ouest sur l'hôpital. j'ai l'impression que c'est un vrai bordel cette histoire... et que vraiment les dirigeants actuels de l'hôpital sont des grosses billes!!!

Daniel Herbreteau 07/12/2006 05:49

Patience Daniel, j’ai dit: -dans un prochain épisode...
Pour l’instant nous sommes toujours dans le commentaire de l’actuel coup de gueule. Avant de dire qui s’en fout plein les poches, nous allons prendre le temps de rappeler les prises de positions de nos «élites» pour bien montrer comment fonctionne le ruineux système charentais.
Mais avant cela je vais répondre à la suggestion de Damien, concernant Ségolène Royal.
J’ai une anecdote qui démontre qu’elle n’a aucun pouvoir sur ce type de dossier. Elle est élue à Melle (79), dans sa circonscription, il y a un projet d’autoroute (Nantes) Niort-Confolens-Limoges. En 2005, devant le Préfet de Région, la Direction des Routes (Ministère de l’équipement) a présenté des prévisions de trafic complètement loufoques (2 à 3 fois inférieures à la réalité). Apprenant cela Ségolène Royal a fort justement, par courrier, rappelé à l’ordre le Préfet en lui conseillant fermement que ce dossier soit étudié avec un peu plus de rigueur. Eh bien en septembre dernier, devant un parterre de Préfets, la direction des Routes a recommencé, cette fois-ci en pire avec des chiffres près de 4 fois inférieurs à la réalité.
Si la salle a alors « tangué », c’est le fait des parlementaires présents et de Daniel Sauvaitre avec le « Dossier noir ». Ségolène Royal, Présidente de Région n’avait même pas été écoutée par la DRE qui continue de plus belle à envoyer des chiffres fantaisistes à la Direction des Routes. Comme tant d’autres élus, Ségolène Royal n’a aucun pouvoir sur ce dossier, ce qui au passage lui permet de se dégager de toute responsabilité en affirmant avec raison que la Direction des Routes est un Etat dans l’Etat, au service de lui-même…
Mais!
Pour terminer leur portion de N10, la Gironde et la Charente-maritime eurent Frémont et Leyrit, des Rolls de la Préfectorale. Notamment Christian Leyrit, ancien Directeur des Routes au Ministère, n’avait lui, aucunement besoin de « Christian le DDE » pour connaître le dossier. Il a engagé l’autoroute Fontenay-le-Comte - Rochefort (A831) et la transformation en autoroute de la N11 LaRochelle - Niort.
Avec lui et son comparse Belot, en Charente-maritime la DDE est aux ordres de l’exécutif, en Charente c’est l’inverse. Ici la DDE mène les élus et le Préfet par le bout du nez, fixe les budgets, programme les travaux et raconte n’importe quoi.
Au service d’elle-même et de ses propres intérêts!

Damien 06/12/2006 15:03

S'il s'agit d'une question de poid, pourquoi ne pas s'adresser, directement et/ou par média interposé, au Président de la Region Poitou-Charente.
Cette personne semble être en position (au niveau hierarchique et au niveau de l'opportunite politique) pour démontrer ses capacité à agir et à obtenir ce qu’elle désir. Cette même personne a d'autant plus de poid, qu'elle est investie par suffrage national.

Dès maintenant, les communes et les différentes dynamiques du Sud-Charente peuvent exiger de cette collectivité des propositions, voire des actions concrêtes au sujet de ce dossier RN 10 ; Ainsi, au delà de la « politque polititicienne », si des avancées sont observées dans quelques mois, ce sera autant de points positifs mis à l’actif de la région et de l’équipe qui la dirige. Et si, au contraire, rien n’avance d’ici quelques mois....ce sera la démonstration d’une « incompétence manifeste ».