Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

KafKa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La petite salle qui est consacrée à Kafka à deux pas de sa maison natale semble bien modeste au regard de ce qu’a été le personnage pour Prague. Les quelques extraits de ses écrits qui accompagnent les photos et les objets qui sont exposés me donnent envie de le lire. Je me souviens avoir aimé un livre de lui mais je ne sais plus lequel, peut-être « l’Amérique ».  Je n’ai plus qu’à prendre conseil auprès de Daniel D pour entrer dans l’œuvre par le bon bout.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

sandra 21/09/2006 11:08

les photos sont magnifiques, on en redemande, sympa de voyager comme ca merci

daniel 21/09/2006 09:19

Ah! Quelqu'un de parole!
Je te pique le portrait peint, j'ai fait le même en mieux, bien que je le trouve pas réussi(le mien!) - à partir de la même photo bien entendu!
La sculpture ne lui ressemble pas!

Pour lire Kafka, il faut avoir une autre arrière pensée que celle qu'on lui prête! Il n'a rien inventé comme un esprit froid, il a fait de la littérature avec son mal-être, il a joué avec lui-même et sa désespérance...
Donc pour commencer, il faut commencer avec lui et débuter par ses petits textes, le Château, le Procès, ce sera pour plus tard...
Quand après avoir lu son Journal, appris tout de sa vie, lu tout son courrier, on comprendra pourquoi il s'engagait dans des entreprises littéraires qu'il ne pouvait jamais vraiment terminer et qu'il ne termina pas pour la plupart.

Kafka c'est comme une envie de pleurer, après...

Parce qu'avant c'est quelqu'un de plus qu'autocritique à son égard; quand la moyenne des gens se contentent de deux étages pour descendre à leur propre cave, Franz en avait au moins trois, sinon quatre...
Beaucoup de ses textes parlent de mine à charbon, de terrier, d'enfoncement, d'en-desous(le soutier),etc...
Je connais personnellement cet état des choses...

Et avec cela on a beaucoup d'humour! Du plus ironique et cinglant: à la Kafka!