Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre, tout contre.

« L’image la plus utilisée pour représenter un sage c’est quand même assis sur son cul » me disait récemment un bouillant entrepreneur. Il était las des mises en garde et des conseils de ceux qui font profession de seulement critiquer et dont on ne doit pas attendre qu’ils remplissent un jour le moindre ventre creux.

Je repensais en fin de semaine à cette réaction en lisant la livraison éditoriale quotidienne de CL, guyonnade jeudi et vendredi et garraunade samedi.

Jeudi, la belle âme du journal s’en prenait au « traître » Eric Besson qui venait d’annoncer la délivrance d’une carte de séjour pour tout immigré clandestin qui dénoncera son passeur.

Haut le cœur chez cet être sensible et pur, lui, face à ce qui ne peut que rappeler les pires moments de notre histoire. Le lendemain le Monde rapportait pourtant les explications du ministre, parfaitement dignes d’intérêt. Selon lui il y a lieu de considérer l’immigré clandestin racketté par son passeur comme une victime, au même titre qu’une femme battue qui porte plainte contre son agresseur ou qu’un salarié non déclaré et sans contrat qui dénonce son employeur. Cette mise en perspective vaut bien l’amalgame douteux de l’éternel spectateur dégagé. Qui peut nier aussi que cette mesure peut mettre un frein aux vocations de passeurs et limiter mécaniquement les flux d’immigration clandestine ?

Il est bien sûr infiniment plus confortable de peaufiner son image que de rechercher et de proposer des solutions de maîtrise de l’immigration et de bonnes conditions d’accueil et d’intégration, qui sont les objectifs de Besson, du président et me semble t-il d’une large majorité de la population. Comme toute initiative en ce domaine comporte des risques et peut-être caricaturée, l’éditorialiste ne propose bien sûr pas d’alternative et marque ainsi nettement sa préférence pour la présence d’un candidat front national au second tour de la prochaine élection présidentielle. Cette attitude lui permet de s’assurer par la même occasion un fond de commerce durable ou son sens moral sera utilement valorisé. C’est un paradoxe et pas le moindre de cette plume mouillée que de ne jamais s’intéresser au fond et de le toucher pourtant presque à chaque fois. Et puis enfin nous avons là confirmation expérimentale que ça rend bien sourd.      

Le lendemain c’était au tour du président de se faire habiller, évaluer et donner la leçon à l’aune de théories économiques et politiques extraites des brèves de comptoir de l’immense Jean Marie Gourio. Enfin, le résultat est beaucoup moins drôle. Il manque évidemment la spontanéité joviale des philosophes du zinc. Si les français manquent d’argent il faut augmenter leur salaire en commençant par le SMIC et si nous manquons de travail il faut partager celui qui reste. Logique non ?  Comme le président a eu la mauvaise idée de ne pas être en phase avec cette évidence il n’y avait pas lieu pour l’éditorialiste de s’intéresser au contenu de son intervention et il suffisait de lui prédire des lendemains difficiles pour mettre un peu de hauteur à la prédication du jour.

Le lendemain l’alter égo du premier a plagié son collègue à mi-temps sur le poste. Ce n’est pourtant pas bien de copier et ça fait redondant. Mais quand on  a une bonne idée, comme l’ivrogne, on la rabâche en boucle et à deux c’est encore mieux.

Heureusement, 15 millions de français on pu écouter en direct Nicolas Sarkozy et se faire leur propre opinion et savoir intuitivement qui les enfume à son profit.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Vinosse 14/02/2009 08:26

Heureusement, 15 millions de français on pu écouter en direct Nicolas Sarkozy et se faire leur propre opinion et savoir intuitivement qui les enfume à son profit.(Daniel Sauvaître)

«La révélation de la bassesse ravit toujours la foule. Il est petit comme nous, il est vil comme nous !...» [ Alexandre Pouchkine ] 

Loic BESSON 08/02/2009 19:39

Qu'on le veuille ou non, in fine, le message d'Eric BESSON est clair: pour obtenir des papiers français, devenez délateur! Il me semble que l'histoire française a déjà eu ce genre d'épopée.On doit pouvoir d'ailleurs retrouver des affiches qui ressemblent  à ce type de proposition.Je ne crois pas que l'on puisse s'en glorifier  et le justifier au nom d'une volonté absolue d'agir contre l'immigration clandestine.Quand au discours du Président, tu ne fais pas état de la suppression de la taxe professionnelle. Certes, elle est calculée de façon plutôt illogique; néanmoins, la soudaineté de cette annonce risque fort de poser quelques problèmes à notre CC3B.