Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Keynes nouveau est arrivé.

Tout entrepreneur sait qu’un déficit est supportable s’il s’inscrit dans une stratégie d’investissement pour permettre rapidement un retour aux bénéfices. Le plan de relance annoncé hier à Douai par Nicolas Sarkozy se situe dans cette perspective. La crise de confiance dans laquelle le monde est entré influe sur nos comportements et nos nouveaux choix quotidiens nous entrainent dans une spirale dépressive. Pas facile d’enrayer ce mécanisme. Depuis longtemps déjà notre pays accumule les déficits publics sans pour autant engager une stratégie d’investissement  et d’amélioration vigoureuse de l’efficacité publique pour revenir enfin à l’équilibre. Il aura fallu attendre une crise de cette ampleur et des comptes publics au plus mal pour s’engager enfin, à la fois vers la réduction des coûts de fonctionnement de l’Etat et des collectivités territoriales, plus en rapport avec les moyens de la nation et de l’efficacité attendue, et dans le même temps investir dans les infrastructures nécessaires au développement de l’activité.

 

Pour susciter de l’activité quand on n’a pas de réserves il faut avoir recours à l’emprunt. L’accroissement de l’endettement n’a de sens que s’il est consacré à la création de nouveaux actifs pour le pays qui permettent dans un premier temps de stimuler l’activité et la croissance et dans un second temps de favoriser encore plus le développement économique. Amélioration des trésoreries des entreprises et des collectivités par le raccourcissement des délais de paiement de l’Etat, abaissement du coût du travail pour les nouvelles embauches dans les TPE, doublement du prêt à taux zéro, autant de mesures complémentaires qui relèvent d’un ciblage des aides vers l’emploi et l’investissement.

Le même jour, Jean Claude Trichet annonce la baisse du taux directeur de 0.75 point, ce qui le ramène à 2.50 %. Tout ça me semble plutôt bien coordonné et va dans le bon sens.

 

La crise sera forcément dure malgré ces mesures. Mais elle sera bien moins durable que si l’on appliquait les recettes de madame Royal et de la plupart de ses collègues à gauche. 25 000 000 000 d’euros, ça fait 1000 euros pour 25 000 000 de personnes nous dit la prêtresse du Poitou. Voilà une aide bien lisible pour mettre un terme à la crise selon cette énarque. Heureusement aussi que de doctes professeurs comme Pickety et Généreux (I télé hier soir) ne sont utilisés que pour commenter le match. Je me suis souvent dit que ma stratégie de gestion d’entreprise n’aurait jamais eu l’heur de plaire à ces économistes de laboratoire et que j’ai eu la chance de prendre très tôt le contrepied de leurs raisonnements poussiéreux, pontifiants et dérisoires. Tous les entrepreneurs que je connais sont aussi dans ce cas.  

Investir, travailler, innover, évoluer, réformer, prendre des risques me semble bien préférable pour le pays à la distribution illusoire et artificielle de pouvoir d’achat qui se termine toujours par un plan d’austérité.

 

Et puis cette annonce d’investissements dans les infrastructures doit nous inciter à bien faire savoir à l’Etat que la mise à deux fois deux voies entre Reignac et Chevanceaux est absolument prioritaire dans ce cadre et que le dossier est parfaitement prêt. Il ne manque plus que le financement qui me semble avoir été annoncé en fin de matinée hier.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Vinosse 12/12/2008 15:56

Vive le Québec... LIIIBRRE!(mais non, duc'non, la Charente Libre) 

Dan Brown 08/12/2008 23:14

M’enfin!  ;-) 
J’faisais allusion à la phrase du mari de Carla: “...Strasbourg comme capitale de l'Europe on a pas pensé à y amener le chemin de fer à grande vitesse!" La LGV (donc la Grande Vitesse) s’arrête à Baudrecourt .Les TGV vont jusqu’à Strasbourg, mais à vitesse normale. Un TGV qui glande au milieu des choux et du houblon usurpe son titre. 
Sur cette ligne, outre l’augmentation du prix  des billets, il y a un autre effet pervers:L’allongement des temps de parcours sur certaines dessertes par rapport aux trains Corail. 
D’ailleurs il y a là un intéressant sujet à méditer pour la future gare d’Angoulême. 

Vinosse 08/12/2008 14:12

retour sur info:Cher monsieur dan brown, le TGV s'arrête bien à Strasbourg! Même si sur la fin, il emprunte une voie normale, comme sur le tronçon Paris-Bordeaux!Je m'en veux de m'être laissé embobiner par vos fumeuses élucubrations! Si l'on prend un billet de TGV à Paris, on ira jusqu'à Strasbourg sans changer de train!Comme pour BordeauxComme pour ToulouseComme pour NiceEtc.C'est de prendre un billet pour la Sarkozie qui risque de vous mener à nulle part! 

Vinosse 06/12/2008 16:57

Entre "estimer" du plan sarkozy et "espérer" des lendemains qui chantent, la différence est immense!C'est ce que ne disent pas les sondages, surtout quand ils sont manipulés. 

Jean 06/12/2008 16:13


John, je ne considère pas et ne compare pas un sondage à un consensus du grand nombre, sachant que le consensus de masse peut mener au dérèglement de notre société. L’histoire nous sert d’exemples à ne pas suivre.
Chacun sait que l’on peut utiliser les statistiques comme l'ivrogne les lampadaires : pour s'appuyer plutôt que pour s'éclairer.
Mais en ce moment et devant la cacophonie des dirigeants du principal parti d’opposition au Président et à son gouvernement, une majorité de français n’ont d’autres alternatives que d’espérer des lendemains meilleurs avec les élus en place.