Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dangereux sous tous rapports.

Jeudi matin, arrivé tôt à Saint Jean de Luz  pour de courtes vacances, j’achète Sud Ouest édition Pays Basque. En gros titre « un rapport déjà périmé ». Le rapport du professeur Guy Vallancien préconise la fermeture de quinze blocs opératoires publics dans le Sud Ouest. A tort comme l’indique l’article puisque cinq sont déjà fermés et les autres sont passés au dessus du seuil couperet. Cette absurdité n’est pas propre au Sud Ouest et partout en France il est relevé les mêmes grossières erreurs. Le sujet est d’une telle gravité qu’il méritait mieux que ce pseudo travail, caricatural à souhait. Avec un peu de chance d’ailleurs les effets seront peut-être en partie contraires à ceux escomptés. Ce rapport est un élément de plus du dispositif mis en place pour fermer les petits blocs opératoires, si possibles publics. Ceci en application du dogme en vigueur au conseil national de la chirurgie selon lequel la qualité et la sécurité ne peuvent pas être assurées en dessous de 2000 interventions annuelles par bloc opératoire et sans six chirurgiens au minimum par site pour assurer la continuité des soins. Dans le Parisien du lendemain, le même « professeur » Guy Vallancien à qui le journaliste indiquait ces erreurs manifestes s’est enfoncé un peu plus en disant ceci : « on critique mon rapport mais jamais une telle liste n’avait été dressée. Maintenant si un accident médical a lieu dans un des services mentionnés les patients ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas ». Voilà un type tout auréolé du titre pompeux de professeur qui reconnaît avoir utilisé des données du ministère datant de 2002 totalement obsolètes, qui n’a nullement cherché à actualiser ses données ou à vérifier sur place quoi que ce soit,  et qui jette quand même allègrement l’opprobre sur des hôpitaux qui pour certains sont hors des critères qui les ont fait désigner comme étant à risque. Qui plus est le risque en chirurgie selon cette approche devient totalement désincarné et uniquement lié à un seuil arbitraire de nombre d’interventions par site. On se pince pour être bien sûr que tout çà est bien réel. Si Guy Vallancien opère ou enseigne comme il rapporte il faut tout de suite lui retirer son bistouri et sa chaire par une application élémentaire du principe de précaution. J’ajouterai qu’il y aurait matière à porter plainte pour escroquerie de fonds publics tant ce travail est creux, indigne et calomnieux. On aimerait un rapport plus sécurisé et qualitatif qui analyse finement la situation de la chirurgie dans tous les hôpitaux confondus, publics et privés, et qui nous explique par exemple le gain qu’il y aura à fermer des blocs opératoires dans de petits hôpitaux pour augmenter les files d’attente, en particulier aux urgences, dans de plus grands hôpitaux réputés plus sûrs mais saturés. Cette frappe chirurgicale de Guy Vallancien est gravement dangereuse pour la santé publique. La recherche permanente de l’amélioration de l’efficacité de notre organisation collective est un devoir. Ce n’est pas avec des contributions  du type de celle commise par Guy Vallancien que l’on y parviendra. Comme je l’ai déjà entendu c’est bien un rapport de merde et on pourrait ajouter que son auteur est à ch…              

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

daniel 03/05/2006 20:38

Depuis il a plu...
L'eau du ciel a lessivé et plaqué au sol les molécules trop odorantes si bien que l'oxygène du deffends est redevenu au niveau O2...

Franchement, quelle foutue chimie!!!

isa 02/05/2006 17:44

Je reviens sur le sujet « fientes de volailles qui puent » car j’en suis la responsable (non pas que je l’ai moi-même produites mais c’est moi qui a fait le choix de cette fertilisation !).
 

J’avais été attirée par le fait qu’il s’agit d’un produit à la fois naturel et économique, et je pensais naïvement que le voisinage, ayant majoritairement des affinités agricoles, saurait être compréhensif et indulgent …ce qui est vraiment stupide de ma part.
 

Pour ma défense, je souhaitais vraiment que l’épandage soit beaucoup plus précoce pour qu’il ne coïncide justement pas avec l’arrivée des beaux jours et l’ouverture des fenêtres de nos maisons et que cela passe ainsi plus inaperçu mais pour plusieurs raisons indépendantes de ma volonté cela a été retardé et patatra le Tchernobyl olfactif s’est produit…rassurez vous les retombées d’odeurs cadavériques sont que deux semaines maximum.

daniel 29/04/2006 13:11

J'ai un tas de témoignages qui parlent tous d'odeur de cadavre...
Mon employée a cru longtemps avoir marché sur une cagouille pourrie...

daniel 28/04/2006 20:44

Trop de sérieux tue le sérieux...
A contrario un peu d'humour ne peut faire de mal à personne, du moment qu'il n'est pas vindicatif...
Un peu de "tous les jours" nous oblige à voir les choses sous un autre jour mais ne nous empêche pas de rester attentifs aux événements qui nous entourent...

On boit un coup, et on en parle après...

Et que vaille que vaille la vie après tout...

Daniel.Sauvaitre 29/04/2006 09:32

Je te confirme quand même que ça pue vraiment fort. Si c'est aussi bon pour les arbres que ça pue, c'est super. Mais c'est sans doute à réserver à des parcelles assez distantes des habitations. A retenir et merci du conseil.

richard NORDLINGER 28/04/2006 14:15

Je trouve que vous vous écarter du sujet. Alors de grâce oublier les batailles de clocher pour faire avancer le débat. A mon avis, cela sera plus productif. Et l'heure est grave!!Le sujet de la réflexion de Daniel est le rapport honteux du Pr Vallancien. Prenez votre plume écrivez dans le courrier des lecteurs de nos quotidiens pour protester contre ce rapport élaborer avec des chiffres de 2002. On rêve, il n'avait qu'a prendre les chiffres des années soixantes...Il faut que l'on réagisse de manière violente à ce rapport qui est un danger pour nous tous plus que des odeurs d'engrais naturels...