Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Diagnostic partagé.

Jeudi dernier à la salle des fêtes de Barret de nombreux élus du territoire, dont Marilyne Reynaud député européenne et Philippe Arnaud sénateur, s’étaient réunis à l’invitation de Pierre Bobe, qui préside l’association des élus pour la défense de l’hôpital, dans le but de dialoguer avec le directeur et le conseil d’administration de l’hôpital de Barbezieux. Cinq membres de l’association des usagers s’étaient joints aux élus pour participer à ces échanges tant souhaités. Dans l’après-midi le président du conseil d’administration René Vignerie a fait savoir par télécopie qu’il ne participerait pas à cette réunion, pas plus que la majorité des autres membres du conseil d’administration. La présence de représentants de l’association des usagers a été la raison invoquée pour refuser de venir à cette réunion débat.

L’objectif de cette rencontre était pourtant de permettre au conseil d’administration de l’hôpital, et principalement au Président et au directeur, d’expliquer ensemble leur stratégie et les objectifs poursuivis ainsi que la méthode et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Pour que le dialogue et la confrontation des points de vue puisse se dérouler dans les meilleures conditions possibles, la présence de la presse n’était pas souhaitée et des garanties étaient offertes pour que chacun puisse s’exprimer librement. Cette nouvelle occasion manquée par les dirigeants de l’hôpital de venir échanger avec les élus et les habitants du territoire n’a fait que renforcer le sentiment de chacun ce soir là du caractère indéfendable des choix qu’ils ont effectués.

Si l’assemblée a été unanime pour dénoncer la pression exercée par les pouvoirs publics pour obtenir la fermeture des petits hôpitaux de proximité, elle l’a été encore plus pour condamner le choix du conseil d’administration, sous l’autorité du président et du directeur, de fermer le service de chirurgie à 18 heures et le week-end. Cette décision qui n’a fait l’objet d’aucune concertation avec le service concerné, pas plus qu’avec les élus du territoire ou le partenaire envisagé (Girac), sans anticipation ni préparation, ressemble fort à une mise à mort programmée de la chirurgie à Barbezieux et sans doute rapidement d’une bonne partie des autres activités actuelles de l’hôpital, urgences y compris. Chacun a bien compris qu’il y a nécessité d’aller très vite maintenant. L’absence de perspective induite par les décisions prises a déjà pour effet immédiat d’inciter les médecins et les infirmières à partir. Bientôt les malades feront de même. Pour agir efficacement et arrêter cette démolition inconséquente de l’hôpital, les participants à la réunion sont arrivés à la conclusion logique qui s’impose. Il faut tout naturellement obtenir du conseil d’administration l’affirmation d’un projet ambitieux pour la chirurgie et l’hôpital, à la hauteur des possibilités actuelles des équipes du service et des attentes du territoire. Et pour diriger et conduire avec efficacité ce projet il faut aussi un directeur de talent, engagé pour son établissement et les habitants du Sud Charente, qui sache diriger et soutenir les hommes et les femmes qui travaillent au quotidien dans l’établissement. Pour cela, à l’unanimité des présents une délégation de six personnes a été mandatée pour demander audience au préfet afin d'exiger le maintien du service de chirurgie 24 heures sur 24 ainsi que le remplacement du directeur actuel pour mettre immédiatement un terme à son entreprise cynique et sournoise de démolition de l’hôpital. Il existe heureusement au moins un point sur lequel tout le monde s’accorde depuis le début de la crise c’est la nécessaire coopération avec l’hôpital de Girac. Il me semblerait compte tenu de cela très pertinent de confier dès maintenant au directeur de Girac la direction de la fédération inter-hospitalière qui doit unir les deux hôpitaux. L’intérêt de hôpital de Girac et de sa chirurgie, très fortement concurrencée par les cliniques privées, est étroitement lié au maintien d’un service de chirurgie à Barbezieux ouvert 24 heures sur 24. Ceci afin de pouvoir venir y opérer et consulter et avoir ainsi accès à des malades qui sans cela seraient orientés vers d’autres sites. La capacité d’accueil de l'hôpital départemental n’est en effet pas suffisante à ce jour pour faire face à une augmentation d'activité et en cas de fermeture de Barbezieux la priorité des malades serait peut-être favorable aux cliniques qui détiennent déjà près de 80% de la part du marché. Cette situation affaiblirait encore un peu plus la proportion des interventions réalisées sur le département par l’hôpital de Girac qui se trouverait alors à son tour inévitablement très menacé. Cet intérêt commun me semble constituer le meilleur gage de réussite de cette direction unique pour conforter l’hôpital de Barbezieux et son service de chirurgie. Elle permettrait aussi de répondre aux exigences de sécurité du SROS parce qu’il serait alors plus simple d’assurer la continuité de l’accueil de la chirurgie chaude par les chirurgiens viscéraux ou orthopédistes, alternativement sur les deux plateaux, dans le cadre du partenariat institué entre les deux hôpitaux.

J’ai été frappé et rassuré par la volonté claire et unanime qui s’est exprimée jeudi soir à Barret. Je crois après cette réunion qu'il est toujours possible d’aborder l'avenir avec confiance.Il suffit seulement que ceux qui dirigent l'établissement y croient aussi et soient à la hauteur du travail à engager immédiatement. 

    

Les élus qui ont été mandatés pour représenter la volonté des élus et des autres participants à la réunion sont les suivants:

Marilyne Reynaud député européenne, Pierre Bobe, conseiller général de Barbezieux, Michel Naudin vice président du Pays Sud Charente et maire de Brossac, Patrick Gauneau vice président des 3B et président de l’association des usagers de l’hôpital, Gilles Santerre administrateur de l’hôpital et moi-même.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

yvonne 10/04/2006 08:29

c'est quoi cette histoire de démission. C'est pas à vous de démissionner mais à ceux qui sont en train de détruire l'hôpital, le Directeur et le Président du conseil d'administration. ce sont eux les responsables de cette catastrophe annoncée. je vous interdit d'envisager même l'idée de démissionner, restez avec nous et battez vous, le peuple a besoin de vous.  

l besson 09/04/2006 19:45

Tant qu'à demander que des têtes tombent, autant  y aller pour quelque chose et exiger la démission du Ministre de la Santé car c'est quand même lui le premier responsable........D'autant plus que j'ai bien lu dans la presse que les élus présents lors de cette réunion étaient prêt à rendre leurs écharpes pou obtenir gain de cause!!!!!!
A suivre.....

daniel 09/04/2006 12:59

Marie-Lyne Raynaud, Pierre Bobe, Daniel Sauvaître, Patrick Gaunaud, Michel Naudin:
Mises à part les extrêmes, voilà un panel très représentatif des diverses opinions politiques du paysage républicain et démocratique!
C'est dèjà une victoire!