Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pas glop, pas glop.

Le préfet de la Charente a eu une intervention très tonique jeudi soir à Rouillac pour clore la réunion du Medef consacrée à l’analyse des forces et des faiblesses de notre département et à des propositions d’action pour en améliorer le développement économique.

Il a repris la parole dès le lendemain pour une conférence de presse tout aussi percutante, si l’on en croit la retranscription publiée par Sud Ouest et la Charente Libre hier.

CL a d’ailleurs extrait de l’entretien une petite phrase qui a du irriter bien au-delà de la cible prévue. « L’intercommunalité ne doit pas servir de complément de retraite à des élus qui ont perdu leur mandat » aurait-il dit. Bonjour la provoc ! En fait le tacle ne s’adressait qu’aux présidents des syndicats primaires intercommunaux d’électricité qui perdurent alors qu’ils auraient du disparaître depuis belle lurette. En remplacement, l’organisation interne du syndicat départemental d’électricité n’aura aucune difficulté à se doter de commissions d’élus en interne pour avoir l’avis du terrain. J’ai déjà dit ici l’urgence qu’il y a à prendre à bras le corps l’amélioration de l’efficacité de notre organisation collective pour que nous en ayons pour notre argent et notre sueur. Compte tenu de la difficulté rencontrée pour résoudre ce simple problème dérisoire, on comprend mieux la dimension herculéenne de la tâche à accomplir à l'échelle du pays. D’autant plus en ces temps de retour de la mystique de l’Etat planificateur, régulateur, bon, juste et tout et tout. On oublie en effet que nous sommes tous potentiellement des présidents de syndicats primaires d’électricité, capables de trouver mille justifications et de trainer la patte pour faire perdurer une organisation qui n’a plus lieu d’être et qui épuise financièrement ceux dont les ressources proviennent du secteur exposé de l’économie. La recherche de l’Etat optimum pour une société n’est pas chose facile. Selon les lois et les règles que nous adoptons les individus donnent le meilleur ou le pire d’eux-mêmes. L’Etat, les collectivités locales ou les entreprises publiques ne sont pas des entités désincarnées. Elles sont composées d’individus, élus ou salariés, dont le comportement est en grande partie déterminé, ou plutôt progressivement infléchi, par des contraintes qui ne sont pas celles du marché, mais celles de l’élection pour les uns, du statut et  des conditions de travail pour les autres. Les mécanismes qui conduisent à l’innovation, à l’amélioration de l’organisation et de l’efficacité y sont moins stimulés que dans le secteur concurrentiel pour lesquels c’est une question de survie. Autant dire que ce n’est pas un problème de réglage des circuits financiers sur la planète, aussi complexe soit-il à résoudre ou à améliorer, qui me fera renoncer aux principes fondamentaux du libéralisme politique et à l’économie de marché. Besancenot, Hamon, ne me font ni rire ni rêver. En revanche je sais mon cher John que l’on peut débattre à l’infini des réglages, des règles, des lois dont il faut se doter pour atteindre les objectifs de revenu, de justice sociale et d’IDH (indice de développement humain) que nous souhaitons atteindre.

 

Revenons maintenant aux propos du préfet sur l’intercommunalité. Si les mots qu’on lui prête sont exacts, il apparaît nettement que ses informations ne sont pas à jour. Il n’est bien entendu nullement au programme de doter les pays des compétences des communautés de communes. C’est exactement l’inverse qui est à l’ordre su jour. Les pays sous leur forme actuelle vont disparaître et leur fonction sera totalement assurée par les communautés de communes une fois que toutes les communes auront rejoint volontairement ou par force une communauté. Selon les sources cet horizon se situe entre 2010 et 2014. En revanche les préfets qui ont, il faut le rappeler, validé les périmètres des intercommunalités tels qu’ils sont aujourd’hui auront plus de pouvoir pour inciter à la constitution de communautés plus grandes. Pour autant je doute qu’il soit pertinent de continuer d’afficher le périmètre du pays comme étant l’objectif à atteindre. Parce que si l’on en croit les réflexions en vigueur à l’assemblée et au ministère il faut se préparer aussi à faciliter l’éclosion d’une entité unifiée communes communauté avec un conseil municipal élu au suffrage universel et le maintien conjoint de l’entité commune qui n’aurait quasiment plus de compétences en propre et un budget affecté très limité. Cet objectif suppose une intercommunalité géographiquement moins vaste. A ce jour, légitimité démocratique directe mise à part, certaines communautés ont volontairement poussé très loin l’intégration des compétences et déjà atteint cet objectif. La solution à l’émiettement communal français unique en Europe sera recherché au travers de ces nouvelles entités issues de communautés de communes très intégrées, dirigées directement par des élus issus du suffrage universel, tout en maintenant aussi l’entité commune. Pour ceux qui souhaitent approfondir vous pouvez télécharger le rapport Warsman sur le site des échos.fr, dernier en date de très nombreux rapports qui disent tous un peu la même chose. J’espère que 2009 sera l’année du passage à l’acte.

 

Pour ce qui concerne les routes, c’est dans Sud Ouest que l’on apprend par François Burdeyron quels sont les engagements de l’Etat.  Pour faire simple il confirme que les déviations de Chabanais et de La Rochefoucauld, comme la mise à deux fois deux voies au nord de Barbezieux seront mises en service entre 2010 et 2012. Une nouvelle fois pas un mot sur le tronçon Reignac Chevanceaux. Et pour cause. En fait, les opérations précitées ont nécessité d’engager par avance le budget du PDMI qui sera annoncé dans les mois à venir. Je crois savoir que ce PDMI qui définit les priorités et le budget pour les sept années qui viennent aura péniblement de quoi financer les opérations en cours. Il n’y aurait aucun moyen prévu pour le tronçon Reignac Chevanceaux. Le conseil général privilégie la RN 141 parce que des villages sont traversés par l’axe routier et ses poids lourds. La RN 10 n’est pas la priorité si l’argent manque. De plus avec des parlementaires, le conseil général et les principales villes à gauche, l’attention de l’Etat aux demandes départementales se fait beaucoup plus distraite. Aussi inimaginable que cela puisse paraître, la probabilité de repousser de sept ans l’aménagement de Reignac Cheavanceaux est énorme. Ce qui signifie que dans sept ans il restera encore une trentaine de kilomètres à deux voies entre Angoulême et Limoges, le tronçon Reignac Chevanceaux ainsi que des passages à niveau au nord d’Angoulême. La seule solution à ce jour pour gonfler l’enveloppe du PDMI et engager les travaux au sud de Reignac c’est de bloquer la route pour que la gène soit intolérable. Tout ce que je déteste, mais dont je sais bien maintenant que c’est le seul moyen pour infléchir les décisions prises. Mais finalement puisque cette route est considérée par Paris comme d’un intérêt seulement local, l’obstruction ne devrait pas poser de gros problèmes. L’autre solution aurait été que le département parle d’une seule voix pour revendiquer la transformation en autoroute de la RN10 au nord de Bordeaux, comme cela a été fait pour cette même nationale au sud, et la création d’un barreau entre Roumazières et Bellac. Ceci pour transformer le handicap d’être traversé par un fret gigantesque de poids lourds en avantage de développement économique pour la Charente grâce à une route à la hauteur des enjeux et qui mettrait définitivement notre département au cœur de l’Europe. Tout cela sans l’argent du contribuable. Ce qui faciliterait dans le même temps la mise aux normes de notre réseau plus régional. Mais sur cette question le désaccord du département avec ces propositions est total, je l’ai vérifié une nouvelle fois il y a peu. 

Il est symptomatique de voir dans CL la réaction des lecteurs à l’enfer de la RN10 et aux nombreux accidents qui mettent en cause des poids lourds. La majorité pense qu’il faut interdire le passage de ces poids lourds sur nos routes. Au mieux leur faire respecter le code de la route. Personne ou presque ne voit un intérêt pour notre département d’être situé sur un axe européen simplement déterminé par la géographie. Personne ou presque ne demande une infrastructure routière adaptée à ce trafic et à notre situation. Je vois là le reflet de la communication politique majoritaire dans notre département et le manque d’ambition et de vision stratégique qu’elle traduit.

 

Pour ce qui concerne le centre d’enfouissement des déchets, le préfet semble résolu à faire avancer le dossier et nous assure que dans trois ou quatre ans le problème sera réglé. Dans ce domaine aussi ce n’est pas l’initiative privée qui a fait défaut mais bien la responsabilité politique.
Il est encore un peu trop tôt pour bien mesurer à quel point la gestion publique, contrôlée pourtant par un très grand nombre d’élus, peut s’avérer d’un coût exorbitant pour l’habitant. Les bonnes intentions et le volontarisme ne suffisent pas pour diriger efficacement et au juste prix une entreprise de services comme Qualitom.
 

Moi, ce n’est pas quand le préfet travaille qu’il m’énerve, comme semble le croire François Burdeyron, c’est plutôt quand il ne fait pas son boulot.
.   

 

 

  .      

 

 

       

 

  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

isa 20/10/2008 11:55

Une série de reportage sur CL on line :http://www.charentelibre.com/article-11-la-nationale-vue-par-un-riverain.html?id_article=240022

Vinosse 19/10/2008 07:57

@: "Après quoi, avec notre temps libre de fonctionnaires payés à coup de déficits publics nous irons pavaner notre suffisance en Espagne et au Portugal, comme au bon vieux temps."Avant que le Portugal fasse partie de la CEE, c'était le lieu de tous les phantasmes d'argent vite fait, surtout en agriculture, où ce ne sont pas les fonctionnaires qu'on rencontre le plus!Les phantasmes de "l'argentin de Carcassonne", commençent là où commence le statut de fonctionnaire, et ne s'arrêtent que lorsque sa fonction(justement)s'en trouve réduite à n'être qu'un tapis où essuyer toute la merde qu'il a aux semelles...Et dans la tête aussi!

Dan Brown 19/10/2008 07:36

Mr Mikulovic, élever le débat au sujet de la N10, c’est bien. Croyez-vous que la solution énoncée par Daniel ne résulte pas, justement, d’une longue réflexion. Lisez “la Lettre de la N10”, vous verrez une page consacrée au ferroviaire et une page consacrée au maritime. Il n’y pas de solution miracle, sauf à vouloir se livrer à quelque expérimentation hasardeuse pendant que le reste du monde poursuit une marche en avant que les français seraient les seuls à savoir sans issue.  
Ailleurs, lorsque le trafic existe c’est un prétexte pour agir et développer une activité économique autour. On ne fait dire qu’un discours larmoyant aux habitants de la Charente alors qu’il y a au contraire une réelle opportunité à saisir. 
Un seul exemple: La position géographique à la croisée des chemins pour les marchandises venant de l’Est et du Nord de l’Europe et une capacité dans le packaging peuvent créer des centaines, voire des milliers  d’emplois dans le reconditionnement, le stockage et la logistique. Dans les vingt ou trente ans à venir il n’y en France que deux zones ayant la capacité de devenir des pôles logistiques majeurs: Beaune/Mulhouse et Bordeaux/Angoulême.
Quatre départements voisins qui n’ont pas cette opportunité géographique ni ce trafic de fret, usent néanmoins du prétexte de la logistique pour demander des autoroutes. Pendant que les chinois construirons des autoroutes superposées, les habitants de Charente jouerons fièrement le repli sur soi pour sauver la planète à eux seuls, na!

L'argentin de Carcassonne 19/10/2008 02:46

Et tous ces Portos qui nous emm....... avec leurs produits, y peuvent pas revenir un peu en arrière avec leurs pois chiches et leur pauvreté séculaire. Après quoi, avec notre temps libre de fonctionnaires payés à coup de déficits publics nous irons pavaner notre suffisance en Espagne et au Portugal, comme au bon vieux temps. 
Tiens la prochaine fois que je croise un de ces ibères je lui propose un retour vers l’âge de pierre. Mais je repartirai bien vite, de crainte qu’il ne me fasse profiter d’un autre produit de son terroir, la châtaigne.

J. Mikulovic 17/10/2008 15:52

Sur l'évolution des institutions (locales), voilà un sujet sur lequel finalement un accord est envisageable: en réduire le nombre pour en accrôitre l'efficience. Je ne sais pas si c'est l'échelle du pays ou de la CDC qui est la bonne mais il faudra un jour que ces types de mandat passent par les urnes et non par les délégations.Il faut sans doute donner du pouvoir (de l'argent) aux communes pour que les représentants communaux puissent mener à bien des projets (avec de la réactivité) pour les habitants mais je pense également qu'il faut leur soustraire les services techniques (cantoniers) et administratifs (secrétariat) qui doivent être mutualisés à l'échelle de la CDC. Le cout de fonctionnement (indemnités + salaires des personnels) d'une commune est trop élevé/nombre d'habitants et aux possibilités budgétaires d'une commune. Des comités de communes à l'instar des comités de quartier dans les grandes villes sont peut être une issue...Il faut limiter également le nombre de syndicats (eau, electricité)qui sont pour la plupart sont des lieux "techniques" et dont la gouvernance politique laisse à désirer. Des commissions de représentants des collectivités concernées seraient plus pertinentes, plus efficaces et moins couteuses, (avec pas nécessairement un syndicat éviant la solde du Président) mais davantage un salaire pour le technicien qui fait le boulot...En fait notre infrastructure "politique" coute trop cher pour le niveau d'engagement politique et stratégique qui y est mis.Il faut en profiter pour revoir l'attribution des missions à chacune des collectivités, des découpages et donc sans doute redéfinir certains contours de régions. Il est vrai que Charente et Charente Maritime pourrait aller à l'Aquitaine, pourquoi pas, reste à définir ce qui fait une entité régionale ? Le Limousin doit il rester Limousin ou se rattacher pour une partie au massif central ? Une vrai réflexion de territoire est a mener, mais attention après avoir eu la centralisation puis la décentralisation, veut-on de nouveau la centralisation ? il faut trouver (collectivement) la bonne mesure... Globalement nous avons pour moi trop d'élus, il en vaut mieux moins, mais avec un vrai statut (et de faciliter de retour à l'emploi ou de reconversion) permettant la mise en valeur des compétences associée à une vision de développement et dans le même temps, limiter le temps d'exercice (2 mandats), les  cumuls... pour permettre finalement à davantage de talents depouvoir s'y exprimer et non d'entretenir des notables locaux réfractaires à toutes évolutions.Concernant le système économique, dont la circulation des SPL sur la N10 est une forme d'incidence, je partage et soutien la tentative de John d'élever le débat. Il faut arrêter de se battre sur la forme (les causes) mais bien réellement de se questionner sur le fond des choses: quelle société ? pour quoi ? quels outils de productions ? quels buts ?Ce n'est pas de l'utopie, je pense que notre plus grosse crise est celle des idées: la faillite de notre système économique, éducatif... qui entraine un replis sur soi évident, générateur de lendemains encore plus désenchateurs.Enfin pour moi il faut instaurer une taxe à l'essieu et avec le montant aménager la route. Pour l'instaurer, il faut bloquer. Je l'ai déjà dit depuis longtemps seul rapport de force (malheureusement) contribue aux évolutions. Maintenant que notre cacique UMP y est prêt, cela devrait être plus facile...Critiquer le PS (la gauche) est facile, aussi facile que de critiquer le Président, cela n'amène à rien. Il suffirait d'apprendre à s'écouter mais l'autisme des uns n'a d'égal que la démagogie des autres (et vice-versa) => l'enjeu est le seul rapport de force donc le rapport au pouvoir et non au changement. Seul qq élus (majoritairement venant de la gauche et du PS) revendiquent un autre système, mais ils sont encore stigmatisés...Enfin avec un responsable local de l'UMP, qui doit avoir davantage de poids pour son secteur que n'importe quel autre élu non ? Si je comprends le raisonnement de Daniel, c'est pcq la Charente est majoritairement à gauche qu'elle n'obtiendrait rien de l'Etat. Cela en dit long sur la conception démocratique de l'UMP ?La gauche charentaise se comporterait-elle au CG comme le gouvernement de Mr Sarkozy en ignorant les besoins des territoires tenus par les adversaires ?Les conseillaux généraux des secteurs 3 B, tous à droite, se sentent-ils discriminés par la politique du CG de gauche ? leurs avis m'intéressent...  mais j'avoue être désolé (mais pas surpris) de savoir que la droite se comporte comme cela... c'est peut-être ce qui nous différencie ?Sur les niveaux de pollution la cause n°1: les centrales à charbon (à l'échelle mondiale), la n°2 l'agriculture et la n°3 le transport.L'avenir se fera par l'innovation industrielle (comme toujours) et donc aujourd'hui par la prise en compte de l'environnement source de progrès économique et social. Il est regrettable que les industriels financent davantage des lobbies pour éviter les taxes que pour financer la recheche ou l'innovation dans des technologies "propres". Malheureusement les décisions prises par la gouvernenment ne sont encore que des effets d'annonces et l'argent mobilisé pour sauver les banques n'arrangera pas les choses...