Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Témoignage précieux d'un patient de l'hôpital.

Le Docteur Philippe Sourdille qui vit aujourd’hui à Touzac a ressenti la nécessité de s’impliquer personnellement pour soutenir le service chirurgie de notre hôpital. Il a dans un premier temps adressé un courrier à la presse, qui à ce jour est resté sans effet, puis un autre au Maire de Barbezieux dont il a souhaité qu’un large public puisse prendre connaissance. Voici le texte intégral de cette lettre.

Monsieur le Maire,

Je souhaite vous apporter un témoignage de la qualité très remarquable de votre hôpital. Je suis chirurgien et j’ai choisi de m’y faire hospitaliser en octobre dernier pour une fracture, en raison de la notoriété du chef de service. Les soins que j’ai reçus de lui, et toute l’équipe soignante de l’hôpital ont fait l’admiration de tous les confrères à qui j’en ai depuis parlé. Ma satisfaction et ma reconnaissance pour le travail accompli sont immenses. J’ajoute q’avant de venir m’installer à proximité de votre ville j’ai dirigé à Nantes pendant vingt ans un établissement qui occupe la première place de sa spécialité au classement national des cliniques effectué chaque année par l’hebdomadaire Le Point, ce qui me donne une certaine idée de ce que peut être la qualité d’un établissement de santé.

C’est donc à double titre de patient et de témoin particulier que je viens vous demander de reconsidérer la position que vous avez prise pour l’avenir de notre hôpital. On n’est pas brutalement atteint d’une affection chirurgicale aiguë, ou d’une fracture grave, aux seules heures ouvrables que vous proposez. La compétence, le dévouement, le service permanent ne s’accommodent pas du temps partiel. Un service de chirurgie, Monsieur le Maire, c’est tout ou rien. Tous vos administrés et toute l’équipe soignante le savent. Et si le service de chirurgie ferme, aujourd’hui ou dans peu de temps, c’est toute la chaîne de soins qui perdra de son efficacité. Ce n’est pas rien quand on souffre, quand on est âgé, quand on est seul, de devoir faire trente kilomètres de plus pour recevoir des soins urgents.

L’hôpital est le premier employeur de la commune, vous le savez mieux que personne. Son activité pleine et entière est le meilleur témoignage de la vitalité et de la volonté de développement que vous voulez mettre en œuvre. Je suis persuadé que vous écouterez tous les patients qui ont bénéficié des soins reçus à l’hôpital de Barbezieux, et qui doivent pouvoir continuer à le faire.

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de toute ma considération,

Philippe Sourdille.

Ce témoignage écrit qui arrive après tant d’autres, dont certains ont été évoqués ici, me semble avoir une résonance considérable en ces jours très pénibles que nous traversons.  

Je me suis entendu dire un jour ou l’on me racontait la réussite d’un projet ambitieux et au sujet de son auteur : « il a réussi parce qu’il ne savait pas que c’était impossible ». La passion, l’enthousiasme, la volonté, le courage, permettent des réussites bien difficiles à imaginer pour tous ceux qui sont étrangers à ces sentiments. Autorisons nous à réussir un projet ambitieux pour notre hôpital. Nous attendons un signe très rapidement qui permette d'inverser la tendance.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

daniel 08/04/2006 08:53

Et comme aimait si bien le dire un ami marquettiste, ci avant cité, un amoureux du style et du détail précis: "la langue de bois"...boua...boua...

Bien oui, dès fois quand on tient un rhube, on barle du nez...

l beson 07/04/2006 22:26

Je ne sais pas si c'est le prénom qui veut ça ,mais je me rends compte que les DANIEL ont des dispositions particulières pour faire parlerà leur place les hommes plus ou moins célèbres  et pour manipuler, avec aisance mais parfois sans style, la langue de(s) BOIS.

daniel 07/04/2006 21:30

On rigole... On rigole...

Mais quand il le faut on sait garder notre sérieux!

Y'a un temps pour la rigolade, toujours trop court, et un autre pour voir les choses avec sérieux!

Pour ma part je laisse le second à qui le voudra car, pour paraphraser Clémenceau qui disait que la guerre est une chose trop sérieuse pour la confier aux militaires, le combat face aux forces inertes que sont les politiques ne peut être confié à ceux qui manquent du recul que permet l'ironie et la dérision...

l besson 07/04/2006 19:33

Le débat sur l'hopital s'enlise....... N'oubliez pas messieurs les internautes que ce qui nous arrive  est le résultat d'une politique nationale que les politiques en place ont largement votée. Alors, je pense que c'est à eux ,en premier lieux ,qu'il faut s'en prendre et exiger une autre politique de la santé. Je trouve particulièrement étonnant et même révoltant que nos parlementaires locaux ne soient pas interpellés.  Bien sur, chacun peut témoigner de la qualité de notre hopital; biens sur, personne ne la remettra en cause même si beaucoup de médecins envoient leurs patient sailleurs...... Le combat n'est pas là, la victoire non plus.. DEMANDEZ  DONC A MR BELOT ET MR BUSSEREAU COMMENT ET OU IL FAUT SE BATTRE!!!!!!

daniel 07/04/2006 08:37

Et hop! Une citation sans auteur et au premier commentaire, l'affaire est réglée!!!
C'est une antenne de Wikipédia ce blog!

Sinon, c'est pas pour médire, mais quand un balai reste au placard c'est pas à cause de l'hiver, c'est plutôt que y'a pas l'ombre d'une feignasse pour lui tenir le manche et faire le ménage dans la maison...

La Ségolène rêve d'un habit queue de pie, les enfants sont dans la rue, personne pour les garder, mais où va la Fraaannnnnnce?