Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eléments de réponse aux commentaires précédents.

Dans un sondage Opinion Way à paraître dans le Figaro (selon France Inter ce matin), les français placent François Bayrou en deuxième position, derrière Olivier Besancenot mais devant Bertrand Delanoë, dans l’opposition à Nicolas Sarkozy. Ouf, je me sens moins seul dans ma perception des choses. Noël m’indique dans son commentaire sur l’article précédent que nous devons rester unis dans notre camp. J’en suis le premier convaincu. Mais je suis tout aussi convaincu que l’appartenance ostentatoire au Modem sous la conduite de François Bayrou est incompatible avec les alliances locales qui se sont constituées à droite. Les électeurs le savent et nous le diront. Le grand écart permanent entre le soutien à une stratégie nationale d’opposition au gouvernement, de main tendue à la gauche et une opposition locale à cette même gauche est le comble de l’incohérence politique. Quand j’entends François Bayrou nous expliquer la morale politique et susciter dans le même temps une telle confusion à son seul profit je n’ai pas envie de faire dans la nuance et la dentelle pour le dénoncer.

 

Je dois te rassurer John, depuis que tu m’as alerté sur le fichier Edvige, je m’y suis intéressé de près. Je redoute autant que la majorité des français que Big Brother veille sur nous. Pour faire court je suis aujourd’hui très satisfait d’avoir entendu le président dire hier que «tout ce qui est nécessaire a la sécurité des Français, il faut le garder. Tout ce qui n'est pas indispensable à la sécurité des Français, il faut l'enlever». Je serai comme toi attentif à la nature des données qui seront enregistrées sur ce fichier informatique redoutable et sur les conditions de leur utilisation. J’ai suffisamment condamné en son temps la cellule mitterrandienne de l’Elysée qui écoutait méticuleusement les conversations privées pour soutenir aujourd’hui une dérive généralisée de ce type dont serait responsable un gouvernement que je soutiens.

Pour ce qui concerne tes prophéties économiques et ta dénonciation du grand Satan néolibéral j’avoue que je suis un peu dépassé. Moi je pratique seulement la micro-économie de marché au quotidien et je ne connais la macro-économie qu’à travers les livres. J’ai quand même tenu hier soir à prendre un peu d’antidote à tes thèses en relisant un article publié dans le numéro 102 de Géopolitique et signé de Pascal Salin (j’imagine déjà les qualificatifs dont tu va l’affubler) et qui s’intitule « liberté des marchés et crise financière ». Désolé je n’ai pas trouvé le fichier informatique mais la revue est toujours en kiosque.

Merci d’avance aux uns et aux autres, anonymes ou courageux, de tous vos commentaires.        

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Clifton Féchier 13/09/2008 13:02

Bon, j'va au rugby astheure....

Vinosse 13/09/2008 08:27

Amstrong a dit: je repars pour un tour!Disant cela il pensait au tour de suisse et de france réunis: battre à vélo tous ces petits cons de neutrons dans le nouveau cyclotron!Moi le boson de Higgs, je lui troue le cul à 1km du sommet!

John L 12/09/2008 16:54

Désolé pour l'orthographe mais je tape vite, j'ai peu de temps et beaucoup de choses à écrire...A lire avec indulgence.

John L 12/09/2008 16:30

Alors, illustrons notre haine de la dérégulation par un bon exemple sur les subprimes américaines :Tout le monde a entendu parler de cette crise sans vraiment savoir de quoi il s'agit concrètement.Les subprimes sont des prêts banquaires accordés à des publics non solvables avec une surprime (un taux majoré donc plus élevé) pour tenir compte du risque encouru par les banques. En gros, on prête plus cher à des personnes insolvables. C'est ça les merveilles de la liberté accordée aux banques.Il faut prendre conscience du fait qu'à l'époque l'immobilier américain ne connaissait que la hausse et que le gouvernement voulait une société de propriétaire (objectif louable).On prêtait donc aux familles jusqu'à 110% puisqu'on avait l'utopie de la hausse perpétuelle. je passe sur les autres innovations que louait Alan Greenspan (patron de la fed à l'époque) comme les prêts dont on ne rembourse qu'une partie des intérêts,...et autres machines de ruine.Evidemment le proverbe bien connu en économie s'est vérifié :"les arbres ne montent pas jusqu'au ciel"Et l'immobilier s'effondra. Dans le même temps, les taux d'intérêt remontèrent. Comme les prêts étaient contractés à des taux variables et au-dessus de l'endettement possible, il arriva ce qui devait arriver :Les familles ne pouvaient plus rembourser, donc les saisies se multiplièrent, les pertes des banques furent apocalyptiques.Toutefois , on pourrait croire que cette crise est restée circonscrite, ben non. Parce que justement les banquiers ne sont pas stupides. Cupides oui, mais pas stupides. La juste et bonne dérégulation leur a permis de créer des produits financiers exotiques avec un fort taux d'intérêt. Ils ont saucissonné les créances liées à ces prêts, les ont réparties dans des créances globales mutualisées et les ont diffusées dans tous les produits bancaires proposés à leurs clients. C'est pourquoi, même les banques francaises se sont retrouvées avec des créances douteuses américaines sans le savoir (car l'information n'était pas obligatoire...ah la transparence!!!).Ainsi même dans des SICAV monétaires, pourtant réputées sures, on avait des créances douteuses américaines. ce qui explique les pertes des banques francaises. Entre autres...Evidemment les banques se replièrent, n'accordant plus de confiance aux autres, ce qui posa problème pour le refinancement des banques. Les banques centrales (Fed et BCE) furent obligées d'intervenir pour accorder des prêts d'urgence aux banques en faillite. Ah, il est beau le monde auto-régulé et transparent qui doit faire appel à un intervenant extérieur pour se sortir de la merde.De là viennent les centaines de milliards de pertes liées à cette crise.Mais mes inquiétudes vont au-delà. Pourquoi?Parce qu'on rentre dans un cycle pervers. Les banques pour sauver leur peau durcissent leurs conditions de crédit, ce qui accentue la crise immobilière et va la propager (en France elle arrive, et on en a pour trois ans au moins).En outre la consommation s'en trouve ralentie. Or la croissance américaine, mais aussi occidentale, est basée uniquement sur la consommation puisqu'en ce qui concerne la production, nous avons tout transféré en Chine.Donc nous allons avoir deux bonnes années au-moins de récession malgré les déclarations de "Lagarde au pays des bisounours".Il faut noter, en outre, que la situation des états-unis est particulièrement problématique car un jour ses créanciers vont arréter les frais. Que se passera-t'il lorsque la Chine cessera de constituer des réserves de change et provoquera l'effondrement pur et dur du dollar?Non seulement je n'enlève rien à mes prévisions alarmistes, mais je rajouterai que je ne serai pas étonné d'un retour à l'étalon or d'ici 4 ou 5 ans...avec quelques guerres en plus.Sinon Daniel, pas besoin d'antidote, je me suis mouillé, donc il suffit d'un peu de patience. Nous reparlerons de tout ça dans un an...

John L 12/09/2008 15:24

Bonjour à tous,Concernant la première partie de ton propos, je suis tout à fait d'accord avec toi, la confusion politique est préjudiciable et les stratégies diverses, absconses, et de petite moralité ne devrait pas perdurer si on tient à la démocratie.En outre, je suis rassuré par ton propos sur Edvige. On sent que tu es gèné. Oh bien sur, compte tenu des nouvelles responsabilités, il est difficile de se démarquer de la ligne du parti, mais bon...Ensuite, et bien sache que je suis désolé de jouer les cassandres économiques. Mais l'histoire et les chiffres sont têtus et, bien souvent, les mêmes causes produisent les mêmes effets : nous sommes en 1929 !!!Et d'ailleurs les Etats-unis s'inspirent des solutions du New-deal en nationalisant les banques... CQFD !!!Au fond, je suis d'autant plus désolé que je crois au Capitalisme régulé que j'appelle de mes voeux. Mais, malheureusement les gens ne prennent conscience qu'après les catastrophes. Et désormais les papes de la dérégulation abjure leur foi et pronent plus de régulation, on croit réver...Je fais un focus sur les subprimes tout à l'heure et j'explique mon pessimisme sur la crise et sur la dérégulation