Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et mai à perdre la raison.

François Dubet enseigne la sociologie à Bordeaux II. Il signe dans le Monde d’hier après midi un article intitulé « un quart d’heure avant la révolte? ». Il sait qu’en dire, lui l’intellectuel, du « mauvais climat social » du moment. Mais manifestement il n’est pas d’une grande utilité sur le quoi faire, la belle âme. Sa posture de Cassandre et de spectateur dégagé, un brin moralisateur, pour décrire différents aspects de l’état d’esprit des français en ce moi de mai où l’on commémore 68  me fait un peu monter la tension, au risque de lui envoyer un pavé dans sa plage horaire à l’université devant ses élèves. Parce qu’on sent comme une envie de sa part que la « fête recommence ». « Tous les ingrédients de l’explosion sont présents » dit-il. Il aurait pu ajouter que son « point de vue » dans le journal se veut nettement allumette.

Il y a pourtant mieux à faire pour participer à l’amélioration de l’organisation de notre société. Surtout quand on fait l’analyse suivante : « Mai 68 a été porté par un désir de libération. Nous vivons aujourd'hui les angoisses et les épreuves de la liberté, et pas seulement de la liberté économique. De tous les pays comparables, les jeunes Français sont ceux qui croient le moins aux vertus du marché, ceux qui ont le moins confiance dans les institutions, ceux qui ont le moins confiance en eux-mêmes, ceux qui pensent que leur avenir et celui de leur société est le plus sombre, et ceux qui sont le moins disposés à financer les retraites des aînés. Les enquêtes nous apprennent aussi que les jeunes Français sont les seuls à penser que l'éducation doit apprendre la discipline plutôt que l'autonomie personnelle. »  

La génération issue de mai 68 n’a donc pas su faire évoluer la société pour permettre que les individus goûtent la liberté, l’autonomie et la responsabilité. Notre Etat, nos institutions, nos lois et notre enseignement déterminent encore des comportements de dépendance qui peuvent en effet conduire à la révolte quand la trompeuse générosité s’amenuise.

Pourtant ce constat du sociologue, à lui seul, justifie que l’on s’engage résolument vers une modification profonde de notre organisation collective qui fasse enfin confiance aux individus et les prépare à la liberté. Voilà ce qui devrait motiver quiconque fait profession d’enseigner. Je trouve finalement assez scabreux de s’arroger l’autorité du juge pour disqualifier l’action du président en se disculpant soi même d’un quelconque rôle dans le désarroi des jeunes aujourd’hui. Dans la catégorie légèreté et inconséquence je rangerai bien plus sûrement François Dubet que le président en exercice.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Ramon 04/05/2008 10:09

J'ajouterai que, si selon des esprits contemporains très avisés, de 68 nous aurions hérité l'individualisme actuel, de mon avis à moi, nous le devons plus à l'échec des utopies de cette génération-là, qu'à ses concepts vermoulus qu'on veut nous faire ingurgiter...Les utopies ne sont-elles pas vouées éternellement à l'Échec? Le Rêve à n'être pas tansposable dans la réalité?Le Poète à d'être malheureux sans cesse?Ses larmes des Perles et ses cris des Symphonies? 

Ramon 04/05/2008 08:52

Pourtant ce constat du sociologue, à lui seul, justifie que l’on s’engage résolument vers une modification profonde de notre organisation collective qui fasse enfin confiance aux individus et les prépare à la libertéMais de quelle liberté parlez-vous, cher monsieur?N'en ont-ils pas eu assez aujourd'hui?Quand tous les véritables observateurs de la vie publique s'accordent à penser que l'héritage de 68 est l'individualisme, qu'y a-t-il de plus révélateur de la liberté acquise?Au contraire cette absurdité libertaire provoque chez tous ce sentiment d'abandon et de profonde solitude qui n'existe pas dans les sociétés solidaires.Les français ne veulent plus de Sarkozy, et pour les 10 ans qui viennent au minimum!C'est là une Liberté nouvellement acquise! 

loic besson 04/05/2008 08:43

"La galère" date un peu mais " le déclin des institutions" écrit en 2002 est aussi un ouvrage de référence .

loic besson 04/05/2008 07:58

Là, je te trouve bien audacieux pour parler ainsi de F DUBET  qui demeure une référence en sociologie. C'est vrai, il n'a jamais ménagé le pouvoir en place, qu'il soit de droite ou de gauche mais il n'a jamais cherché non plus à s'acharner dans le catastrophisme. Je t'invite à lire une de ses oeuvres "la galère" qui analyse très bien l'évolution de notre jeunesse.