Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'intelligence réparatrice.

En page 8 de Sud Ouest dimanche un article relate les violents affrontements qui ont eu lieu à Rostock en Allemagne vers la fin d’un grand défilé protestataire qui réunissait près de 80.000 personnes contre le sommet du G8 qui doit se tenir la semaine prochaine tout près de là, derrière une clôture et sous haute protection à Heiligendamm. La photo qui illustre l’article est saisissante. On y voit un activiste encagoulé sur fond de flammes. Il est l’un des 2000 individus du Schwarzer Block (Bloc noir) qui ont fait basculer la manifestation jusque là paisible en affrontement ultraviolent avec les policiers dont près de 146 ont été blessés. L’alibi politique continue d’être revendiqué par de nombreux apprentis mercenaires qui rêvent de bagarres, de violence et de régression primitive. Des brutes épaisses déguisées en révolutionnaires pourfendeurs de l’oppression de l’ordre établi qui se construisent par la violence en narguant l’autorité et le pouvoir. Je repense en regardant cette image à une situation une peu équivalente à laquelle j’ai participé en 1977 qui m’incite à penser que ce sont toujours les mêmes « viltelloni » barbares qui ont fait le déplacement. C’était en juillet et comme souvent le samedi je partais rejoindre à Juignac mes copains bios, altermondialistes, râleurs et bons vivants. Ce jour là ils étaient préoccupés. Le lendemain une grande manifestation devait avoir lieu à Creys-Malville contre le projet de centrale nucléaire Superphénix et il fallait y aller. Ma voiture, une Simca 1100 donnée par mon grand père à ma sœur et dont j’ai hérité à mon tour quand j’ai obtenu le permis était quand même en meilleur état que les leurs dont le prix moyen d’achat à l’époque ne dépassait jamais 1000 francs. Nous sommes donc partis avec, en fin d’après midi ce samedi, pour arriver le lendemain matin en Isère sans avoir beaucoup dormi. Arrivé sur place je découvrais une ambiance très particulière. Tous les villages alentours du lieu de rendez vous pour la manifestation grouillaient de types étranges en provenance de toute la France et d’ailleurs en Europe. Leur tenue me laissait à penser qu’ils n’en étaient pas à leur première manifestation de ce genre. Le plus aguerri de mes collègues qui avait fait 68 se montrait très volubile pendant la marche assez longue qui nous conduisait vers la centrale au milieu des 60.000 anti-nucléaires en rangs serrés. Ma tenue n’était manifestement pas prévue pour ce type de sortie alors que je regardais la sienne avec envie tant il me paraissait élégant avec son béret, son foulard pour le préserver des gaz lacrymogènes, sa musette et son bâton. Je l’entends encore me dire très fort pour que chacun entende bien : « alors ça va être ton baptême du feu ». Euh, oui, enfin je ne savais pas très bien ce que je foutais là. Au fur et à mesure où l’on approchait du but certains des participants se montraient plus téméraires que d’autres et manifestement ils se préparaient à aller au contact des forces de l’ordre. La tension montait. Mes collègues eux aussi commençaient à montrer les dents et à tenir des propos peu amènes sur les CRS, le gouvernement, l’Etat le monde etc… c’est là, et j’en ris encore, qu’en quelques secondes tout a basculé. Les premières grenades offensives ont commencé à exploser ici ou là provoquant un début de panique parmi les marcheurs. Une partie, minoritaire quand même criait banzaï et fonçait vers le front et l’autre majoritaire rebroussait chemin dans le désordre se servant des bâtons comme machette du pauvre pour se frayer un passage dans les haies puis dans les champs de maïs. Mon même copain s’écriait qu’il était non violent et qu’il fallait se barrer et vite alors que ma curiosité m’incitait plutôt à m’attarder pour voir le spectacle. Il avait plu et bien trempés nous sommes remontés en voiture et nous avons pris silencieux le chemin du retour. C’est en écoutant France inter sur la route que nous avons appris qu’il y avait eu un mort et deux manifestants blessés en voulant relancer une grenade offensive. Mon même copain dont je tairais le nom reprenait alors la parole pour dire qu’on était finalement cons de ne pas être restés pour nous battre parce que compte tenu du nombre qu’on était on aurait pu les avoir. Comme toujours les situations de crise révèlent crument les individus. Je revois encore la couverture du nouvel observateur quelques jours plus tard qui montrait le mur impressionnant de CRS que nous n’avions même pas pu voir sur place. Je revois aussi le dessin de Wolinski, dans Charlie Hebdo il me semble, qui représentait un type qui en rencontre un autre la main bandée et qui lui dit qu’elle a été prise dans la machine à l’usine ? L’autre lui répondait : « t’as qu’à dire que t’étais à Creys-Malville, t’auras l’air moins con ». Subtile analyse du maître dessinateur.
En fait le G8 et Davos ont aussi cette fonction d’offrir un terrain de jeu à tous ces violents, membres des bandes à badernes.
Mais je me demande ce qui m’a le plus révolté à la lecture de Sud Ouest, cet article sur la violence des manifestants ou celui du spectateur dégagé Jean Claude Guillebaud intitulé « et si les faucheurs avaient raison ». Il met des pleins et des déliés partout dans ses chroniques, il écrit en faisant joli et poli, il semble avec beaucoup d’autorité intellectuelle et de morale interroger et commenter les évènements du monde. Aujourd’hui il tire argument de la production irrégulière de la toxine BT dans le maïs transgénique MON810, ce qu’il dit être potentiellement dangereux (voir l’article de Gilles Rivière Wekstein sur son site Agriculture Environnement) pour presque justifier, mais pas tout à fait, les faucheurs de maïs génétiquement modifié. La monstruosité de nos sociétés démocratiques, capitalistes, libérales, bassement consuméristes sont heureusement contrebalancées selon lui par ces chevaliers de vertu annonceurs d’un autre monde que sont les faucheurs.
Je viens de terminer la lecture du livre de Claude Allègre qui s’intitule « ma vérité sur la planète ». Voilà le livre qu’il faut lire absolument pour mieux comprendre l’intoxication dont nous sommes plus surement victime que des catastrophes que nous promettent entre autres, Guillebeaud, les faucheurs et les médias sensibles aux croyances des lecteurs. Un autre monde est possible. Sans doute, mais il est pire que tout. Allègre et l’écologie réparatrice oui. Porto Allègre non! Bon, voilà qui devrait faire polémique et susciter quelques commentaires.                            
 
 
  
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

thomas 08/06/2007 22:00

sarko, mouhot et sourisseau meme combat, ne tombez pas dans l'illusion des sondages. la victoire n'est pas acquise. le rassemblement commence par celui d'un parti et vous etes loin du débat qui pese sur notre charente. Marre d'entendre le meme discours. j'appelle à voter pour une action ouverte sur la droite et sur la gauche.

sourisseau 08/06/2007 15:05

votez pour moi

Daniel D 08/06/2007 10:23

...de l'art? Du pompage oui...

Art du pompage?

Art pompier?

AH........ COLUCHE, MON AMOUR.....

Rémy 08/06/2007 09:48

Du grand art Sébastien !!
Du grand art !!

Sebastien 07/06/2007 23:49

• Guy Lux -Eh bien, bonjour, le Schmilblick est aujourd'hui à Cognac, ville de Charente.
Je rappelle brièvement que le Schmilblick est bon, qu'il est de couleur ambrée, qu'il peut tenir dans la main, qu'on peut le faire chauffer de différentes façons et qu'il pourrait avoir de l’avenir devant lui avec un bon soutien politique de la part de toute la circonscription.
A vous Cognac, à vous Simone ! Premier candidat...
• Simone - Bonjour Guy. Candidats de Cognac venus nombreux, bonjour ! Le premier candidat, c'est Monsieur ?
• Premier candidat - Monsieur Noel ! Marchand d'articles sur la place du Tribunal de Commerce à Cognac :
Un article de qualité s'achète chez Noel !
• Guy Lux - Posez votre question monsieur !
• Premier candidat - Oui, alors est-ce que le Schmilblick est au centre ?
• Guy Lux - Non, Monsieur. À quoi pensiez-vous ?
• Premier candidat - A un ver de terre de chez Noel !
• Guy Lux - Non Monsieur ! Candidat suivant, Simone.
• Simone - Oui Guy, c'est à vous. Monsieur ?
• Deuxième candidat - Bonjour, Je me présente : Jean-Baptiste Du Millon compagnon des Evènements d’Algérie dès mon plus jeune age. Est-ce que le Schmilblick a participé aux Evènements ?
• Guy Lux - Non, monsieur...
• Deuxième candidat - Ça m'étonne pas. c'est tous des planqués à la télévision !
• Guy Lux -C'est ça, Monsieur ! Candidat suivant, Simone.
• Simone - Candidat suivant, c'est Monsieur ?
• Troisième candidat - Bonjour M. Lusxque ! C'est papi Mou’hot de passage à Cognac en 2002.
• Guy Lux -, Monsieur ?
• Troisième candidat - Oui, Guy Lusque. Alors... est-ce que le Schmilidibili...
• Guy Lux - Non, écoutez. Monsieur ! Il y a d'autres candidats, alors Simone, s'il vous plaît ?
• Simone - Oui, Guy. Candidat suivant, c'est Monsieur ?
• Quatrième candidat - Non, non !
• Simone - Oh ! Excusez-moi on ne les reconnaît plus, je...
• Guy Lux -Allez-y, posez votre question, Madame !
• Quatrième candidat - Est-ce qu'on peut pousser de Paris à Bruxelles et de Bruxelles à Paris le Schmilblick ?
• Guy Lux - Oui, pourquoi ?
• Quatrième candidat - Pour me faire danser, eh banane !
• Guy Lux - C'est amusant, c'est très intelligent ! Merci, Madame. Simone...
• Simone - Candidat suivant...
• Cinquième candidat - Bonjour, Mimux !
• Guy Lux - Bonjour, Monsieur, posez votre question.
• Cinquième candidat - Bon. Alors voilà, je voudrais dire à tous que je n’ ai pas de programme alors j’ écris sur les blogs des autres.
• Guy Lux -On leur dira, on leur dira, Monsieur !
• Cinquième candidat - Enfin, je paye mes abonnements. J'ai le droit !
• Guy Lux - Candidat suivant, c'est Monsieur...
• Sixième candidat - C'est Papi Mou’hot aux Cantonales de 2004, euh... Bonjour,
• Guy Lux - !
• Simone - C'est une catastrophe...
• Sixième candidat - Ah oui alors voilà... Est-ce que le Schmimimibilimimi...
Non ! Ah ! Ça y est M'sieur, alors le Similibilibi...
• Guy Lux - Mais enfin Simone ! (Un petit peu plus tard). Non, alors s'il vous plaît ! Je rappelle que le Schmilblick est un jeu, je rappelle que le Schmilblick est le cognac et un cognac a de l’avenir devant lui à condition d’être bien accompagné. Mais non, je l'ai pas dit.(…) Euh... Candidat suivant.
• Septième candidat - Alors ! Me revoilà ! Ça y est ! Est-ce que le Schmilblick... dans la main. ..
• Simone - C'est Papi Mou’hot qui est venu en voiture officielle entretenue par les contribuables de Cognac le 10 Juin 2007 !
• Guy Lux - Euh, ben... à quoi pensez-vous. Monsieur ?
• Septième candidat - A rien, c'était pour faire avancer le Schimilimilibimliibili...
• Guy Lux - Ca suffit,. Simone ?
• Simone - Je sais, mais...
• Guy Lux - Mais enfin, vous n'avez qu'à le pousser. Mais poussez-le, les électeurs vous m'entendez! Allo Simone... ?