Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Reignac en 2018 au fil de l'eau. Ou pourquoi il est utile de mouiller la chemise.

Je ne sais pas ce que nous réservent les onze mois suivants, mais force est de constater que janvier ne nous a pas ménagé l’eau du ciel. Tant mieux, parce que si l’on en croit le dicton, une année pluvieuse est une année heureuse. Et le premier bonheur, la première bonne nouvelle de 2018, c’est qu’avec des cours d’eau qui dérivent et des champs inondés, les nappes phréatiques sont à nouveau bien remplies.

Quand jour après jour il pleut des cordes, on se félicite aussi d’avoir profité du beau temps passé pour réparer sa toiture.  Après l’église et une gouttière tenace au presbytère, c’est la couverture de l’ancien bar dans le bourg qui a été refaite l’été dernier. Une première étape nécessaire qui nous laisse un peu de temps pour envisager l’aménagement le plus pertinent et les rénovations indispensables pour cet ilot qui appartient presque en totalité à la commune.

La pluie enfin revenue en décembre a également permis de compléter l’étude préalable à la mise aux normes de l’assainissement collectif du bourg. Il nous fallait en effet pouvoir mesurer la porosité du réseau de collecte des eaux usées aux eaux de pluie.

Après des mois d’une relative sécheresse, un épisode pluvieux est aussi l’occasion de vérifier que les fossés et les buses remplissent bien leur rôle et d’intervenir là où c’est nécessaire. L’entretien de la voirie mobilise toute notre attention, d’autant plus quand les sols gorgés d’eau déstabilisent les chaussées et qu’apparaissent ici ou là des nids de poule. En plus des travaux habituels, nous aurons aussi à réparer le pont sur le Trèfle à Jouzeau qui s’est un peu dégradé.

Pour l’entretien des abords de notre voirie, le broyeur latéral est très sollicité et les heures de rotation qu’il affiche au compteur nous rappellent qu’il sera temps d’en atteler un neuf au printemps.

Avec l’appui du Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement (CAUE), du Département et de l’Agence Technique (ATD16) nous allons enfin décider des aménagements à créer pour sécuriser la traversée du bourg et réduire la vitesse des véhicules.

La fin de la mise à deux fois deux voies de la Route Nationale 10 s’accompagne d’un allongement du réseau routier communal entre le Tastet et le Pont du Noble. Les travaux d’aménagement de cette portion de l’ancienne nationale sont en cours. La mauvaise nouvelle, c’est qu’ils ne seront pas achevés tout de suite. Parce que la requalification de ce tronçon sur la commune de Reignac est assumée directement par l’Etat et n’entre pas dans le budget accordé au Département pour le tronçon qui part du Pont du Noble jusqu’à Touvérac. Une situation ubuesque qui perpétue à l’infini l’interminable et désolante histoire des travaux par petits bouts que nous subissons depuis les années 70.

Comme chacun peut le constater, la noria de poids-lourds qui emprunte ce formidable corridor de fret international qu’est la RN 10 s’accompagne de quelques dommages collatéraux pour notre commune. Le manque criant de parkings publics aménagés le long de cet axe se traduit en effet par du parking sauvage le long des routes aux abords des échangeurs. Les accotements sont massacrés et salis. Les riverains accèdent parfois difficilement chez eux.

Le Département a décidé de nous aider à faire face à cette situation et un aménagement est en cours entre le rond-point de Chez Desmard et l’échangeur pour dissuader les poids-lourds de stationner. Ces travaux permettent aussi d’embellir cette portion de route et de donner un peu de confort aux habitations tout au long.

Comme on pouvait s’en douter, c’est de l’autre côté du rond-point, en direction de Barbezieux que le parking sauvage s’aggrave maintenant et exaspère les riverains. D’autant plus que l’on sait que l’usage des poubelles n’est pas le fort de ces routiers. Nous ne pouvons pas laisser cette situation perdurer.

La généralisation des bacs de regroupement sur l’ensemble de la communauté va, il faut l’espérer, alléger l’afflux de poubelles en provenance des communes voisines. Avec la pose de grands bacs pour les sacs jaunes, les débordements ne devraient déjà plus exister. A la condition toutefois que les vandales, les gougnafiers et les malpropres de tout poil soient boutés hors de la commune. S’il le faut nous irons jusqu’à la vidéo-surveillance pour sanctionner l’insupportable incivisme de quelques-uns.

Comme cela se fait déjà sur certaines communes, nous étudions la possibilité d’une aire collective de compostage des déchets verts. Tous les feux étant désormais interdits pour les particuliers en même temps que les déchèteries saturent.  

L’année qui commence verra aussi l’installation de toilettes sèches aux abords de la voie verte. Parce que le parking et l’aménagement paysager réussi sur le site de l’ancienne gare ont fait affluer les randonneurs.

Le grand chantier de la  commune, ce sera encore la restauration de l’église Saint Pierre Es Liens. Après le clos et le couvert minutieusement et magnifiquement réalisés par des ouvriers talentueux, c’est maintenant à la rénovation intérieure que nous allons nous consacrer.

Comme pour les premières tranches de travaux, c’est le cabinet Architecture et Patrimoine de Philippe Leblanc qui a été retenu pour conduire cette phase délicate. Une fois que nous aurons clairement défini avec lui les opérations à réaliser, nous aurons à nouveau à rechercher l’accord des cofinanceurs avant d’engager les travaux. Une nouvelle étape passionnante se prépare. Le jour où les paroissiens et les amateurs d’art roman pourront à nouveau profiter de l’édifice approche.

L’optimisation de l’espace du cimetière est à l’étude avec l’assistance juridique et organisationnelle d’un expert. La partie plus ancienne attenante à l’église mérite que l’on maîtrise dans la durée la qualité architecturale des sépultures. La fin programmée du désherbage nous conduit aussi à envisager un enherbement maîtrisé. Et pour finir, le muret qui entoure le monument aux morts et un bout du cimetière nécessite un nettoyage et un rejointage des pierres.

L’application de notre Plan Local d’Urbanisme a révélé quelques lacunes. L’évolution de la loi depuis son approbation permet également de desserrer certaines contraintes. La responsabilité de ce document d’urbanisme est maintenant sous la responsabilité de la communauté de communes. Nous coopérons avec ses services pour engager l’adaptation nécessaire au plus vite.

L’urbanisme depuis peu, l’assainissement collectif, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations bientôt, de nombreuses compétences sont aujourd’hui exercées en commun avec les autres communes de la communauté. Pour autant, comme vous le constatez, ce ne sont pas les occupations qui manquent à Reignac comme ailleurs. Et, attentifs à ne pas augmenter les impôts, nous étalons autant que faire se peut les dépenses pour limiter le recours à l’emprunt.

La vie de la commune, ce sont aussi les activités et les animations des associations toujours très actives.

C’est lors du repas des ainés qu’est né le projet de réunir régulièrement toutes les personnes  désireuses de convivialité et de jeux de société. Le projet a suscité un vif intérêt et une association vient d’être créée autour de Marie Claude Bellot et d’une petite équipe qui s’appelle Ensemble à Reignac.

Broderie avec « Les petites mains de Reignac », peinture sur soie, Yoga, Zumba et bien sûr pétanque avec la « Boule reignacaise », chacun peut s’adonner à ses passions et trouver son bonheur.

La chasse continue de motiver quelques passionnés réunis dans l’association que préside maintenant Gérard Henri à la suite du départ de la commune de Didier Bernet. Je les remercie tous les deux pour la lourde responsabilité de conduire des opérations de chasse en battue. Elles sont essentielles pour la régulation des populations de sanglier et de chevreuils, mais elles nécessitent un respect rigoureux de règles afin qu’elles se déroulent en toute sécurité.

Reignac Patrimoine a mis l’an passé la poterie à l’honneur par une exposition exigeante, d’une grande qualité, riche d’objets rares et de documents précieux. C’était une très belle occasion de mettre à l’honneur la famille Marzat et les poteries issues de leur atelier. Elles ont une signature esthétique par les décors peints si personnelle et elles sont entrées dans tant de nos foyers qu’un hommage devait leur être rendu.

C’est aux femmes pendant la guerre que l’association souhaite de consacrer en cette année commémorative du centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18. Chacun est sollicité pour creuser dans ses souvenirs et fouiner dans son grenier.

Le Comité des fêtes nous a réjouis une fois de plus par ses trois rendez-vous très prisés bien au-delà des limites communales. Randonnée du 1er mai, feu de Saint Jean avec la course cycliste l’après-midi et le marché artisanal, randonnée champêtre nocturne et ses joyeux piqueniques.

C’est sans doute parce qu’il fait bon vivre à Reignac que la population est passée de 708 habitants à 729 au dernier recensement.

Les nouveaux habitants sont les bienvenus et nous sommes heureux de les rencontrer au moment des vœux ou pour l’arbre de Noël des enfants.

Au printemps nous fêterons à Reignac Sur Indre les 40 ans de notre jumelage. Que ceux qui souhaitent se joindre au groupe des fidèles de ce rendez-vous toujours très convivial se fassent connaître.

Pour tout ce dynamisme, je remercie chacune et chacun de son implication dans les associations comme au conseil municipal. C’est grâce à vous que se constitue dans notre commune un réseau de solidarité qui allège les difficultés rencontrées au quotidien.

Un grand merci aussi à Christine, Bernadette et Jean Yves pour leur dévouement à la commune et à ses habitants.

En ce début d’année, j’adresse à chacun de vous tous mes meilleurs vœux de bonne santé, de joie, de bonheur et de réussite. Pour vous, votre famille et tous ceux qui vous sont chers en ayant une pensée toute particulière pour ceux qui traversent des épreuves douloureuses.

Bonne année 2018.   

Reignac en 2018 au fil de l'eau. Ou pourquoi il est utile de mouiller la chemise.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac. Mais aussi Conseiller Régional Nouvelle Aquitaine, Président de l'Association Nationale Pommes Poires, membre de WAPA (World Apple and Pear Association) et secrétaire général d'Interfel.
Voir le profil de Daniel Sauvaitre sur le portail Overblog

Commenter cet article

Daniel D. 22/01/2018 11:22

Avez vous prévu des apparitions de la vierge ?

Une ou plusieurs, ça va pas déranger...