Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bernard Fournier, passeur de lumière.

La décision a été prise en un éclair. Et c’est le conservateur régional des monuments historiques qui a donné son feu vert. Interrogé par notre maître d’œuvre et alors qu’il était campé pile poil sous la coupole, à la croisée du transept, il a balayé du regard les vitraux du chevet et des trois autres extrémités de l’église primitive en croix latine. Je le revois opiner du chef et valider le remplacement des vitraux du 19ème, pour partie issus des ateliers Dagrand. La restauration générale nécessitait bien pour magnifier l’architecture romane des origines de nouveaux vitraux à créer.

Est ensuite venu l’appel d’offre et le choix du maître verrier, Bernard Fournier. Mais sans que l’on sache encore très bien quels vitraux il nous proposerait. En tout cas, ce ne n’est pas l’esquisse glissée dans le dossier qui nous a convaincu. Bien plus ses références et le lointain passé de son atelier. Puisque de changements de propriétaires en successions, il se trouve être le dernier continuateur des ateliers Gustave Pierre Dagrand.

Pas facile alors pour lui de proposer au maître d’ouvrage qu’il connaît peu et au maître d’œuvre une création par trop transgressive. Le premier dessin semblait pour cela en deçà des possibilités de l’artiste. L’architecte qui savait ses talents a su trouver les mots magiques. "Laissez-vous aller. Autorisez-vous une création parfaitement originale".

C’est ainsi que l’histoire de Saint Pierre es liens s’est vu traduite par des couleurs et des abstractions géométriques inattendues et surprenantes.

Un premier vitrail est posé depuis quelques mois au bout de la nef. En ce moment même, ce sont tous les vitraux prévus qui sont en cours de fabrication.

Le plus dur a été de trouver une date pour réunir un petit groupe de conseillères municipales (conseillers pas disponibles ce jour) afin de rendre visite au maître verrier.

Ce qui a été fait cet après-midi.

Et nous n’avons pas été déçus du voyage à Villenave d’Ornon.  

Je vous mets ci-dessous quelques photos prises dans l’atelier qui mériteraient de longs commentaires sur la complexité du travail que nous avons pu découvrir.

"Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière"; Michel Audiard.

 

Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Bernard Fournier, passeur de lumière.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Daniel D. 25/01/2017 20:09

Passer ses jours en pleine bondieuserie, ca doit déranger les esprits...