Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J’ai voté Alain Juppé dimanche. Je voterai François Fillon dimanche.

Le premier tour de la primaire de la droite et du centre a connu une participation record de 4 millions de votants. A plus de 44%, les électeurs motivés et déterminés qui se sont déplacés dimanche dernier ont placé très largement en tête François Fillon. Alors qu’il y a peu encore les sondages ne l’annonçaient qu’en quatrième position et aux environs de 10% derrière Bruno Le Maire, en s’acquittant de  deux euros, sans se concerter et n’écoutant qu’eux-mêmes, presqu’une majorité absolue des électeurs se sont rassemblés derrière lui.

J’ai choisi en septembre de faire savoir ma préférence pour Alain Juppé et j’ai fait campagne et voté pour lui. J’ai hésité longtemps. Mais au fur et à mesure que l’élection approchait, ne voyant pas décoller François Fillon dans les sondages, pour ne pas être un rallié du deuxième tour à Alain Juppé que je n’imaginais pas en être absent face à Nicolas Sarkozy, j’ai fait le choix de le soutenir.

J’étais pour Alain Juppé. Mais je n’étais pas contre François Fillon, ou bien alors tout contre évidemment comme je le lui ai dit à Cognac (voir l’article « l’effort c’est que du bonheur»). Pas plus que je n’étais contre aucun des autres candidats à cette primaire.

Tout au long de la campagne de cette primaire, j’ai inlassablement rappelé qu’il importait que les candidats mettent en avant leurs atouts respectifs sans abuser d’une sorte de publicité comparative ou de critiques qui rendraient le rassemblement difficile à l’issue du deuxième tour. Et j’ai été plutôt fier de la très bonne tenue des échanges et des débats qu’ils nous ont offerts. Je me suis bien plus inquiété des dérapages sur les réseaux sociaux qui ont ciblés Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. Ce dont les autres candidats ont été un peu plus préservés.

En Charente Alain Juppé est arrivé largement en tête. Mais la Charente n’est pas la France. Alors j’ai évidemment souhaité dimanche soir en mon fors intérieur qu’au vu du résultat franc obtenu par François Fillon, Alain Juppé se désiste. Il n’y a aucune opposition fondamentale entre lui et François Fillon qui justifie de tenter à tout prix de l’emporter au deuxième tour après une très courte campagne censée apporter aux électeurs assez de nouveaux éléments susceptibles d’inverser radicalement la tendance.

Alain Juppé a fait le choix d’imposer un deuxième tour à François Fillon et de tenter de l’emporter. C’est un choix que j’ai respecté….jusqu’à ce que le débat dérape. Je ne veux pas être associé un seul instant de plus au portrait totalement injuste et même insultant qui est fait à celui qui sera très probablement le candidat de la droite et du centre à l’issue de cette primaire. Bien des proches d’Alain Juppé sont très troublés par son choix délibéré et inattendu de la division alors que c’est au nom du rassemblement que nous l’avons suivi.

Aucun programme ne fait l’unanimité dans le camp de la droite et du centre. Pour autant aucune différence, si ce n’est quantitative bien sûr, n’oppose vraiment les deux programmes qui nous sont soumis. En tout cas rien d’essentiel que les électeurs du premier tour n’auraient pas su percevoir.

C’est avant tout un homme qui a été choisi par les électeurs. Une rencontre entre François Fillon et le peuple de la droite et du centre a bien eu lieu dimanche dernier. Une rencontre surprenante telle que la savait possible le général de Gaulle lorsqu’il a souhaité l’élection du Président de la République au suffrage universel. Je doute que les jours que nous vivons entre ces deux tours puissent inverser la tendance.

Dimanche prochain je voterai pour François Fillon.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Benoît Delatte 25/11/2016 17:16

Daniel,
La joute politique n'épargne pas ton intégrité intellectuelle.
A tous les censeurs qui s'offusquent de ton raisonnement, je voudrais rappeler à plus de modération et de respect. Ce n'est pas parce que on a des divergences que l'on doit humilier le contradicteur.
Nous aurons la nécessité de travailler ensemble quelque soit le résultat de dimanche sans amertume et sans rancœur, alors ménageons les hommes!
Le débat ramené à des comptes d’apothicaire, à des caricatures simplistes ou au rejet sans appel des idées avancées comme je l'ai lu dans la presse charentaise ce vendredi est néfaste pour la future campagne de 2017.
Daniel ton choix argumenté t'honore.

Besson loic 25/11/2016 22:24

La versatilité des postures au nom du bien commun, que ce soit en politique comme dans la vie quotidienne ne produit rien de fiable et n'honore personne. L'éthique et la politique partagent autre chose que leur terminaison et notamment l'intégrité. Dans le cas présent, ce ne sont que stratégie et vénalité qui ont guidé cette volte face.

Olivier 24/11/2016 23:04

Daniel,
Les personnes qui te reprochent de retourner ta veste n'ont pas compris que tu étais un homme politique responsable qui aspirait simplement au succès de son parti politique. Ta position claire et intègre est logique et parfaitement cohérente avec ta sensibilité gaullienne. Bien sûr, les étatistes en quête de polémiques peuvent s'en émouvoir, pour ma part, je me réjouis de cette sage décision !

alain boivin 24/11/2016 13:21

"Il n’y a aucune opposition fondamentale" dis-tu!
Il est bien dommage que tu ne les vois pas car elles sont énormes.
La politique ce n'est pas seulement l'économie et surtout pas la réduction forcenée des dépenses au détriment de la sécurité, de la perte de l'indépendance nationale à laquelle les Français sont très attachés, de la santé, de l'éducation qui conditionne l'avenir de l'économie et de la sécurité.
A titre d’exemple, c’est mentir de promettre 16000 places de prison si on ne recrute pas les personnels pénitentiaires pour les faire fonctionner.
La politique c'est aussi assurer aux femmes le libre choix de leur corps, aux minorités de ne pas être obligés de s'aligner sur les critères de la bien-pensance peut-être même pas majoritaire.
Tes ancêtres protestants ont refusé d'abjurer leur foi, quoi qu'il aurait pu leur en coûter.
Dans un autre registre je te signale que ce n'est pas Alain Juppé qui a choisi d'attaquer Fillon.
Il ne fait que répliquer aux attaques ignobles et calomnieuses du genre "Fillon est le rempart contre l'islamisation de la société programmée par Juppé" et autres joyeusetés qui ne cessent pas et qui ne sont pas diffusées par des zozos déséquilibrés mais par quelques personnalités élues que nous connaissons tous les deux.
Tu dis que Juppé est majoritaire en Charente et Fillon en-tête en France. Mais si tu veux être député, n’oublies pas que le rôle d’un député de la Charente est de porter la voix des Charentais à l’Assemblée Nationale, pas la voix des autres.

Besson loic 24/11/2016 07:28

Sacha Guitry disait que pour faire de la politique, il faut savoir changer d'avis aussi souvent que de chemise.....
Tu dois avoir un dressing bien fourni.
Je ne te l'envie pas même si j'aime pourtant les chemises.