Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnets de campagne(8).Votez tous et toutes dimanche prochain. Il n'y a pas de fatalité.

Très grand merci aux électeurs de Reignac, de Charente et des onze autres départements de la grande région Poitou-Charentes, Limousin, Aquitaine qui ont donné leur voix à la liste conduite par Virginie Calmels.

Cette liste en Charente menée par le maire d’Angoulême, Xavier Bonnefont, obtient 28% des suffrages exprimés. Elle devance celle du socialiste Alain Rousset qui elle-même est talonnée par celle du Front National de Jacques Colombier.

A l’échelle de la région, c’est la liste socialiste qui vire en tête devant Virginie Calmels et le Front National.

Vers où cela nous conduit-il ? Quels choix s’offrent à nous ?

Les électeurs du Front National souhaitent-ils permettre dimanche prochain au socialiste Alain Rousset, après déjà 18 années de mandat, de rester 6 années de plus à la tête de cette nouvelle grande Région aux côtés de leur candidat Jacques Colombier lui-même élu et immobile depuis 24 ans ?

Les 50 %  d’abstentionnistes du premier tour se désintéresseront-ils une nouvelle fois du choix à effectuer pour le territoire où ils vivent? Abandonneront-ils à d’autres la maîtrise de leur destin ?

Voilà bien l’enjeu de ce deuxième tour des élections régionales en Poitou Charentes, Limousin et Aquitaine comme dans plusieurs autres régions de France.

Alors qu’une alternance n’a jamais été aussi nécessaire et salutaire, cet effroyable scrutin proportionnel semble favoriser par le vote extrême le maintien de plusieurs équipes socialistes en place, mais aussi l’arrivée au pouvoir d’un Front National dont la plupart des candidats sont totalement inconnus dans au moins deux régions de France. Et cela sans qu’il soit nécessaire grâce à ce mode de scrutin d’être majoritaire en voix.

Les institutions de la 5ème république ont été conçues pour qu’il se dégage des majorités de rassemblement d’hommes et de femmes élus sur leur nom au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. L’oubli de cette exigence et le glissement progressif vers le régime des partis et des courants auquel les politiques s’abandonnent et s’adonnent plus aisément a conduit à ces scrutins de liste à la proportionnelle qui autorisent l’arrivée aux responsabilités de parfaits inconnus sur leur territoire d’élection.

Les socialistes avec François Mitterrand s’étaient déjà permis de faire adopter le scrutin proportionnel pour l’élection des députés en 1986. Une brèche de plus était alors ouverte dans les précieuses institutions éprouvées pour surmonter les crises de notre pays.     

Plus récemment, le gouvernement de Nicolas Sarkozy avait au contraire institué le conseiller territorial qui visait à assurer une fusion politique entre les départements et les régions pour en permettre plus facilement ensuite la fusion administrative. Ce conseiller aurait été élu au scrutin majoritaire uninominal à deux tours, c'est-à-dire élu sur son nom par les électeurs d’un canton. Un retour à l’esprit des institutions qui ont sorti la France de l’ornière en 1958.

François Hollande à son arrivée au pouvoir s’est empressé de supprimer cette réforme pour tout laisser à peu près en l’état mais en redessinant à la place selon son bon vouloir la carte des régions de France. Des grandes et des petites au hasard de l’humeur et des intentions cachées.

L’exaspération des français face aux dérives qu’ils perçoivent dans le pays se traduit aujourd’hui par la tentation d’une alternative radicale supposée crédible avec le Front National. Et le scrutin proportionnel en vigueur va permettre cette fois-ci l’arrivée au pouvoir des candidats de ce parti. Seront-ils à la hauteur des attentes élevées de leurs électeurs ?

Si je regarde la liste de candidats qui nous est proposée en Charente, on peut quand même fortement en douter. Parce que c’est évidemment à peu près la même chose ailleurs. Qui connait la tête de liste du FN et ses colistiers en Charente? Qu’ont-ils fait d’eux-mêmes et pour les autres en Charente ou ailleurs ?

Avec Xavier Bonnefont et tous les candidats de la liste nous allons d’abord dire toute cette semaine aux électeurs de Charente d’aller voter dimanche. Nous leur dirons de regarder attentivement les noms des candidats pour qui ils votent et qu’ils cherchent à savoir qui ils sont et ce qu’ils ont fait jusque là. Nous leur dirons que nous sommes engagés concrètement depuis longtemps pour notre territoire et pour nos concitoyens. Nous leur dirons que nous entendons leur exaspération et que nous la partageons à plus d’un titre. Mais nous leur dirons aussi que la voie du redressement de notre pays existe bien. Qu’elle nécessite de la constance et de l’endurance sur un chemin des crêtes exigeant et escarpé. Que le projet du Front National qui capte leur attention est un leurre comme l’a été celui des 35 heures socialistes en 2000. Qu’aucune facilité ne nous est permise. Que nous devons nous rassembler solidement sur les valeurs qui ont fait la réussite de la France et qu’il convient de les faire vivre vraiment.

La France est en piteux état. Le chômage augmente encore et atteint des records. La dette s’accroit chaque année au fur et à mesure où les déficits publics perdurent. La croissance est au point mort et le pouvoir d’achat baisse. Pourtant nous détenons presque le record des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques. Autant dire que le socialisme ne marche définitivement pas. Et qu’Alain Rousset est coresponsable par son soutien en tant que député à tout ce qui nous a conduits à cet échec.

Nous leur dirons aussi que le premier qui a dit que les frontières européennes étaient poreuses et qu’il fallait réformer Schengen n’était pas François Hollande. Et que pourtant c’est François hollande qui a été élu en dénonçant justement ce diagnostic qui s’est avéré encore plus vrai qu’on ne le pensait. Et qu’en matière de sécurité ce n’est pas le bon programme non plus qui a été choisi. Que c’est François Hollande qui a repris aux ouvriers l’avantage des heures supplémentaires sans retenues ni impôts. Que nous nous réveillons trop souvent avec la gueule de bois pour nous être laissé bercer d’illusions et séduire par  des discours populistes.

Autour de nous, ce ne sont pas les partis extrêmes qui ont su redresser la situation de leur pays après la crise de 2008, mais bien des partis pragmatiques et concrets du centre et de la droite qui s’attaquent concrètement à chaque problème et trouvent des solutions.

Y a-t-il donc une fatalité à ce que la France se fourvoie régulièrement dans la mauvaise direction? Faut-il toujours expérimenter en France ce qui ne marche nulle part ailleurs et refuser ce qui réussit partout ? N’est-il pas temps de regarder la réalité en face et de mettre en œuvre courageusement les réformes nécessaires ?

Moins d’impôts, moins de dépenses publiques, plus de liberté pour plus d’emplois, plus de revenus, plus de solidarité pour tous et plus de moyens pour assurer la défense la sécurité et la justice. Voilà ce qui marche.

C’est parce que nous pensons qu’il n’y a justement pas de fatalité que nous sommes tout entier engagés pour la réussite de nos territoires quelles que soient les difficultés à affronter.

C’est parce que nous ne croyons pas à la fatalité que nous nous adressons à tous ceux élus ou simples citoyens qui partagent notre volonté et notre détermination pour qu’ils appellent à voter dimanche.

Dimanche prochain votez. Ne laisser à personne le soin de choisir à votre place votre avenir, celui de votre famille et de vos enfants.

Votez pour des hommes et des femmes de votre territoire que vous connaissez bien.

Votez pour des candidats rationnels et volontaires du centre et de la droite qui ont fait leur preuve et qui vous ont entendus.

Votez pour une solide Présidente de Région d’une nouvelle génération à votre service. Lisez son programme et votez Virginie Calmels. Une vraie dame de faire.

PS : la fusion de liste opérée hier soir par le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts aboutit à une représentation quasi exclusive du grand Angoulême et un chouia de Cognac pour les éligibles. Rien pour les territoires ruraux sans doute abandonnés définitivement au Front National.

Sur notre liste les verts ils sont paysans.

  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

JMH 09/12/2015 13:49

Bonne analyse, reconnaissance des exaspérations, seul motif d'explosion des votes FN, et de l'inefficacité du PS, ce qui ne dédouane pas le LR de son propre manque de projet clair à l'égard des attentes exprimées. Là sera le prochain enjeu.
Certes le 1er tour a été l'occasion d'une vraie alliance LR-UDI-MODEM, mais ce que l'on voit à gauche au 2ème tour, fruit d'accords de circonstance PS-EELV-FRONT de GAUCHE, n'a rien d'une alliance, plutôt une allégeance, comble de l'ironie, quand on sait combien ces EELV-FRONT de GAUCHE ont pu être ignorés et humiliés depuis 2012. Au moins M. MELANCHON n'a pas perdu son âme, lui, en refusant cette "alliance".