Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La rouste à Rousset. Ou pourquoi il faut épauler Virginie.

Zebda s’était taillé un beau succès en chantant « Allez ouste Douste » du côté de Toulouse en 2001. Je rêve d’entendre à l’automne mélodier sur « La rouste à Rousset ». Un titre qui irait comme un gant de boxe aux Binuchards non ? Mais je ne sais fichtre pas si le cœur leur en dira à nos troubadours saintongeais. Pourtant, grâce à eux, toute la grande région Aquitaine reprendrait joyeusement en chœur un refrain bien senti pour renvoyer dans les cordes de l’arc Atlantique le petit Rousset. Parce que ces derniers jours, il s’égare carrément l’éléphanteau. Il sème des perles sur son chemin médiatique qui ne sont vraiment pas de ma culture.

La presse s’est faite l’écho de ses déclarations inquiétantes du 27 mai en tant que président en exercice de l’Assemblée des Régions de France. Plutôt que le financement des régions qui serait selon lui à bout de souffle, ce sont surtout ses idées politiques qui sont selon moi périmées en même temps qu’inconséquentes et désastreuses.

Que nous dit Alain Rousset ? Que les recettes des régions issues principalement de dotations de l’Etat sont à la baisse et que ce n’est plus tenable. Que les interventions des régions dans l’économie nécessitent qu’elles perçoivent 70% de la CVAE (contribution sur la valeur ajoutée des entreprises) au lieu des 24% actuels. Qu’elles ont d’abord besoin de ces recettes complémentaires pour accompagner la charge nouvelle qui va leur incomber pour les transports scolaires et interurbains, mais aussi pour doubler le budget qu’elles consacrent « à l’accompagnement des PME, ETI et à la lutte contre le chômage ». Cette augmentation, qu’il chiffre à 700 millions d’euros, permettrait de « doubler le nombre d’emplois crées et de retourner la courbe du chômage ». Et bien entendu, il est prêt à prendre envers l’Etat des engagements sur ces objectifs. C’est la contrepartie logique de sa demande de clarification par la loi des compétences de la Région, du département et de l’Etat mais aussi de sa revendication d’une part très importante de CVAE.

C’est dingue quand on y réfléchit un peu non? En fait, le chômage serait du principalement à une insuffisance de budget d’intervention des Régions auprès des entreprises et des chômeurs. En doublant la mise, on pourrait doubler les créations d’emplois. C’est aussi simple que ça.

Mais alors pourquoi ne pas tripler, quadrupler, quintupler ces foutus budgets si le chômage diminue à due proportion? Vous vous rendez compte, il n’y a qu’à augmenter temporairement le déficit de la France pour solutionner le chômage et retrouver le cercle vertueux de la croissance, de la baisse de la dépense sociale, de la hausse des recettes fiscales et donc rapidement de la réduction de l’endettement du pays. Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux bon sang ?

« Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Chacun sait pourtant que ce que nous a appris Jean de La Fontaine n’est pas une fable. Et bien, il se trouve encore des patrons et des salariés pour accorder du crédit et des impôts à Alain Rousset. Plus grosse est la ficelle et mieux elle tient les pendus à ses basques et autres aquitains. Mais ça c’était avant que les charentais, les poitevins et les limousines n’arrivent à la rescousse pour tirer sur la corde raide de la dépense publique et dénoncer la démagogie du caté de Rousset. Il est temps de déboulonner son statut d’élu utile à l'économie locale.    

Il veut une part plus importante des prélèvements obligatoires pour que les Régions puissent dépenser plus. Charge donc aux autres collectivités et à l’Etat de baisser leurs dépenses ou de trouver d’autres impôts pour compenser. Les soucis des autres étages du millefeuille ne sont toujours pas les siens. En matière d’organisation territoriale, chacun pour soi et plus d’impôt pour tous est sa devise.

Il est l’archétype de ces hommes et de ces femmes à courte vue et imbus de leur rôle qui n’ont fait toute leur vie que de la politique. Ces politiciens dont le général De Gaulle disait : « à les en croire, c’est grâce à eux que les machines tournent, que le blé pousse, que le soleil brille et que la pluie tombe.. »

Imaginer que l’on puisse développer emploi et activité en augmentant encore la dépense publique et les impôts devrait de nos jours rendre inéligible tout prosélyte de ce venin démagogique. Mais vous avez raison, c’est au peuple et à lui seul de trancher.

Et là miracle, mes chers républicains, la grande région Aquitaine va avoir cet automne l’opportunité de porter à sa tête une jeune présidente à la hauteur des défis à relever. Virginie Calmels est cette candidate que nous étions très nombreux à attendre.  

Deux rencontres, la lecture de ses interviews et son parcours dans la presse, quelques émissions de télé ou encore hier sa courte déclaration au congrès porte de La Villette m’ont convaincu que Virginie, aujourd’hui première adjointe d’Alain Juppé à Bordeaux chargée de l’économie et de l’emploi est bien une femme politique taillée pour conduire avec brio la fusion des trois régions et ré enchanter la nouvelle grande Aquitaine.   

Elle au moins sait que l’on ne diminue par le chômage dans un pays par plus de dépense publique. Elle sait aussi que la première responsabilité d’un élu c’est d’optimiser l’organisation collective dont il a la charge pour créer les conditions du développement économique porté par les acteurs privés, salariés et entrepreneurs. Elle dit les choses clairement, simplement, sans détour et avec le sourire.

Sollicitez Google pour en apprendre bien plus et je reviens très vite vers vous pour parler de notre nouvelle région; des enjeux et des difficultés d’une fusion de trois administrations, de trois histoires politiques, d’une variété d’identités locales; de la réforme territoriale qui n’a toujours pas eu lieu et des atouts de Virginie pour porter haut les couleurs de l’Aquitaine de retour dans d’anciennes frontières. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

peb 02/06/2015 11:15

Alain Rousset est un adversaire de poids, pas si socialiste qu'il veut bien l'afficher. Je suis venu l'écouter sur une conférence à la Couronne. Le pauvre Jean Françoois Macaire, présent aussi, avec un discours très à Gauche sur l'associatif et ses dérivés, faisait un peu minable. Il faut redoubler de force pour contrer Alain Rousset. La partie va être difficile pour l'équipe de V. Calmels et il va falloir séduire les électeurs de Centre Gauche et centristes en général qui oscillent. Donc, attention à ne pas aller vers cette Droite extrême ou Droite affairiste que les français n'aiment pas du tout;.

peb 02/06/2015 11:15

Alain Rousset est un adversaire de poids, pas si socialiste qu'il veut bien l'afficher. Je suis venu l'écouter sur une conférence à la Couronne. Le pauvre Jean Françoois Macaire, présent aussi, avec un discours très à Gauche sur l'associatif et ses dérivés, faisait un peu minable. Il faut redoubler de force pour contrer Alain Rousset. La partie va être difficile pour l'équipe de V. Calmels et il va falloir séduire les électeurs de Centre Gauche et centristes en général qui oscillent. Donc, attention à ne pas aller vers cette Droite extrême ou Droite affairiste que les français n'aiment pas du tout;.

Daniel D. 31/05/2015 11:19

Je veux bien enfoncer le clou du clan Calmels si en retour vous nous jurez de nous débarasser de Sarkozy, parce que dans le genre je raconte n'importe quoi, la honte ne m'atteint pas (mais la mémoire défaille), c'est lui le plus fort. Et le plus dangereux pour la société.
Par contre traiter de troubadours ces trous du culs assoiffés de Binuchards, là
tu pousses un peu...!!!

Tu restes dans le bon goût charentais.