Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soupe agro écolo. Ou comment Le Foll avoine et rend ouf les paysans.

Le congrès de la Fédération Nationale des Producteurs de Fruits s’est tenu mercredi et jeudi dernier à Tulle. Dans cette même salle où François Hollande a prononcé ses vœux aux corréziens quelques jours plus tôt. Le temps était donc forcément gris et pluvieux comme vous pouvez l’imaginer mes chers lecteurs.

Mais le climat n’était pas plus au beau fixe à l’intérieur. Les producteurs de fruits, très fragilisés en ce moment, ont en effet tenu à manifester leur colère à l’encontre du ministre de l’agriculture qui leur faisait faux bond pour prononcer le discours de clôture. C’est ainsi qu’au moment ou Hervé Durand, le directeur général adjoint de la DGPAAT commençait à s’acquitter de sa mission de remplacement, quelques producteurs de fruits ont brandi derrière lui des cartons recouverts des mots de leur ressentiment. Le préfet s’est alors levé et a quitté précipitamment la salle, suivi du directeur général adjoint, qui a remballé fizza son discours, et de tous les agents de l’Etat encore présents. Un coup de théâtre sans doute plus efficace que bien des palabres pour consacrer et faire savoir l’exaspération d’une profession qui se sent dangereusement malmenée et mal aimée.

Embargo russe, sévère concurrence des pays producteurs voisins, compétitivité défavorable et prix trop bas tendent les trésoreries et font craindre les fermes pour leur avenir. Dans ce contexte, l’accroissement des normes et le durcissement des réglementations font facilement déborder la coupe des fruits. Si en plus il plait au ministre de se la péter le jour même en décrétant 2015 l’an I de l’agroécologie,  il n’y a alors rien d’étonnant à ce qu’il se prenne bruyamment une volée boomerang de bois vert dans le concept.

Parce que les arboriculteurs n’ont pas attendu 2015 pour faire progresser leur compréhension des interactions écologiques au verger, pour user de toutes les prophylaxies connues, pour fonder leurs décisions d’intervention sur des observations et des modélisations et pour utiliser en priorité les produits de « biocontrôle » contre les maladies et les ravageurs. Malgré tout cela, pour produire et vivre de leur métier, comme tous les paysans du monde dans les mêmes conditions agro climatiques et pour les mêmes cultures ils utilisent des produits phytosanitaires de protection des plantes, issus ou non de la chimie de synthèse.

A paramètres de production, de climat, d’espèces et de variétés constants, il y a peu de réduction quantitative de produits phytosanitaire possible. En revanche, de vraies ruptures sont accessibles par la mise en œuvre de moyens physiques tels que par exemple des bâches de protection contre la pluie ou des filets contre les insectes. Ou plus surement encore en optant pour des variétés génétiquement moins sensibles aux agressions des cryptogames et des autres ravageurs. Tout cela est étudié,  expérimenté et proposé. La motivation des arboriculteurs pour évoluer vers des productions plus naturelles est très forte. Mais la contrainte économique l’est encore bien plus évidemment. Et seuls les consommateurs peuvent accélérer ces mutations en modifiant leur comportement devant les étals. Dans ce cadre, l’agriculture biologique n’est évidemment pas l’horizon indépassable à atteindre. Les frontières artificielles entre les modes de production ont, c’est ma conviction, vocation à s’effacer, tant la voie à suivre est médiane.

Dans sa volonté de justifier de résultats mesurables pour les français et de gagner en popularité, ce gouvernement emboîte le pas de son prédécesseur et s’obstine à fixer des objectifs quantitatifs. Moins 50 % à l’horizon 2025. Comme si d’évidence, la corrélation actuelle entre production et consommation d’intrants n’était pas déjà optimisée. Les fermes pilotes Dephy montrent pourtant qu’il n’y a quasiment aucune différence avec les autres fermes.

Le mot d’ordre à l’égard des paysans est donc d’économiser ce surplus de produits phytosanitaires dont les savants docteurs politiques et fonctionnaires ont décelé l’inutilité potentielle. Pour tout cartésien, c’est la mesure des impacts environnementaux, sur l’eau, sur la santé qui devrait être le seul indicateur probant à suivre. Mais cela est trop subtil sans doute pour des communicants politiques lourdingues.

Alors de très brillants fonctionnaires, qui ne savent pas faire pousser grand-chose si ce n’est des impôts, se sont livrés à leur passe temps favori en réponse à la commande politique. Ils ont imaginé un système complexe de bonus malus via un certificat d’économie phytosanitaire à l’adresse des marchands de produits. Il est demandé à ces derniers de conseiller leurs clients paysans pour qu’ils consomment moins de produits phytosanitaires. En mesurant l’écart de volume entre la moyenne des cinq ans d’avant le début de l’opération, en ôtant la plus forte et la plus faible, et l’évolution du volume de leurs ventes, l’Etat leur infligera ou une pénalité ou une subvention. Enfin quelque chose comme ça.

Lorsque j’ai été audité au tout début de ce projet, l’idée me paraissait si saugrenue que j’avais du mal à imaginer qu’elle puisse prospérer. Je me suis quand même précipité pour regarder la fiche Wikipédia d’Hélène Pelosse afin de mieux comprendre la personnalité d’une des principales chevilles ouvrières de ce nouveau coup tordu. J’ai complété mon enquête en googleisant les autres noms des missionnaires missionnés. De quoi avoir le vertige tant leurs parcours semblent brillantissimes. Le paradoxe ne m’en paraissait que plus grand encore. Comment avec une intelligence plutôt au dessus de la moyenne peut-on donner corps à cette idée absurde d’auto limitation des ventes de produits par des commerçants à qui il est demandé de conseiller la réduction de consommation à leur clients. Tout ça bien entendu devant être mesurable en jetons de Nodu (indicateur bâtard né d’Ecophyto 1) pour passer à la caisse à la fin de la partie. 

Un arboriculteur a plusieurs fournisseurs d’intrants. Et il en change en permanence au gré des offres des uns et des autres. Son conseil est indépendant de ses fournisseurs. C’est l’exigence absolue de tout cahier des charges qui se respecte. La Charte qualité des pomiculteurs de France en a fait un point de contrôle disqualifiant. Parce que la décision d’intervenir dans un verger contre une maladie ou un ravageur ne peut pas se faire sous l’influence de l’intérêt économique d’un vendeur de produit. Même si certains sont très vertueux.  A quoi va bien pouvoir servir alors le rétroviseur des cinq années passées puisque le périmètre de la clientèle des fournisseurs d’intrants évolue sans cesse ? La panoplie des produits vendus évolue également chaque année.

Vous comprenez aisément mes chers lecteurs que si la consommation des produits phytosanitaires diminue ce ne sera en aucun cas grâce à ces certificats absurdes qu’un humble titulaire d’un certificat d’étude aurait eu la sagesse de ne pas inventer. Sauf si nombre d’arboriculteurs à force de se faire ausculter le trou du Nodu finissent par arracher leur verger. Ou si les surcoûts du système ne viennent handicaper un peu plus la compétitivité déjà très en leur défaveur comparativement à leurs concurrents européens et mondiaux et disqualifient définitivement les plus acharnés du métier.

En revanche avec ces certificats, la France démontre une fois de plus qu’elle n’a toujours pas trouvé le remède à la croissance anarchique de ses lois, de ses normes et de ses règlements qui la ronge et de son administration qui la ruine.  

Ces certificats d’économie phytosanitaires illustrent à mon sens à quel point le système politico administratif échappe à tout contrôle et tourne sur lui-même dans notre pays. Tous les sujets sont propices à justifier une nouvelle excroissance. Pour mettre un peu plus le joug sur une population du secteur concurrentiel qu’il faut dompter pour qu’elle rende des comptes en matière d’emploi, de croissance, d’impôts, de protection de l’environnement. Jusqu’à ce que l’on se rende enfin compte que l’Etat et le secteur public ne sont plus la solution mais qu’ils sont devenus le problème. Et que ce sont eux qu’il faut réformer et bien moins les soutiers du monde exposé qu’il convient bien au contraire de libérer nettement. Pour cela il faut que l’asphyxie soit bien plus forte encore. Grâce à ces déjà trop fameux certificats nous allons y parvenir un peu plus vite encore. Enfin un point positif finalement.

 

Je vous mets en pièces jointes deux articles qui illustrent mon sujet. Le premier article publié dans les Echos compare les évolutions de l'agriculture des deux côtés du Rhin ces dernières années. L'autre est signé Luc Ferry et vante l'ouvrage de Nicolas Bouzou que je vous recommande moi aussi et qui s'intitule "Pourquoi la lucidité habite à l'étranger?".

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Toto 22/02/2015 19:49

> Dans sa volonté de justifier de résultats mesurables pour les français et de gagner en popularité, ce gouvernement emboîte le pas de son prédécesseur et s’obstine à fixer des objectifs quantitatifs. Moins 50 % à l’horizon 2025

Dans le même genre de bêtise, limiter arbitraitement à 50% le nucléaire dans la production d'électricité.

Puisque la totalité des 58 réacteurs en activité en France sont construit sur le même modèle, on ne voit pas la logique.

Pas grave, la France est un pays richissisme.

aubarecy 03/02/2015 17:49

30/01/2015-écophyto2/Xavier Beulin veut TOUJOURS le Produire PLUS pour Jeter PLUS le Moins Disant !!!!"Face à la concurrence européenne et Mondiale ....C'dans l'air:Sophie Binet/CGT-Bernard Vivier directeur de l'institut supérieur du travail-Agriculture/Routiers/Batiment....Nous sommes dans un secteur au centre du Low Cost et du dumping social,avec une réglementation européenne qui tire TOUT LE MONDE vers la bas...Avec les routiers,ce n'est pas un conflit Franco Français,c'est un conflit profondément européen.La concurrence sauvage des pays de l'UE créait du dumping sociale avec l'autorisation du cabotage qui ruine les entreprises Françaises.Et ce n'est pas en s'alignant vers ce Moins disant européen ou Mondiale SANS Normes Sociales & Environnementale en agriculture,qu'il faudrait continué à PRODUIRE + (déclaration de Xavier Beulin/écophyto2) SANS changer les systèmes de cultures et de lutte contre le Gaspillage Alimentaire " Produisons Moins-Arrêtons de Subventionner une agriculture Productiviste qui jette 20% de sa PRODUCTION..."Alain Marschall/journaliste RMC-BFM-Jean-Pierre Decool député UMP -proposition de loi pour la réduction du gaspillage alimentaire.Pascal perri/économiste:Il est important de simplifier les Normes au lieu d'en rajouter les Unes aux Autres pour former la spécialité Française "Le Millefeuille Administratif" 1/3 de la production Alimentaire n'est JAMAIS consommé-Il faut vendre plus longtemps un certain nombre de produits à un prix différent sachant que les Grandes surfaces mettent des dates de préemption pour que l'on consomme PLUS alors que "le produit" peut-être encore consommé 3 semaines aprés...Il y a aujourd'hui l'offre des Fruits&Légumes "Moches"que je consommait dans le potager de mon grand père et qui avaient ENCORE du goût et qui contenaient surement PLUS de Vitamines et autres Nutriments que CEUX d'aujourd'hui Durs Sexy et Calibrés que le marketing nous a formaté "On confond ce que l'oeil voit et ce que le produit représente".

aubarecy 03/02/2015 17:56

« Mettre moins de pesticides, cela ne marche pas. Il faut changer les systèmes de culture »://www.reporterre.net/Mettre-moins-de-pesticides-cela-ne

aubarecy 03/02/2015 17:55

Le premier désherbant d'origine naturelle arrive sur le marché.

le 30 janvier 2015, 09:17

dossier-1-deshergage-1.pngLa société Jade, filiale du groupe Alidad Invest, vient d’obtenir l’homologation de Beloukha sur vigne. C'est le premier produit d’origine naturelle pour maîtriser les adventices et épamprer les vignes. Sa matière active « est un acide gras extrait de l’huile de colza par un procédé physique ». Il s’agit de l’acide nonanoïque, également appelé acide pélargonique. Ce produit de postlevée agit strictement par contact, comme un défanant. Il présente une forte action de choc, puisque deux à trois heures après son application, les parties vertes meurent, grillées par le produit. Sa persistance d’action est d’environ trois semaines selon les conditions climatiques. Mais pour bénéficier d’une efficacité optimale, ce produit doit être appliqué sur feuillage sec, par une bonne luminosité, quand la température est d’au moins 15 °C et l’hygrométrie au sol de 60 %. En épamprage, il se positionne sur des jeunes pampres (5 à 6 feuilles) qui ne doivent pas être lignifiés. En désherbage, il s’applique sur les jeunes adventices annuelles en condition poussante. Jade donne également de nombreuses recommandations sur la concentration de la bouillie, le volume à l’hectare, le choix des buses, la pression de travail.

aubarecy 03/02/2015 17:54

Dans un sondage qu’on révèle aujourd’hui, 45% des agriculteurs se considèrent déjà engagés dans l’agroécologie et 13% sont prêts à le faire. Il y a des résistances, mais le potentiel est là. Car les moins de 35 ans sont beaucoup plus impliqués.Si 40% des agriculteurs sont conscients des maladies causés par les pesticides,même à faibles doses (Inserm/Anses/msa/Phytovictimes) et qu'ils utilisent des alternatives moins dangereuses pour eux et leur proches,ainsi que pour la Biodiversité et la protection de l'AIR (Plan Nantional Santé Env.2015/2020) et de l'EAU (nappes phréatiques) les syndicats doivent comprendre que les phytosanitaires sont comme une bombe à retardement.Si on ne fait rien, le jour où il y aura un problème.

aubarecy 03/02/2015 17:53

Les syndicats doivent comprendre que les phytosanitaires sont comme une bombe à retardement.Si on ne fait rien, le jour où il y aura un problème.Stéphane Le Foll-Ministre de l'agriculture.http://t.co/AFLGMBdGSh

aubarecy 03/02/2015 17:52

http://www.terraeco.net/A-financer-des-terres-bios-pour,58338.html

aubarecy 03/02/2015 17:45

PÉTITION pour un moratoire visant à stopper les pesticides tueurs d'abeilles !
URGENT +++ // Envoyez un message pour interpeller votre sénateur !
sauvonslesabeilles.agirpourlenvironnement.org

aubarecy 03/02/2015 17:45

http://sauvonslesabeilles.agirpourlenvironnement.org/

Loïc 03/02/2015 07:31

Ce n'est qu'une première étape. Bientôt, ce système va s'étendre aux buralistes, aux pompistes...Pitié pas aux cavistes!!!

jp 02/02/2015 13:04

vous finirez comme tant d'autre par immigrer dans des pays de soleil, depuis 1 an on voit arriver des français en masse