Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mal « normer » les choses, c’est ajouter aux malheur du monde.

« Mais arrêtez donc d’emmerder les français. Il y a beaucoup trop de lois, trop de règlements dans ce pays. » La célèbre manifestation de colère de Georges Pompidou à qui Jacques Chirac présentait une pile de décrets à signer alors qu’il était premier ministre en 1966 est d’une actualité plus brulante que jamais

L’incrémentation permanente des normes et des réglementations dans tous les domaines rejette dans l’illégalité des pans entiers d’entrepreneurs qui malgré tous les efforts possibles sont dans l’incapacité de les appliquer. Le législateur le sait parfaitement mais préfère regarder ailleurs et laisser dans le désarroi le plus total les malheureux acteurs de l’économie qui n’en peuvent mais sans pour autant se résoudre à quitter la scène.

Politiques et administration se préservent de toute solidarité avec la moindre prise de risque en appliquant une sorte de principe de précaution normatif et réglementaire censé les mettre à l’abri de toute responsabilité en cas d’accident.

L’impasse dans laquelle persévère le pays va-t-elle enfin susciter un peu d’héroïsme salvateur parmi nos élus ? Je l’espère. C’est dans les crises les plus graves que les caractères bien trempés se révèlent et deviennent incontournables.

Quelques  députés ont pris l’initiative d’organiser une rencontre conviviale à la questure de l’Assemblée Nationale mardi prochain à midi pour parler les difficultés rencontrées par la production de pommes en France. La presse est évidemment conviée. Je serai aux côtés de quelques producteurs de mon association pour exprimer les graves difficultés que nous rencontrons.

Très chers lecteurs, je vous mets en pièce jointe la trame de ce que sera mon intervention.

Plutôt que de resserrer sans cesse l’étau des contraintes et d’étouffer la croissance, pourquoi ne pas faire tout simplement un peu plus confiance aux français ? Le risque n’est-il pas au final bien moindre que celui lié aux révoltes qui grondent ?

Qu’en pensez-vous ? 

Mal « normer » les choses, c’est ajouter aux malheur du monde.
Mal « normer » les choses, c’est ajouter aux malheur du monde.
Mal « normer » les choses, c’est ajouter aux malheur du monde.
Mal « normer » les choses, c’est ajouter aux malheur du monde.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article