Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citizen K. Ou comment tirer le lecteur par la manchette

Au risque d’avoir les doigts plein de cette encre d’imprimerie dont on dit pourtant de source internet sûre qu’elle est toxique et fortement cancérigène, que d’ailleurs c’est peut-être par addiction à la presse écrite depuis tout petit que moi-même…, j’ai donc feuilleté vingt fois les pages de CL mercredi, scruté chaque ligne de l’article signé IK qui informe les malheureux charentais que leur fleuve est le plus pollué de France par les pesticides.

Eh bien vous me croirez ou pas mes chers et fidèles lecteurs, mais je n’ai pas trouvé la moindre trace de la référence précise de l’étude d’où serait issue la carte qui justifie le gros titre et la pleine page de Charente Libre. Le site de CL est tout aussi muet sur la question. C’est pourtant simple de mettre un lien vers le site du ministère de l’écologie, du Bassin Adour Garonne (voir l'étude Charente bien plus nuancée), du BRGM ou de tout autre site officiel de référence où l’étude serait consultable. Rien de tout ça. Il faut se contenter d’une carte à la définition douteuse reproduite semble t-il à partir de cet autre quotidien, pas forcément réputé pour la qualité scientifique de ses informations, qu’est Le Parisien. La légende assez difficile à déchiffrer au bas des cartes ne m’a pas permis de retrouver l’étude dont elle sont issues. Pas bien transparent tout ça. La qualité des sources, ça vaut pour l’eau. Ça devrait valoir aussi pour l’information.

Faire du Charente bashing à partir d’une info non vérifiée publiée dans un autre canard, qui sera à son tour reprise ici où là et répétée à tort et à travers, n’est pas une pratique journalistique franchement rassurante.

Et puis je ne vous parle même pas du reste de l’article. Le parfait amalgame des rumeurs et des approximations en tout genre. Des traces de pesticides dans la Charente entre Angoulême et Saintes. Donc c’est du côté des vignes qu’il faut chercher. Tout montre d’ailleurs que l’on y meurt plus qu’ailleurs dans les vignes. Enfin c’est ce qui se dit ici ou là par les uns et par les autres. Et comme il n’y a pas de fumée sans feu...

Je sais que le sujet est complexe, mais quand même. Peut-on être aussi allègrement réducteur sur des sujets aussi sensibles pour attirer l’attention du chaland et lui vendre du papier ?

L’atrazine est interdite d'utilisation depuis plus de 12 ans et les vignes n’ont jamais trop vu la couleur de ce désherbant à maïs. La proportion de vignes dans les bassins versants de la Charente et de ses affluents depuis sa source est faible. Et la fameuse étude du CHU de Poitiers de 2011 conclut en effet à 29 % de maladie de Parkinson en plus dans le vignoble charentais comparativement à la population hors vignoble et à 19% en plus de cancers du sang de type lymphomes. Mais de là à dire comme dans l’article qu’il y a une "surmortalité dans le vignoble charentais", il y a de la marge. L’étude AGRICAN (Agriculture et cancer) démontre même exactement le contraire. Et cela, malgré la surreprésentation de Parkinson et autres lymphomes chez les agriculteurs Tout simplement parce que ce ne sont qu'une infime partie des causes de mortalité ici comme ailleurs. 

La surconsommation de médicaments est une des premières causes de mortalité en France chez les personnes âgée. Ce sont pourtant les médecins eux-mêmes qui nous prescrivent l’ingestion de produits chimiques pour nous soigner. La production agricole, y compris biologique (voir la liste), utilise des produits phytopharmaceutiques pour la protection des plantes. Toutes les productions industrielles utilisent des produits chimiques. Chacun de nous est au contact permanent de produits chimiques dans sa maison, sa voiture, au bureau ou dans son jardin. Au fur et à mesure de l’évolution des connaissances nous arbitrons sans cesse entre les risques encourus et les bénéfices attendus. Les deux sont bien évidemment parfaitement indissociables.  Et les progrès à accomplir sont encore et toujours sans limites. Alors dans ce contexte, décerveler les français à coup d’annonces catastrophistes mal fondées n’est pas la meilleure façon de progresser et d'affronter l'avenir. Malheureusement, la surenchère a semble t-il encore de beaux jours devant elle compte tenu des difficultés que traverse la presse écrite. La recette du redressement des ventes est invariable. J’ai revu hier soir avec intérêt le très beau film Citizen Kane d’Orson Welles qui décrit cela très bien.    

Une éminente spécialiste des gestions de crises médiatiques d’un grand groupe concluait il y a peu son exposé très pertient en conseillant de toujours rester zen. L’information la plus alarmante, quand elle grossit trop fort le trait, est très vite gommée et remplacée par une autre. Réagir n’est pas forcément nécessaire. Mais je pense qu'un peu d’antidote à ce type d'empoisonnement peut être utile non ?

  

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Je suis arboriculteur, viticulteur et maire de Reignac, Mais aussi Président du comité départemental UMP Charente, Président de l'Association Nationale Pommes Poires et Vice Président de WAPA (World Apple and Pear Association).

Commenter cet article

Loïc 25/05/2014 16:44

Ben grand méchant tu sais bien que c'est interdit de critiquer le travail d'un journaliste. Pourquoi devrait-il s'intéresser à toutes les études sur le sujet s'il estime que ce n'est pas la peine. Lui, il sait intuitivement où se trouve la vérité.
Et quand (dans son commentaire) il propose de rencontrer des agriculteurs malades mais vivants (parce que faire parler les morts c'est comme si un politique faisait voter des morts..;ce n'est pas déontologique.), tu peux lui faire rencontrer des paysans en bonne santé. Ah ben non pardon, c'est forcément pas honnête de ta part car pas représentatif de la population.

Karroum ismael 25/05/2014 09:17

Vous me faites penser a la Grece Antique Quznd le messager rapportait une mauvaise nouvelle, on lui coupait la langue... Mais la mauvaise nouvelle restait.
Bon je vous laisse desormais continuer de denigrer, accuser, malmener pour faire oublier la nature reelle de l article et son sujet. Considerez que c est du racolage... Juste pour ne pas voir les chiffres qui voys derangent. Hurlez au mechant journaliste, juste pour detourner les regards. C est une technique de com' assez basique, apprise tres tot aux politiques

Karroum ismael dit Citizen K. 23/05/2014 23:13

Cher Daniel,

Tout d abord felicitations pour ce surnom de Citizen K. C est la premiere fois qu on me le prete et j aime beaucoup. J espere qu il restera. Petite precision: on se connait assez pour que vous m appeliez Ismael karroum, et non IK.. Ceci aurait favorise mon referencement dans Google.
Treve de plaisanterie: soyons serieux. La carte est sourcee: site du ministere du developpement durable. Et dans l article, il etait ecrit a trois reprises que les chiffres etaient fournis par l agence de l eau Adour-Garonne. Qu il s agissait, aussi, d une moyenne sur l annee 2011, et non d un pic. Il est aussirecise qu on ne retrouve que peu de pesticides dans les eaux de la Charente en amont d Angouleme et aval de Saintes. Voila pour les sources, et la mise en perspective.
Pour l atrazine, je ne vais pas vous apprendre qu il sagit d un herbicide utilise surtout dans la culture du mais et de la.... Vigne.
Sur l etude du CHU de Poitiers, mettez vous a ce point mon honnetete intellectuelle en doute qu il faille que je vous l envoie en entier? Etais je ivre lorsque les chercheurs de l universite de Poitiers sont venus lancer leur proyocole phytotif a Juillac-le-Coq? Dois je vous emmener avec moi chez l urologue de reference en Charente demander leur profession aux personnes suivies pour un cancer de la vessie? Faut-il que je vous emmene sur la tombe de Frederic Ferrand ou vous presente ses enfants? Ou juste qu on discute un peu plus avec quelques uns de nos amis communs qui "pissent rouge" depuis des mois?
Pour l encre de CL, promis je fais remonter votre remarque au CHSCT.
Au plaisir et sans rancune, cher DS.


CITIZEN K. Plus communement appele Ismael

Olivier Grand Méchant 24/05/2014 23:45

TITRES RACOLEURS, TIRAGES GARANTIS ET DÉSINFORMATIONS ASSURÉES

Citizen Katastrof, j’ai bien peur que votre bonne foi n'ait pas pesé bien lourd lorsque vous avez décidé bêtement de reprendre l'article du Parisien. Une semaine plus tard, c'est au tour de votre confrère de Sud Ouest d'utiliser cette fausse information pour faire vendre du papier. La pollution agricole, les pesticides, la biodiversité sont des sujets vendeurs, vous ne vous y êtes pas trompé. En attendant, le mal est fait, les agriculteurs sont encore une fois de plus injustement montrés du doigt. De l'école de journalisme, vous avez très bien retenu comment saisir le lecteur avec des registres émotionnels forts, il est quand même regrettable que vous ayez séché les cours portant sur la déontologie...Votre papier, s'il est brillant par sa malhonnêteté partisane, n'honore en rien votre profession. Essayer de retranscrire la vérité n'est pas chose facile certes, mais en matière d'information journalistique tout n'est pas toujours affaire d'opinion, certains faits majeurs doivent être relatés pour aider le lecteur à se construire un jugement non biaisé. Par votre incompétence et l'aveuglement de votre parti pris, la mauvaise perception de l'agriculture dans l'opinion publique continuera d'être entretenue. Alors que notre société est en constante recherche de toujours plus de sécurité, vous par contre, vous semblez être cruellement dispensé de principe et... de précaution !

PROJET PHYTOTIF
« Etais-je ivre lorsque les chercheurs de l universite de Poitiers sont venus lancer leur protocole phytotif à Juillac-le-Coq? »

Pour ne connaître votre état d'ébriété, nul besoin de vous faire analyser vos cheveux, l'usage d'un éthylotest reste un bon instrument de mesure !
Le projet phytotif est une démarche scientifique qui vise à recueillir des mesures sur le niveau de résidus phytosanitaires retrouvés dans les cheveux sur un échantillon d'agriculteurs et de leurs entourages. Cette étude n'a pas pour premier objectif d'accréditer vos accusations.
Si vous connaissez déjà les résultats et les CONCLUSIONS de cette étude, j'en suis surpris, car elle n'a pas encore débuté...

PRÉSENCE DE TRACES, NE SIGNIFIE PAS DANGER...
« Pour l'atrazine, je ne vais pas vous apprendre qu'il s'agit d'un herbicide utilise surtout dans la culture du maïs et de la.... Vigne. »

L'atrazine est un désherbant qui n'est plus utilisé depuis 2003 en France en agriculture (culture du maïs). Cela fait donc 10 ans que cette substance active n'est plus employée en grande culture, et depuis une vingtaine d'années dans le vignoble charentais.
Aujourd'hui, la chimie analytique est en mesure de détecter des traces de tout partout et qu'à ce niveau de précision là, elles ne sont pas toxiques.
S'il est exact de dire que l'on retrouve encore cette molécule persistante dans les eaux encore aujourd'hui, il aurait été profitable de rappeler à vos lecteurs que depuis 15 ans, on est passé en France de 1300 molécules actives à 450 aujourd'hui...
Pourquoi ne pas préciser aussi que les firmes agrochimiques investissent de grosses sommes d'argent dans la recherche et le développement pour trouver et mettre sur le marché après une longue homologation, des molécules de synthèse qui prennent en compte une meilleure biodégradabilité dans le temps et présentent un meilleur profil toxicologique.
Savez-vous par exemple que le sulfate de cuivre (principale matière active anti-mildiou en Agriculture Biologique) n'obtiendrait pas son homologation si celle-ci devait être réactualisée ?
Bien que l'huile de neem et la roténone, deux insecticides « naturels » et puissants neurotoxiques employés en arboriculture biologique ne soient plus autorisés en France, ils continuent pourtant d'être utilisés illégalement en arboriculture biologique... Étrange non ?
Même en Bio, la nécessité de produire demeure une réalité, et l'emploi de pesticides reste incontournable encore aujourd'hui. Pourquoi ne pas avoir expliqué que les risques liés à l'utilisation des pesticides étaient nettement inférieurs aux bénéfices rendus ? Trop politiquement incorrect sans doute...

PESTICIDE ET OGM MÊME COMBAT...
En attendant que la France change ses positions arrêtées sur les OGM, d'autres pays plus rationnels, plus lucides ont compris que les semences OGM permettaient de moins traiter les cultures, de produire toujours plus dans des milieux difficiles (manque d'eau, terre pauvre) et avec des qualités nutritionnelles meilleures (plus de protéines, vitamines...). Pourquoi cette réticence absurde à la recherche sur la génétique dans le domaine agricole alors que les Français montrent à l'inverse une forte mobilisation pour le téléthon ? Sans doute que les avancées médicales sont mieux comprises par la population...
Le jour où des chercheurs auront isolé les gènes de résistance aux maladies fongiques comme le mildiou ou l’oïdium de la vigne, la tavelure du pommier, les pulvérisateurs sortiront alors moins souvent des hangars agricoles...

DE L'ÉMOTION AU SERVICE D'UNE CAUSE PARTISANE
« Dois je vous emmener avec moi chez l urologue de référence en Charente demander leur profession aux personnes suivies pour un cancer de la vessie? Faut-il que je vous emmène sur la tombe de Frederic Ferrand ou vous présente ses enfants? Ou juste qu on discute un peu plus avec quelques uns de nos amis communs qui "pissent rouge" depuis des mois? »

Comme les imposteurs autoproclamés spécialistes en santé publique de l'étoffe d'Isabelle Saporta, de Marie-Monique Robin, de François Veillerette et tous les autres vendeurs d'agroécologie médiatisés comme Marc Dufumier ou Claude Bourguignon, vous exploitez des cas dramatiques de malades pour généraliser une situation qui, elle, reste plutôt rassurante.
Cette technique qui vise à émouvoir votre lectorat ne vous donne pourtant pas raison. Que faites-vous de l'enquête Agrican (cohorte = 180 000 personnes) qui justement montre que l'espérance de vie des agriculteurs français continue de croître, qu'elle est plus longue que celle des habitants de leurs régions et que s'il existe beaucoup d'inquiétude sur les effets des pesticides, très peu sont avérés (les agriculteurs ont moins de maladies neurodégénératives que la moyenne des Français) ?
Les malades dont vous parlez sont bien réels et dans certains cas, les pesticides sont sans doute responsables de leur cancer, mais pour autant, un mauvais état de santé chez des agriculteurs ne peut être attribué systématiquement aux pesticides. La cigarette demeure la première cause de cancers en France avec plus de 70 000 décès prématurés chaque année (devant l'alcool = 40 000 décès).

CANCERS LIES A LA CONSOMMATION DE CIGARETTES
Le cancer de la langue et de la bouche
le cancer du larynx
le cancer du pharynx
le cancer de l’oesophage
le cancer du sein
le cancer de la vessie
le cancer du rein
le cancer du col de l’utérus
la leucémie myéloïde.
La génétique est aussi un facteur à ne pas sous-estimer.

UNE NATURE FORCEMENT BONNE ? VIVE LA CHIMIE !
Ne vous en déplaise (cela ne fera pas vendre du papier), mais que ce soit la qualité de l'eau que nous buvons ou de l'air que nous respirons, ces deux éléments indispensables à notre santé continuent de s'améliorer dans notre pays développé.

L'absence de pesticides ne signifie pas absence de toxines puisque la très grande majorité de celles que nous ingérons (rapport de 10 000/1!) sont parfaitement naturelles...

La chimie contribue à faire progresser notre espérance de vie :
Alors que la Chine reste un pays très pollué, les Chinois ont gagné 38 ans d'espérance de vie en 50 ans. Et si les Français ont gagné 23 ans d'espérance de vie en 70 ans, c'est bien grâce aux produits chimiques (les engrais, les fongicides, les insecticides, les herbicides...) qui ont permis de nourrir les hommes avec des produits de qualité et abondants, et ce grâce à une agriculture performante, celle qui est dénigrée chaque jour dans les médias.
La médecine avec les médicaments (produits chimiques encore) et l'hygiène (algicide, fongicide, bactéricide) ont parallèlement contribué à ces années de vie gagnées, sans oublier le rôle de la génétique...


MAUDITS NITRATES DE MALHEURS !
Au regard de la législation, l'eau est jugée polluée lorsque sa teneur en nitrates dépasse les 50 mg par litre. Pourtant lorsque l'on mange 25g de laitue, on ingère autant de nitrates que dans un litre d'eau soi-disant polluée. La consommation de nitrates est inoffensive chez l'homme sans limites de dose. Des études récentes confirment leurs nombreux bienfaits pour notre organisme, mais ça, chut ! Pas un mot dans la Charente libre, il ne faut surtout pas le dire, car une bonne nouvelle ce n’est pas très vendeur...

Christian 12/05/2014 08:11

Bonjour Daniel,
Sud Ouest vient de publier un article sur ce même sujet inquiétant.
Il y a rarement de la fumée sans feu !
Que vont faire maintenant les professionnels de la filière pour améliorer l'image de notre fleuve et éviter les dégâts collatéraux tant pour la santé que pour l'économie ?
Amicalement,
Christian

Germain129 05/05/2014 09:27

http://www.lavoixdunord.fr/region/berck-les-espaces-verts-abandonnent-le-zero-produit-ia36b49106n2106811